Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Is fecit cui prodest. Citation latine

Vous êtes ici : Accueil > Citations / locutions latines > Is fecit cui prodest
Citations / locutions latines
Citations et locutions latines utilisées en français, traduites, commentées, expliquées ; phrases françaises d’auteurs célèbres utilisant l’expression.
Is fecit cui prodest
Publié / Mis à jour le jeudi 9 juin 2016, par LA RÉDACTION
 
 
 
Celui-là a commis le crime, à qui le crime est utile

Maxime de jurisprudence qui indique, pour ainsi dire, le premier jalon à poser dans la recherche des auteurs d’un crime, et qui d’ordinaire se formule ainsi en français : Cherchez à qui le crime profite et vous trouverez le coupable.

Un homme est accusé d’un crime ; s’il est établi que ce crime lui a été et lui sera complètement, absolument inutile, les juges, en dehors du cas de folie ou d’ivresse, peuvent conclure que l’accusation est fausse.

« — D’où vient le mal ? reprit du Boulay ; il me semble que la question est facile à résoudre. Le mal vient de ceux à qui il profite : Is fecit cui prodest ! Allez ! allez ! compère, le veau se reconnaît à la fraise, et le janséniste à ses livres. » (Jules JANIN)

« Selon la morale du savant légiste Makerson, tout crime suppose un intérêt ; axiome qui n’est que le corollaire d’un autre plus connu : Is fecit cui prodest. » (MÉRY)

« On attribua cet incendie à la malveillance ; on soupçonna les Arméniens, on nomma les Grecs ; c’était l’application de l’ancien adage : Is fecit cui prodest. » (L. NAULT)

« Dans une foule, au bal, par exemple, on saisissait avec une apparence de galanterie la main nue de la femme dont on voulait se venger ; en la serrant et retirant le bras, on la déchirait profondément. Comment, dans une foule, trouver le coupable ? Qui aurait voulu accuser un prince romain, un neveu du pape, ou tel autre grand personnage sans avoir des preuves à donner ? Il ne restait que la maxime célèbre : Is fecit cui prodest. » (H. BEYLE,
Promenades dans Rome
)

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !