Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

12 février 1894 : attentat au café Terminus de la gare Saint-Lazare

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 12 février > 12 février 1894 : attentat au café (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 12 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
12 février 1894 : attentat au café
Terminus de la gare Saint-Lazare
(Source : Europe 1)
Publié / Mis à jour le jeudi 11 février 2016, par LA RÉDACTION
 

Ce jour, une bombe est lancée dans le café Terminus. Bilan : 1 mort et 17 blessés. En France, cette toute fin de XIXe est celle d’une crise anarchiste. Ce qu’on appelle alors l’affairisme, le fait que les riches s’enrichissent tandis que les pauvres continuent de s’appauvrir, a déclenché une vague de violences sur le thème de la « société pourrie ». Toute une série d’attentats a lieu depuis 1892. Deux mois avant le café Terminus, l’anarchiste Vaillant lançait une bombe au sein même de la Chambre des députés, avec si peu de dégâts d’ailleurs que le président avait déclaré : « Messieurs, la séance continue ! »

Le 12 février 1894, à neuf heures du soir, Émile Henry, qui est un brillant jeune homme — il n’a que 21 ans — entre dans le café de l’hôtel Terminus à la gare Saint-Lazare. Il avait pour objectif initial d’assassiner le président Carnot qui avait refusé de gracier Vaillant. Seulement le nombre de policiers autour de l’Élysée l’avait découragé. Il est d’abord allé chez Vignon, puis au café de la Paix, mais il n’y avait pas assez de monde, dira-t-il froidement.

Arrestation d'Émile Henry
Arrestation d’Émile Henry

Arrivé devant le Terminus, il sort de la poche de son pardessus une bombe artisanale, il allume la mèche, jette son cigare, va faire un petit tour dans le café puis lance son engin. C’est l’explosion : les miroirs, les boiseries, les tables, sont brisés. 17 blessés donc, et un mort, un certain monsieur Borde.

C’est un garçon de café qui se saisit de lui alors qu’il tentait de s’enfuir. Il va être très vite jugé, guillotiné le 21 mai suivant. Ce n’est pas le dernier attentat anarchiste, puisque le 24 juin, Caserio, un anarchiste italien cette fois, va venger ses amis Vaillant et Henri. C’est lui, finalement, qui assassinera Sadi Carnot à Lyon.

Franck Ferrand
Europe 1

Accédez à la chronique source

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !