Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Visiter les cathédrales deviendra-t-il payant ? - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine de France > Visiter les cathédrales deviendra-t-il
Patrimoine de France
Richesses du patrimoine francophone : livres, revues, musées, parcs, châteaux, circuits touristiques, monuments...
Visiter les cathédrales
deviendra-t-il payant ?
(Source : France 3 Centre)
Publié / Mis à jour le jeudi 6 novembre 2014, par LA RÉDACTION
 
 
 
Pousser la porte d’une cathédrale pourrait devenir payant... C’est en tout cas l’idée qui a été évoquée pendant une réunion au ministère de la Culture, début octobre. L’objectif : dégager des financements pour les travaux d’entretien de ces édifices.

Ce n’est qu’une hypothèse, mais elle fait déjà coulée beaucoup d’encre. Pour financer la rénovation des édifices religieux, dont il est propriétaire, l’Etat pourrait décider de faire payer aux touristes l’entrée des cathédrales françaises.

Selon nos confrères du Figaro, l’idée est venue dans la discussion au cours d’une réunion entre la ministre de la Culture, le Centre des Monuments Nationaux et les hauts fonctionnaires en charge du patrimoine.

En France, depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, les édifices religieux sont propriété de l’Etat, l’Eglise en est « affectataire » pour l’exercice du culte. A ce titre, c’est donc l’Etat qui est en charge et en responsabilité des travaux de rénovation des bâtiments.

Chimère de la galerie de la façade ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Chimère de la galerie de la façade ouest de la cathédrale
Notre-Dame de Paris, par Médéric Mieusement (1840-1905)

La charge d’entretien et de rénovation des monuments historiques dans un pays comme la France qui compte de nombreuses cathédrales est extrêmement lourde. Et avec la crise, les enveloppes sont de plus en plus difficiles à boucler.

En France, 77 cathédrales ont besoin d’un entretien constant
Dans l’Hexagone, visiter les monuments religieux reste gratuit sauf, bien sûr, dans le cadre de visites guidées ou commentées. L’entrée payante de ces édifices est pourtant en vigueur dans d’autres pays d’Europe, comme l’Italie, l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou l’Espagne. Alors l’idée de faire payer l’entrée des cathédrales a été récemment évoquée au cours d’une réunion du ministère de la Culture.

La cathédrale d’Orléans attire environ 50 000 visiteurs par an. A Chartres, ce sont plus de 100 000 visiteurs qui admirent les vitraux chaque année. Des visites payantes sont organisées par les offices de tourisme, c’est le cas pour la crypte et les tours de Chartres et de Bourges. Alors pourquoi pas bientôt à Orléans ?

Faire payer l’entrée des cathédrales : une idée loin de faire l’unanimité
Interrogé par le journal La Croix le 17 février dernier, le recteur-archiprêtre de la cathédrale Notre-Dame de Paris réagissait négativement à cette proposition. Selon Monseigneur Jacquin, « c’est à l’Etat de financer l’entretien des cathédrales ». En vertu de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905, les édifices religieux sont la propriété de l’Etat et, à ce titre, c’est donc lui qui est en charge des travaux de rénovation des bâtiments. Selon le recteur, de cette loi découle aussi le fait que les fidèles doivent être en mesure d’entrer librement, gratuitement et en permanence dans les lieux de culte.

L.A. et D.Cros
France 3 Centre

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !