Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 31 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

23 mai 1706 : bataille de Ramillies

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 23 mai > 23 mai 1706 : bataille de Ramillies
Éphéméride, événements
Les événements du 23 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
23 mai 1706 : bataille de Ramillies
Publié / Mis à jour le mercredi 22 mai 2013, par LA RÉDACTION
 

La bataille d’Höchstadt, perdue en 1704, la quatrième année de la guerre de la succession d’Espagne, avait été le terme des brillantes prospérités de Louis XIV. La bataille de Ramillies, en 1706, fut encore plus funeste, et mit le comble aux revers de la France. On s’était battu près de huit heures à Höchstadt, et on avait tué près de huit mille hommes aux vainqueurs ; mais à la journée de Ramillies, on ne leur en tua pas deux mille ; ce fut une déroute totale ; les Français y perdirent vingt mille hommes, la gloire de la nation, et l’espérance de reprendre l’avantage.

François de Neufville, duc de Villeroy
François de Neufville, duc de Villeroy

La cause de celte grande défaite fut la trop grande confiance que le maréchal de Villeroy avait dans ses lumières, et la mauvaise disposition qu’il avait fait prendre à l’armée française. Notre aile gauche, couverte par la petite Gette et par les marais qui la bordent, ne pouvait ni attaquer ni être attaquée ; en conséquence Marlborough, qui commandait l’armée ennemie, fortifia sa gauche de tout ce qu’il avait pris sur sa droite qui lui devenait inutile, au lieu que le maréchal de Villeroy ne toucha point à sa gauche ; cette faute causa sa défaite, et cette défaite devint une déroute par la confiance perdue, et parle trouble qui s’empara des esprits.

Le maréchal, au désespoir, n’osait écrire au roi. Il resta cinq jours sans envoyer de courrier : enfin, il écrivit la confirmation de cette nouvelle, qui consternait déjà la cour et tout le royaume ; et quand il reparut devant le roi, ce monarque au lieu de lui faire des reproches, lui dit ces mots sublimes : « Monsieur le maréchal, on n’est pas heureux à notre âge. »

Cette défaite donna lieu à beaucoup d’épigrammes et de couplets satiriques. En voici un qui donnera une idée suffisante des autres :

C’est bien dommage, sur ma foi,
Que monseigneur de Villeroy
Soit déjà maréchal de France ;
Car dans cette grande action,
On peut dire, sans complaisance,
Qu’il a mérité le bâton.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !