Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

10 mai 1652 : mort du maréchal Caumont de La Force - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 10 mai > 10 mai 1652 : mort du maréchal (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 10 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


10 mai 1652 : mort du maréchal
Caumont de La Force
Publié / Mis à jour le jeudi 9 mai 2013, par LA RÉDACTION

 

L’événement le plus mémorable de sa vie est celui qui pensa la lui ravir à la fleur de l’âge, dans la sanglante journée de la Saint-Barthélemy. Il habitait alors, avec son père et son frère aîné, le faubourg Saint-Germain, ainsi que plusieurs Calvinistes. Au bruit des premiers massacres, un maquignon qui le connaissait se jette à la nage, car il n’y avait point alors de pont qui joignît ce faubourg à la ville, et les bateaux avaient été retenus pour le passage des assassins.

Il passe à l’autre bord, et avertit le père de son danger. La Force était déjà sorti de sa maison ; mais, voyant que ses enfants tardaient, il retourne les chercher. A peine est-il rentré chez lui que les assassins arrivent ; à leur tête, un nommé Martin entre dans sa chambre, et le désarme lui et ses deux enfants. La Force offre de payer le surlendemain une rançon de deux mille écus. Le capitaine l’accepte, et les conduit dans sa maison en jurant que ni lui ni ses enfants n’en sortiraient avant de s’être acquittés.

Il les laisse à la garde de deux Suisses, dont l’un, touché de pitié, voulut faire évader les prisonniers ; La Force refusa parce qu’il avait donné sa parole. Une de ses tantes lui trouva deux mille écus, et l’on allait les donner au capitaine Martin, lorsque le comte de Coconas, indigne favori du duc d’Anjou, vint demander La Force de la part de son maître. Il fit descendre le père et les deux enfants tête nue et sans manteau.

La Force, voyant bien qu’on le menait à la mort, suivit Coconas en le conjurant d’épargner ses deux enfants innocents. Celui qui fait le sujet de cet article, quoiqu’il n’eût alors que treize ans, étant né vers 1559, éleva la voix, et reprocha à ces meurtriers leur crime, en disant qu’ils en seraient punis de Dieu. La mort tragique de Coconas sembla justifier cette prédiction.

Cependant les deux enfants sont menés avec leur père au bout de la rue des Petits-Champs. On donne d’abord plusieurs coups de poignard à l’aîné, qui tombe, et dont le corps est bientôt couvert par celui de son père expirant. Le plus jeune, teint de leur sang, mais par bonheur sans blessure, eut la présence d’esprit de s’écrier : « Je suis mort ! » et de se jeter entre son père et son frère, dont il reçut les derniers soupirs. Les meurtriers, les croyant tous assassinés, s’en allèrent en disant : « Les voilà bien tous trois. »

Quelques malheureux vinrent ensuite dépouiller les corps. Il était resté un bas de toile au jeune La Force : un marqueur du jeu de paume du Verdelet voulut avoir ce bas. En le tirant, il considéra le corps, et dit : « Hélas ! c’est bien dommage ! Celui-ci n’est qu’un enfant ; que pouvait-il avoir fait ? » Ces paroles de compassion engagèrent le petit La Force à lever doucement la tête, et à lui dire tout bas : « Je ne suis pas encore mort. » Le marqueur répondit : « Ne bougez, mon enfant, ayez patience. » Sur le soir il le vint chercher, lui dit : « Levez-vous, ils n’y sont plus », et lui jeta sur les épaules un méchant manteau. Comme il le conduisait, un des assassins demanda quel était ce jeune garçon : « C’est mon neveu qui s’est enivré, dit-il ; vous voyez comme il s’est accommodé. Je m’en vais bien lui donner le fouet. »

Le marqueur le mena chez lui ; mais il avilit sa générosité en demandant trente écus pour sa récompense. La Force se fit conduire déguisé en mendiant jusqu’à l’arsenal, chez son parent, le maréchal de Biron, grand-maître de l’artillerie. On le cacha dans la chambre des filles ; enfin, sur le bruit que la cour le faisait chercher, il se sauva, déguisé en page, sous le nom de Beaupuy.

Plus tard, il entra dans l’armée du roi de Navarre, se distingua en plusieurs rencontres, et particulièrement au combat d’Angers. Il fut un des premiers à le proclamer roi de France ; il conserva sa faveur, et il était dans sa voiture, lorsque ce prince fut assassiné. Quand le duc de Luynes, pour obtenir le litre de connétable, se fit l’instigateur d’une guerre de Louis XIII contre ses sujets protestants, La Force, en 1621, défendit avec succès Montauban contre le roi en personne. Quand on négocia la paix, on acheta sa soumission au prix de 200 000 écus et d’un bâton de maréchal.

On l’envoya commander en Piémont, et plus tard en Allemagne, et il remporta plusieurs avantages. Obligé par son grand âge à se retirer du service, il mourut à Bergerac, dans sa quatre-vingt-treizième année.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Dans le doute, abstiens-toi
 
 Faire la Sainte-Nitouche ou Mitouche
 
MANIFESTATIONS
 Henri IV, un roi dans l'histoire : exposition en Gironde issue des collections de Versailles
 
 Peau (La) et ses secrets au Musée de l'Homme à Paris
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 10 mai 1696 : mort du moraliste Jean de La Bruyère
 
 10 mai 1833 : mort de François Andrieux, dramaturge, homme politique et professeur de belles-lettres
 
 10 mai 1774 : mort de Louis XV
 
 10 mai 1794 : exécution de madame Elisabeth (Philippine-Marie-Hélène de France), soeur de Louis XVI
 
 
Et puis aussi...
 
 10 mai 1632 : le maréchal de Marillac est décapité
 
 10 mai 1670 : vol du grand morceau de la vraie croix dans la Sainte-Chapelle du Palais
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 7 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services