Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 mars DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

21 février 1526 : François Ier est rendu à la liberté par Charles Quint - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 21 février > 21 février 1526 : François Ier est (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 21 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


21 février 1526 : François Ier
est rendu à la liberté par Charles Quint
Publié / Mis à jour le jeudi 21 février 2019, par LA RÉDACTION

 

Le 14 janvier précédent, François Ier, après avoir fait par-devant notaires, mais secrètement, des protestations contre la violence qu’il éprouvait, s’était déterminé à signer le fatal traité de Madrid. Par ce traité, le roi cédait à l’empereur Charles Quint tous ses droits sur l’Italie ; il rendait le duché de Bourgogne avec toutes ses dépendances ; il renonçait à la souveraineté de la Flandre et de l’Artois ; il ôtait sa protection au roi de Navarre, au duc de Gueldres, au duc de Virtemberg, à Robert de la Marck.

Le sacrifice de ses amis et de ses biens ne pouvait être plus entier. Non seulement il abandonnait ses alliés d’Italie, mais encore il devait fournir à l’empereur des secours d’hommes, d’argent, et de vaisseaux pour les expéditions qu’il méditait dans ce pays. Le duc de Bourbon et ses complices devaient être rétablis dans tous leurs biens ; on permettait au duc de discuter juridiquement les prétentions qu’il avait sur la Provence ; le prince d’Orange, qui avait été dépouillé de ses biens pour s’être attaché au parti d’Autriche, devait aussi être rétabli dans tous ses droits.

François Ier s’obligeait en outre à payer au roi d’Angleterre cinq cent mille écus que lui devait l’empereur, et à celui-ci deux millions de rançon. Le roi épousait la reine douairière de Portugal (Éléonore d’Autriche), et promettait de faire épouser un jour au dauphin l’infante de Portugal, fille de la reine qu’il épousait.

Portrait équestre de François Ier
Portrait équestre de François Ier

Pour assurer l’exécution d’un traité si onéreux, il fallait des sûretés et des otages. Le roi donna sa parole de venir se remettre en prison, si les conditions du traité n’étaient pas remplies ; il s’obligea de le ratifier dans la première ville de ses Etats où il entrerait en sortant d’Espagne, de le faire ratifier par les états généraux, et enregistrer dans tous les parlements de son royaume ; enfin, de le faire ratifier par le dauphin aussitôt qu’il aurait atteint l’âge de quatorze ans. Le roi donna d’ailleurs des otages, et les otages les plus précieux : c’étaient ses deux fils aînés. On lui laissait seulement la liberté de livrer, à la place de son second fils, douze des plus grands seigneurs du royaume qui seraient nommés par l’empereur, liberté dont la régente ne crut pas devoir faire usage, parce que Charles Quint aurait ainsi privé la France des meilleurs chefs qui lui restaient.

Le traité de Madrid, considéré en France comme un acte d’opprobre et de ruine, était considéré par le chancelier de l’empereur comme contraire aux vrais intérêts de son maître. Gattinara aurait voulu que l’empereur eût étouffé la ligue d’Italie par un traité, et que, gardant François Ier en prison, il eût tourné ses armes contre la Bourgogne, qu’il eût acquise plus sûrement par la voie de la conquête que parcelle d’un traité dont il était aisé de prévoir la rupture. Il était si persuadé que le traité de Madrid ne serait point exécuté, qu’il refusa de le sceller. L’empereur le signa ; mais ces raisons avaient fait impression sur son esprit : il laissa le roi en prison à Madrid plus d’un mois après la signature.

François Ier, replongé dans tous ses chagrins, paraissait menacé d’une rechute. Charles Quint se décida à faire célébrer les fiançailles du roi et de sa sœur, et François Ier fut libéré le 21 février 1526, échangé sur la Bidassoa avec ses deux fils devenus otages de l’empereur. Il fut de retour en France le 17 mars suivant.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est comme l'oeuf de Colomb
 
 Se faire blanc de son épée
 
MANIFESTATIONS
 Printemps de l'Archéologie à Saint-Dizier
 
 Graver pour le roi
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 21 février 1838 : mort de l'orientaliste Antoine Silvestre de Sacy
 
 21 février 1673 : inhumation nocturne et quasi-clandestine de Molière
 
 21 février 1730 : mort du pape Benoît XIII
 
 21 février 1513 : mort du pape Jules II qui s'opposa vivement au roi de France Louis XII
 
 
Et puis aussi...
 
 21 février 1173 : canonisation de Thomas Becket
 
 21 février 1431 : mort du pape Martin V
 
 21 février 1689 : mort de l’érudit Isaac Vossius
 
 21 février 1809 : prise de Saragosse par l'armée française
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 11 ARTICLES

 


Février
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services