Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 11 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

Record du tour de la Terre, tour du monde. Anecdotes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Tour de la Terre (Quand le) en 29 (...)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Tour de la Terre (Quand le) en 29 jours
semblait presque inaccessible...
(D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1901)
Publié / Mis à jour le vendredi 8 juin 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Le record du tour de la terre est en train de se courir, nous explique-t-on en 1901 : des Américains d’une part, des Français de l’autre cherchent alors en effet, par l’utilisation des transports en commun dont le réseau enserre le globe, à faire le tour de ce globe en le moindre temps possible. Et le chroniqueur de s’interroger sur le nombre de jours en lequel on pourra bientôt l’effectuer, eu égard au progrès technologique.

Mais est-ce vraiment ce record, incontestablement le plus grand de tous les records, qui se court en ce moment ? Ces voyageurs, en utilisant ici les voies ferrées, là les paquebots, parcourront une ligne plus ou moins sinueuse coupant tous les méridiens, mais quand ils reviendront à leur point de départ auront-ils réellement fait le tour du globe, Gaston Stiegler par l’Orient, Henri Turot par l’Occident ?

À strictement parler non, et la meilleure preuve en est que leur itinéraire par Paris, Le Havre, New-York, San Francisco, Yokohama, Kobé, Chang-Haï, Hong-Kong, Saïgon, Singapore, Colombo, Aden, Suez, Port-Saïd, Alexandrie, Marseille, Paris, ou en sens inverse et par la Sibérie, ne mesure que 36 000 kilomètres en chiffres ronds tandis que le périmètre de la terre en compte 40 000, c’est là la définition initiale (1791) « du mètre » : dix-millionième partie du quart du méridien terrestre.

Le tour du monde en 84 étapes : Traversée des États-Unis dans le Chemin de fer du Pacifique. Chromolithographie publicitaire du début du XXe siècle
Le tour du monde en 84 étapes : Traversée des États-Unis dans le Chemin de fer
du Pacifique. Chromolithographie publicitaire du début du XXe siècle

Faire le tour de la terre, dira-t-on, c’est aller toujours vers l’est, ou toujours vers l’ouest, jusqu’à ce que l’on revienne à son point de départ, ou, en langage plus scientifique, c’est parcourir un itinéraire qui coupe tous les méridiens du globe ; or ces recordmen du plus grand des records accomplissent ce programme. Donc, par définition même, ils font le tour de la terre.

Qu’on nous permette une hypothèse, explique le chroniqueur chargé de narrer l’exploit : supposons le pôle abordable et au pôle même une grande ville munie comme Paris d’un chemin de fer de ceinture ; le point précis où passe l’idéal axe de la terre, le pôle en un mot, étant marqué, si l’on veut, par l’obélisque de la Place de la Concorde. Et supposons qu’un voyageur prenne ce chemin de fer de ceinture de la cité polaire et grâce à lui fasse le tour de la ville, il aura constamment marché de l’est à l’ouest, ou inversement, et aura coupé tous les méridiens du globe puisque ceux-ci se réunissent en un rayonnement parfait au pied de l’obélisque centrale. Ce voyageur pourra-t-il prétendre avoir fait le tour de la terre ? Ou encore supposons que notre voyageur, moins... farceur, s’avise de parcourir entièrement l’un des cercles polaires. Aura-t-il fait le tour du globe ? En répétant cet exemple de proche en proche, on en arriverait à conclure que strictement le véritable tour de notre planète serait celui qui s’effectuerait sur son équateur.

Mais ne soyons pas si rigoristes, ce serait d’ailleurs l’être trop, et contentons-nous de dire que le véritable tour de la terre est l’itinéraire qui coupe tous les méridiens du globe en faisant effectuer un trajet au moins égal au périmètre de la sphère qu’est notre planète, soit 40 000 kilomètres.

Le parcours du tour de la terre le long de l’équateur terrestre est aujourd’hui presqu’impossible à réaliser car cet équateur traverse des contrées des plus inhospitalières ; en tout cas l’original qui, s’attachant en rigoriste à la définition absolue du tour de la terre, voudrait l’effectuer, ainsi, y mettrait un temps considérable. Mais on est en droit de se demander si le véritable tour de la terre, défini moins rigoureusement, parcourir au moins 40 000 kilomètres en allant toujours vers l’ouest, est réalisable pratiquement et, dans le cas de l’affirmative, en quel laps de temps minimum il est réalisable par le seul emploi des transports en commun aujourd’hui mis à la disposition du voyageur.

Le tour du monde en 84 étapes : Véhicules chinois — Dames se promenant en brouette. Chromolithographie publicitaire du début du XXe siècle
Le tour du monde en 84 étapes : Véhicules chinois — Dames se promenant
en brouette. Chromolithographie publicitaire du début du XXe siècle

La réponse est oui, et ce parcours de 40 000 kilomètres par Paris, Le Havre, New-York, San Francisco, Honolulu, Auckland, Sydney, Melbourne, Adélaïde, Mahé, Aden, Suez, Port-Saïd, Marseille et Paris, peut s’effectuer sans paquebots ni trains spéciaux en soixante-quinze jours. Il est d’ailleurs légèrement supérieur comme rapidité de parcours au premier des tours de la terre, celui qui se court en ce moment et qui n’a que 36 000 kilomètres de longueur, car ce dernier exige pour être exécuté par les mêmes procédés soixante-dix jours ce qui équivaut à une vitesse moyenne de 514 kilomètres par jour ou 21 kilomètres à l’heure, tandis que le second offre comme chiffres correspondants 536 et 22.

Une chose frappe en lisant ces chiffres ; c’est même en partie pour cela que nous les avons donnés. Eh quoi, dira-t-on, seulement 21 à 22 kilomètres à l’heure, alors que nos trains rapides atteignent des 60 à 80 kilomètres en marche moyenne, arrêts compris, et que nos transatlantiques filent des 20 à 25 nœuds (36 à 45 kilomètres à l’heure) ; on s’adresse donc à des moyens de locomotion « escargotiques » pour effectuer le tour de la terre !

Telle est cependant la rapidité que l’on ne saurait dépasser dans un tour du globe en employant les moyens de transport en commun, les indicateurs de chemin de fer et de navigation sont là pour le dire ; 21 à 22 kilomètres à l’heure en moyenne. Et il faut avouer qu’en effet c’est maigre, eu égard aux progrès de la science moderne. Aussitôt une pensée vient à l’esprit. Et si l’on utilisait sur les voies ferrées des trains spéciaux, marchant, eux, à la vitesse maximale possible aujourd’hui, si l’on franchissait les mers au moyen de grands yachts de course ou de rapides croiseurs, en combien de temps pourrait-on établir le record du tour de la terre ?

Le calcul est simple : par les deux voies plus haut indiquées on ferait ce tour du globe respectivement en seulement trente-cinq et trente-neuf jours. Et quand le Transsibérien sera entièrement terminé, permettant d’aller par voie ferrée, voie plus rapide que la voie maritime, du Havre à Wladivostock, quand les bateaux à turbine filant sans se gêner leurs 30 nœuds seront devenus, ce qui ne tardera guère, des moyens courants de locomotion, le tour de la terre pourra s’effectuer en seulement vingt-neuf jours.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !