Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

5 septembre 1745 : mort du poète et dramaturge Simon-Joseph Pellegrin

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 5 septembre > 5 septembre 1745 : mort du poète et (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 5 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
5 septembre 1745 : mort du poète
et dramaturge Simon-Joseph Pellegrin
Publié / Mis à jour le dimanche 2 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Ennuyé de la vie de religieux servite, qu’il traînait depuis quelque quarante ans, Simon-Joseph Pellegrin se fit aumônier de bord et courut les mers. Après quoi il essaya de la littérature, et remporta le prix de poésie à l’Académie française. Pour ne le pas manquer, il avait envoyé deux pièces, une ode et une épître, qui eurent l’honneur de tenir longtemps les juges en suspens.

Fier de ce double succès, il vint à Paris pour y dire des messes, composer des pièces de théâtre, et ouvrir boutique de poésies. Madrigaux, épigrammes, compliments, chansons, bouquets, sonnets, ballades, il fournissait tout ce qu’on pouvait désirer, et au plus juste prix, proportionnant équitablement ses droits au salaire, non seulement sur le nombre, mais encore sur la longueur des vers ; c’eût été duperie en effet de n’avoir qu’un seul et même tarif et pour un grand alexandrin, s’allongeant sur ses douze pieds, et pour un pauvre petit vers de deux syllabes.

La fabrique alla, tant bien que mal, pendant plus de trente ans : aussi, Dieu sait, l’effrayante quantité de rimes qui furent mises en circulation ; plus il en paraissait, plus le public, qui jugeait d’après la qualité, proclamait l’auteur un méchant poète ; mais l’abbé Pellegrin, qui voulait au contraire que l’on mesurât son mérite sur une exacte addition de tous les vers qu’il avait enfantés, s’indignait qu’on osât dire, devant lui, que Voltaire était le roi des poètes.

S’admirant lui-même et bafoué des autres, il vécut, ou plutôt il mourut de faim, pendant quatre-vingt-deux ans. Si les deux vers suivants, composés en son intention, n’omettaient sa principale industrie, ils pourraient servir d’épitaphe à l’abbé Pellegrin :

Le matin, catholique, et le soir, idolâtre,
Il dîna de l’autel, et soupa du théâtre.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !