Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 7 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

Mots d'histoire : Cahorsins

Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots d’Histoire > Cahorsins
Savoir : Mots d’Histoire
Origine et signification de dénominations singulières appliquées à des événements, des partis, ou à certaines classes d’individus
Cahorsins
Publié / Mis à jour le mardi 13 avril 2010, par LA RÉDACTION
 

Prêteurs usuriers du treizième siècle. Suivant l’opinion la plus probable, ce nom leur venait de ce que des banquiers italiens établirent à Cahors la première banque que l’on eût vue en France ; et dès lors, tous ceux qui, parmi les chrétiens, faisaient le métier de changeurs, de prêteurs et de banquiers, furent nommés cahorsins, coursins, corsins, etc. Mathieu Pâris nous a conservé la formule des billets que leur souscrivaient les malheureux qui étaient forcés d’avoir recours à eux.

« Si l’argent prêté n’est pas payé et rendu au terme et lieu convenus, nous permettons, y disent les débiteurs, et nous sommes tenus de donner et de rendre aux susdits marchands, ou à l’un d’eux, ou à un de leurs délégués, tous les deux mois, un marc par chaque dizaine de marcs prêtés (ce qui faisait 60 pour cent d’intérêt) ; et, pour indemniser lesdits marchands des dommages et des pertes qui pourroient en résulter pour eux,... nous nous engageons à payer jusqu’à l’entière extinction de la dette les dépenses d’un marchand avec un cheval et un serviteur, etc. »

Ces infâmes usuriers soulevaient trop de haines pour qu’on ne prît pas contre eux de violentes mesures répressives. En 1268, saint Louis enjoignit à tous les baillis de son royaume de chasser les cahorsins dans l’espace de trois mois, délai accordé à leurs débiteurs pour leur payer le principal de leur dette sans les intérêts. Cette ordonnance fut renouvelée par Philippe le Hardi.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !