Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Se faire la malle. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Se faire la malle
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Se faire la malle
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le vendredi 23 septembre 2022, par LA RÉDACTION
 
 
 
S’en aller

Partir, filer à l’anglaise, prendre la clé des champs. Nombreuses sont les métaphores qui filent l’action de s’en aller : on fiche le camp, on tire ses grègues, on file en douce, on bat en retraite... On se fait la malle.

Cette expression est née dans l’argot populaire des années 30. La malle est ce coffre dans lequel nos grands-parents enfermaient leurs vêtements et leurs effets quand ils partaient en voyage. Ce mot un tantinet désuet apparaît dans notre langue à la fin du XIe siècle, précise Le Trésor de la langue française. La malle était alors un « sac en cuir ». À partir de 1135, elle désigne un « coffre en bois puis en cuir pour emporter les effets de voyage. »

Pierrot et Polichinelle voleurs d'une malle. Chromolithographie publicitaire publiée vers 1880
Pierrot et Polichinelle voleurs d’une malle. Chromolithographie publicitaire publiée vers 1880

Une valise, un bagage, un balluchon... Ces mots sont synonymes de départ, de voyages. L’expression désignait en langage argotique l’évasion d’un prisonnier. Ce dernier « s’était fait la malle » quand il avait fait sa valise et s’était tout bonnement enfui. Ainsi que le précise Georges Planelles, la métaphore serait apparue en français en 1935, « construite sur le même modèle que les expressions argotiques se faire la belle ou se faire la paire. »

Une floraison de métaphores a éclos d’après le mot « malle ». L’auteur précise qu’au XVIe siècle, « trousser en malle » signifiait « enlever par surprise », c’est-à-dire voler quelque chose ou quelqu’un. Le Littré ajoute que l’on peut dire d’un homme qu’il a été « troussé en malle » pour signifier qu’il est mort rapidement. Au XVIIe siècle, on dit d’un mort qu’il a « plié sa malle. » Lorsque vous « faites la malle à quelqu’un », vous le quittez, vous l’abandonnez, note l’auteur.

Notons que l’emploi du mot « malle » dans une expression est rarement un signe de bon augure...

Maguelonne de Gestas
Le Figaro

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !