Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Niniche de Quiberon : le bonbon et son histoire

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Gastronomie > Niniche de Quiberon : le bonbon et (...)
Patrimoine : Gastronomie
Richesses du patrimoine de France : spécialités gastronomiques de terroir. Producteurs de spécialités de la gastronomie française
Niniche de Quiberon :
le bonbon et son histoire
(Source : France Bleu)
Publié / Mis à jour le samedi 21 avril 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
En Bretagne, la mer est beaucoup plus qu’une étendue d’eau salée. Elle rythme la vie des gens, a le goût des larmes, des femmes de marin. Aussi la Bretagne a-t-elle pour allié culinaire le sel, cet enfant des noces de la terre et de la mer.

Et puis, le sel est un agent d’antisepsie : sa concentration tue les bactéries. Voilà qui est bien utile quand on part en mer. Patrie du beurre salé, la Bretagne l’utilise dans de nombreuses spécialités : les crêpes, les galettes et le caramel.

Le caramel au beurre salé est partout, des desserts des grandes tables aux glaces, cette confiserie est signe de raffinement. Elle ne date pourtant pas d’hier, ancienne spécialité de Saint-Brieuc et de Dinan à la fin du XIXe siècle, le « caramollet » était alors proposé aux passants. On raconte que les vendeuses avaient coutume de cracher dans leurs mains avant de façonner ce sucre pilé caramélisé en bâtons tordu.

Niniches de Quiberon
Niniches de Quiberon. © Crédit photo : Radio France — Patrice Dourlent

Créée en 1936 à Royan par Raymond Audebert, la Niniche apparaît à Quiberon en 1946 suite à l’installation de sa confiserie dans la presqu’île. Alain Audebert perpétue alors la tradition de son grand-père et ne change pas la recette : du sucre de canne, du lait et du beurre salé de la région, toujours travaillés à la main dans de grands chaudrons en cuivre. Reste un secret, la confection des 3 ou 4 torsades nacrées, chaque Niniche est unique.

Façonner cette confiserie chaude en formes diverses avant qu’elles ne durcissent
Cette petite sucette ronde, toute en longueur, qui se déguste le plus souvent froide, est aussi proposée chaude, juste après sa confection. Les soirs d’été, les vacanciers comme les Quiberonnais adorent, selon l’expression consacrée, « aller aux Niniches », se promener le soir le long de la plage boulevard Chanard et façonner cette confiserie chaude en formes diverses avant qu’elles ne durcissent.

Aujourd’hui, les Niniches peuvent avoir 20 saveurs de caramels (nature, avec des amandes, des noisettes, du cacao) mais aussi pas moins de 30 parfums naturels de fruits, qui s’exportent tous jusqu’en Asie.

Au fait, d’où vient ce nom de Niniche ? Non, rien à voir avec les biscuits pour chien, ce nom a été choisi pour que les enfants s’en souviennent.

Découvrez la Niniche de Quiberon de la Maison d’Armorine :
Site Internet : http://www.maison-armorine.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/maisonarmorine/

Capucine Frey et Atelier de création Grand-Ouest
France Bleu

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !