Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

La guerre de 1870 (Petite Histoire de France, par Jacques Bainville) - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Petite Histoire de France > La guerre de 1870 (Chapitre 38)
Petite Histoire de France
Petite Histoire de France destinée à inculquer aux plus jeunes l’amour de notre civilisation et à graver en leur mémoire héros et événements majeurs
La guerre de 1870
(Chapitre 38)
(Extrait de « Petite Histoire de France » (par Jacques Bainville),
nouvelle édition 2018 de l’ouvrage paru en 1928)
Publié / Mis à jour le mardi 17 avril 2018, par LA RÉDACTION
 

Après le désastre de Sedan, la France fut envahie. Des légions d’Allemands chaussés de lourdes bottes et coiffés de casques à pointe avancèrent de tous côtés pour s’emparer de Paris. La grande ville résista, espérant toujours être délivrée. Elle avait été assiégée plusieurs fois, comme nous l’avons vu, dans son ancienne histoire. Ce siège-là fut terrible, car il dura tout un hiver qui fut très froid. Et, bientôt, deux millions d’habitants, enfermés dans ses murs, commencèrent à manquer de tout. On finit par se nourrir de pain moisi, de chiens, de chats et de rats.

C’est en vain que des sorties furent tentées et que les Parisiens essayèrent de rompre le cercle des Prussiens au Bourget et à Champigny. C’est en vain aussi que Gambetta s’échappa de Paris en ballon pour organiser en province la levée en masse. Malgré quelques beaux faits d’armes, ces armées improvisées succombèrent devant les Prussiens trop nombreux, disciplinés et pourvus d’armes excellentes. Paris dut se rendre ; mais les Prussiens osèrent à peine y entrer. Ils se contentèrent d’envoyer quelques régiments défiler aux Champs-Élysées.

Le siège de Paris. Peinture de Jean-Louis-Ernest Meissonier (1815-1891)
Le siège de Paris. Peinture de Jean-Louis-Ernest Meissonier (1815-1891)

Cependant nos malheurs n’étaient pas finis, car les Parisiens avaient été exaspérés par leurs souffrances et par leurs déceptions, et une partie d’entre eux écouta les révolutionnaires. La Commune fut proclamée. On arbora le drapeau rouge, dont le reste de la France ne voulait pas. Et sous les yeux moqueurs des Prussiens, qui campaient non loin de là, l’armée de Versailles dut reprendre Paris rue par rue. Se voyant battus, les Communards fusillèrent les otages qu’ils avaient pris, et eurent même l’atroce idée de brûler la ville après avoir arrosé les maisons de pétrole. Du château des Tuileries et du...

Lire un extrait du chapitre 37 | Lire un extrait du chapitre 39

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DU TEXTE DANS L’ÉDITION 2018
de l’ouvrage paru en 1928 de Jacques Bainville, entièrement
recomposé
et enrichi de 60 lithographies et dessins en couleur
Petite Histoire de France, par Jacques Bainville
Éditions La France pittoresque. 82 pages. Format 21,5 x 28 cm
Prix : 19,90 euros. ISBN : 978-2-367220253. Paru en avril 2018
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !