Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

Fantômes et revenants du château d'Hardivillers (Oise) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Fantômes et revenants du château (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Fantômes et revenants
du château d’Hardivillers (Oise) :
histoire d’une mystification
(D’après « Dictionnaire infernal, ou Bibliothèque universelle
sur les êtres, les personnages, les livres, les faits et les choses
qui tiennent aux apparitions, etc. » (Tome 1), édition de 1825)
Publié / Mis à jour le mercredi 12 octobre 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
Du temps de la jeunesse de Louis XV, et chaque année vers la Toussaint, se manifestait à Hardivillers, terre de Picardie aux environs de Breteuil (Oise), un esprit que l’on disait être à l’origine d’un bruit effroyable, de hurlements épouvantables, le tout agrémenté de flammes qui faisaient paraître le château en feu. De nombreux témoins affirmaient avoir observé, vaquant à leurs occupations, d’anciens occupants des lieux, tant et si bien que le maître du château résolut de lever le voile sur un mystère préjudiciable aux bénéfices qu’il pouvait tirer de l’affermage.

Personne n’osait demeurer en cet endroit, hormis les fermiers, avec qui cet esprit était apprivoisé. Si quelque malheureux passant y couchait une nuit, il était si bien étrillé qu’il en portait les marques pendant plus de six mois. Les paysans des alentours voyaient mille fantômes qui ajoutaient à l’effroi.

Tantôt quelqu’un avait aperçu en l’air une douzaine d’esprits au-dessus du château ; ils étaient tous de feu et dansaient un branle à la paysanne ; une autre fois on avait trouvé dans une prairie des présidents et des conseillers en robes rouges, assis et jugeant à mort un gentilhomme du pays qui avait eu la tête tranchée il y avait bien cent ans. Un autre avait rencontré la nuit un gentilhomme, parent du maître du château, qui se promenait avec la femme d’un autre gentilhomme des environs ; on nommait la dame ; on ajoutait même qu’elle s’était laissé cajoler, et qu’ensuite elle et son galant avaient disparu.

Château d'Hardivillers (après sa reconstruction peu avant la Révolution)
Château d’Hardivillers (après sa reconstruction peu avant la Révolution)
© Crédit illustration : Le Bonhomme Picard

Ainsi plusieurs personnes avaient vu, ou tout au moins ouï dire des merveilles du château d’Hardivillers. Cette farce dura plus de quatre ou cinq ans, et fit grand tort au maître du château qui était contraint d’affermer sa terre à très vil prix. Aussi résolut-il enfin de faire cesser la lutinerie, persuadé par beaucoup de circonstances qu’il y avait de l’artifice de quelqu’un en tout cela, et se rendit-il sur place vers la Toussaint. Il coucha dans son château, et fit demeurer dans sa chambre deux gentilshommes de ses amis, bien résolus, au premier bruit ou à la première apparition, de tirer dessus avec de bons pistolets.

Les esprits fuirent apparemment ces préparatifs, puisque pas un d’eux ne parut : ils se contentèrent de remuer des chaînes dans une chambre au-dessus de celle du propriétaire des lieux, au bruit desquelles sa femme et ses enfants accoururent, se jetant à genoux pour l’empêcher de monter dans cette pièce. « Ha ! monseigneur, lui criaient-ils, qu’est-ce que la force humaine contre des gens de l’autre monde ? Monsieur de Fécaucourt, avant vous, a voulu tenter la même entreprise, il en est revenu avec un bras tout disloqué ; Monsieur de Warselles pensait aussi faire le brave, il s’est trouvé accablé sous des bottes de foin, et le lendemain il en fut bien malade. »

Enfin ils alléguèrent tant de pareils exemples au président, que ses amis ne voulurent pas qu’il s’exposât à ce que l’esprit pourrait faire pour sa défense, ils en prirent seuls la commission : ils montèrent tous deux à cette grande et vaste chambre où se faisait le bruit, le pistolet dans une main et la chandelle dans l’autre ; ils ne voyaient d’abord qu’une épaisse fumée que quelques flammes redoublaient en s’élevant par intervalles. Ils attendirent un moment, et lorsque la fumée s’éclaircit, l’esprit parut confusément au milieu. C’est un grand diable tout noir qui faisait des gambades, et qu’un autre mélange de flammes et de fumée déroba encore à leur vue. II avait des cornes, une longue queue ; son aspect épouvantable diminua un peu l’audace de l’un des deux champions : « Il y a là quelque chose de surnaturel, dit-il à son compagnon ; retirons-nous. — Non, non, répondit l’autre ; ce n’est que de la fumée de poudre à canon, et l’esprit ne fait son métier qu’à demi de n’avoir pas encore soufflé nos chandelles. »

II avança à ces mots, poursuivit le spectre, le fixa pour lui lâcher un coup de pistolet, ne le manqua pas ; mais il fut tout étonné qu’au lieu de tomber, ce fantôme se retourna et se mit devant lui. C’est alors qu’il commença lui-même à avoir un peu de frayeur, mais se rassura toutefois, persuadé que ce ne pouvait être un esprit. Et, voyant que le spectre ne l’osait atteindre et évitait de se laisser saisir, il résolut de l’attraper pour voir s’il était palpable ou s’il fondrait entre ses mains.

Ruines du château d'Hardivillers au début du XXe siècle
Ruines du château d’Hardivillers au début du XXe siècle

L’esprit étant trop pressé, sortit de la chambre et descendit par un petit escalier qui était dans une tour ; le gentilhomme descendit après lui, ne le perdant point de vue, traversa cours et jardins, et fit autant de tours qu’en fit le spectre, tant qu’enfin ce fantôme étant parvenu à une grange qu’il trouva ouverte, se jeta dedans, et s’y voyant enfermé, aima mieux disparaître que de se laisser prendre, fondant contre le mur même où le gentilhomme pensait l’arrêter.

L’ayant vu ainsi disparaître, il appela du monde et se fit apporter de quoi enfoncer la porte de l’endroit où le spectre s’était évanoui ; il découvrit que c’était une trappe qu’on fermait au verrou après qu’on y était passé. II y descendit, trouva le fantôme sur de bons matelas qui l’empêchaient de se blesser quand il s’y jetait la tête la première. Il l’en fit sortir, et on reconnut sous son masque du diable le fermier du château. Ce qui rendait l’esprit à l’épreuve du pistolet était une peau de buffle ajustée à son corps. Le fourbe avoua toutes ses souplesses, et en fut quitte pour payer à son maître les arrérages de cinq années, sur le pied de ce que la terre était affermée avant les apparitions.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre un Jean des Vignes
 
 Après moi le déluge
 
MANIFESTATIONS
 Cartes (Les) de Jean de Beins au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Forgeron du Gers à jamais changé en loutre
 
 La Belle et la Bête : conte abordant dans sa première mouture de 1740 la condition de la femme âgée dans la société
 
 Eloy et le diable ennuyé, ou comment Lucifer trouva son maître
 
 Amour malheureux (L') d'Adalaïs et du chevalier Raymond au château de Penne (Tarn)
 
 
Et puis aussi...
 
 Gobe mouton et égagrophiles
 
 Fontaine miraculeuse de Baranton (Ille-et-Vilaine)
 
 Montgommery (Le seigneur) de Saint-Jean-le-Thomas dans la baie du mont-Saint-Michel. Sa maîtresse Hélène. L'île de Tombelaine, son trésor caché
 
 Ours (Château de l') (Montluçon)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 202 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services