Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Decet imperatorem stantem mori. Citation latine

Vous êtes ici : Accueil > Citations / locutions latines > Decet imperatorem stantem mori
Citations / locutions latines
Citations et locutions latines utilisées en français, traduites, commentées, expliquées ; phrases françaises d’auteurs célèbres utilisant l’expression.
Decet imperatorem stantem mori
Publié / Mis à jour le dimanche 17 avril 2016, par LA RÉDACTION
 
 
 
Un empereur doit mourir debout

Vespasien, empereur romain, avait dépassé sa soixante-neuvième année, lorsqu’il fut attaqué de la maladie qui le conduisit au tombeau, non par de vives souffrances, mais par un affaiblissement progressif. Conservant jusqu’au bout sa sérénité d’âme, il tournait en plaisanterie l’apothéose qui allait lui être décernée. « Je m’aperçois que je commence à devenir dieu », disait-il gaiement, à mesure que sa situation devenait désespérée.

Malgré son extrême langueur, il n’interrompit pas un instant ses occupations accoutumées ; il vaquait aux affaires, il donnait audience dans son lit ; enfin, se sentant défaillir, il fit un dernier et suprême effort pour se lever, disant : Decet imperatorem stantem mori, puis, s’étant fait habiller, il expira entre les bras de ses officiers.

« Daquin montra de l’héroïsme à son heure dernière. A l’âge de soixante-dix-huit ans, retenu dans son lit par la maladie qui venait de le frapper et qui l’emporta huit jours après, Daquin pensait à la fête de saint Paul, qui s’approchait. Je veux me faire porter à mon orgue, c’est là que je dois mourir : Decet imperatorem stantem mori. » (CASTIL-BLAZE)

« Brummel, ruiné, voulait faire belle contenance jusqu’à la fin : Decet imperatorem stantem mori. Il mourut en effet sur la brèche ; il parut le soir même au balcon de l’Opéra, et, à minuit, le beau n’existait plus. Brummel, fugitif, n’emportant guère qu’une vingtaine de mille francs, courait incognito sur la route de Douvres, et débarquait à Calais avant que ses créanciers eussent soupçonné son départ. » (Revue de Paris)

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !