Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 39), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 39 (Juillet/Août/Septembre (...)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 39 : Félicie de Fauveau ; éternuement ; espionnage et porcelaine ; chameau ; assurance-maladie en 1754 ; remèdes secrets...
Numéro 39
(Juillet/Août/Septembre 2011)
 
Le naufrage près de la côte hollandaise en 1799 de la frégate la Lutine avec notamment à son bord 1900 barres d’or et 500 barres d’argent, sonne le départ d’une course au trésor aiguisant l’imagination d’audacieux marins L’idée d’arracher à la mer les cargaisons de métaux précieux que lui ont confiées les naufrages, a toujours eu le don de stimuler (...)
Publié le vendredi 8 juillet 2011, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Attribué à la créature du sculpteur Prométhée manifestant à son créateur le premier souffle de vie, l’éternuement est, non seulement et de temps immémorial, source d’augures bientôt condamnés par l’Église, (...)
 
Nos ancêtres imaginèrent diverses fables pour justifier la salutation pratiquée à l’occasion d’un éternuement. Selon un conte picard, près de la route d’Englebelmer (Somme), se tenait autrefois un (...)
 
Eternuer à droite de quelqu’un était un augure favorable ; à gauche, c’était le contraire. Catulle fait éternuer Cupidon à droite, pour faire comprendre aux deux amants qu’il approuve leurs doux (...)
 
Incontournable dans le commerce parisien du Moyen Age et ne subissant pas l’infériorité qu’on lui attribuera plus tard, la friperie, étroitement surveillée et placée sous la coupe du chambrier royal, (...)
 
Deux ans après la réorganisation en 1776 des communautés, une déclaration du roi en date du 29 mars 1778, non spéciale à Paris, réglementa la profession de fripier-brocanteur, l’article 1er prescrivant (...)
 
Le premier spectacle télécinématographique donné à l’Olympia en 1930, marquant l’irruption de la télévision en France, soulève également quelques inquiétudes quant au nouveau mode de vie qui en découlera... (...)
 
En 1754, Piarron de Chamousset, magistrat de la Chambre des Comptes, philanthrope versé dans les disciplines médicales, propose de mettre en place le premier système de santé en tous points (...)
 
Dès 1754, Piarron de Chamousset stipule dans son Plan d’une Maison d’Association qu’ « il y aura des lieux éloignés et séparés pour les maladies contagieuses, et pour les grossesses ; on exigera seulement (...)
 
Dans son mémoire de 1770 proposant la création d’un établissement de 300 lits destiné à assurer 30000 personnes, de Chamousset explique qu’ils seront distribués en 7 salles de 24 lits, 48 chambres à 2 (...)
 
En 1528, François Ier fit bâtir un château sur la rive droite de la Seine, entre Longchamp et Neuilly, au nord de l’emplacement occupé plus tard par Bagatelle. Appelé d’abord Château du bois de (...)
 
Les Gaulois étaient des cavaliers pleins de hardiesse, de fougue et de bravoure. Montés sur leurs chevaux, qu’ils dirigeaient avec un simple bridon, ils parcoururent en vainqueurs une partie de (...)
 
On a traité de fables les récits relatifs à des céphalopodes d’une dimension démesurée aperçus au large ou près des côtes par des pêcheurs ; mais cent relations de navigateurs dignes de créance établirent (...)
 
Prélevée sur les prostituées de Paris pour financer le dispensaire de salubrité et les visites sanitaires à laquelle on les assujettit, la taxe administrative fait bientôt l’objet d’une sévère (...)
 
Nommé préfet de police de Paris en décembre 1821, Guy Delavau crut devoir, à la fin de son administration, revenir sur la question de la taxe des prostituées, qui de jour en jour lui paraissait plus (...)
 
Confondue avec la salade et aïeule du casque de nos poilus, la bourguignotte, protégeant la nuque et laissant le visage découvert, apparaît en Bourgogne à la fin du XVe siècle mais tarde à se forger (...)
 
Connu des Égyptiens et consistant alors en un simple tube de roseau flanqué d’une vessie contenant le liquide médicamenteux, le clystère, remédiant à nombre d’affections, règne sans partage à compter du (...)
 
C’est vers 1660 qu’on agita dans le monde savant la question de savoir si le clystère rompait le jeûne. Proposée par un médecin, cette question fit éclore une foule de thèses divertissantes. Montanus (...)
 
Le procès intenté à un chanoine de Troyes, François Bourgeois, par la garde-malade Etiennette Boyeau qui avait administré 2190 clystères à ce dernier en deux ans et réclamait à son client la (...)
 
Avant le milieu du XIXe siècle, aucun naturaliste n’explique autrement qu’en supposant l’existence de cellules aquifères ou d’un réservoir, la résistance du chameau aux rigueurs du désert, la légende (...)
 
Parus à la fin du XVIIe siècle, les Mémoires pour servir à l’Histoire naturelle de Claude Perrault, au sein desquels il fournit la description anatomique de deux chameaux – en réalité des dromadaires (...)
 
Célèbre critique dramatique au journal Le Temps, Sarcey, évoquant la vélocipédie, demanda à la police dans la France de mai 1869, de supprimer « cette excentricité dont il ne voyait nullement l’avenir (...)
 
Au Moyen Age, une tradition populaire prétendait que Godefroy de Bouillon, premier roi de Jérusalem à l’issue de la Première Croisade, avait pour bisaïeule une fée, laquelle était devenue femme du roi (...)
 
Il arriva parfois qu’une actrice de théâtre très chastement vêtue se trouvât, par suite d’un accident, montrer au public « ce qu’il ne faut point laisser voir ». Ce fut le cas pour la chute retentissante (...)
 
En usage dès le XVIIe siècle et destinés à dissimuler, sous une forme agréable, la saveur de drogues nauséabondes mais réputées efficaces, les biscuits purgatifs, à l’instar des remèdes secrets, sont dès (...)
 
Le 25 janvier 1759, une délibération de l’hôpital de Vichy motivée par les remarques d’Emmanuel Tardy, conseiller du roi, docteur en médecine, intendant des Eaux minérales de Vichy, médecin de l’hôpital (...)
 
En dépit de l’assujettissement de la fabrication et distribution des remèdes secrets à l’obtention d’une autorisation dès 1728, la question demeurait difficile à régler, et nous voyons Louis XV (...)
 
La mémoire populaire retient des souterrains émaillant le Poitou, leur usage par les fées ou loups-garous, cependant qu’ils tinrent plus certainement de cellier secret ou de refuges aménagés parant (...)
 
Au plus fort de la Terreur, cependant que la ville de Lyon se prépare à la résistance, les vallées profondes et ombragées des montagnes de Chevrières, hameau du Forez, deviennent le point de (...)
 
Rien de plus attendrissant que l’arrivée d’un fugitif à Chevrières, pendant la Terreur. L’affiliation du nouvel hôte se faisait sous la sauvegarde de la religion ; l’office du jour était célébré en (...)
 
Si le secret de fabrication de la porcelaine dure, connu de longue date en Extrême-Orient, ne l’est pas en Europe avant le XIIIe siècle, il faut attendre 1766 et la découverte en Limousin du (...)
 
Dans un document rédigé par Macquer en août 1768, peu avant son départ pour le sud de la France à la recherche du gisement de kaolin, le chimiste de Sèvres retranscrit les instructions adressées par le (...)
 
Dans une lettre adressée le 30 juillet 1769 à Macquer, Parent, attaché à la manufacture de Sèvres et qui en deviendra plus tard le directeur (1772-1778), se fait le porte-parole du chirurgien Darnet (...)
 
Simple, exempte d’agitation, consistant en l’exercice de la sculpture et du dessin et agrémentée de soirées en présence de représentants de la haute société, l’existence de Félicie de Fauveau devient (...)
 
En Vendée, au milieu des bois dont elle était entourée, Félicie de Fauveau maniait tour à tour la lyre et l’épée, le pistolet et le pinceau ; ses mains pétrissaient l’argile ou s’exerçaient au tir de (...)
 
Toujours vêtue d’une robe de drap sombre, les cheveux coupés courts aux enfants d’Edouard, coiffure des chouans qu’elle avait adoptée dans sa campagne vendéenne et avait fait vœu de garder ; sur la tête (...)
 
Le naufrage près de la côte hollandaise en 1799 de la frégate la Lutine avec notamment à son bord 1900 barres d’or et 500 barres d’argent, sonne le départ d’une course au trésor aiguisant l’imagination (...)