Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
le 23 octobre dans l'histoire [voir]  /  notre librairie [voir]  /  nous soutenir [voir]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Histoire des Français. Charlemagne sacré empereur d'Occident par le pape Léon III. Cérémonie le jour de la Noël 800 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Histoire des Français > Charlemagne sacré empereur d'Occident le

Histoire des Français

L’Histoire des Français : systèmes politiques, contexte social, population, économie, gouvernements à travers les âges, évolution des institutions.


Charlemagne sacré empereur d’Occident
le jour de la Noël 800
(D’après « Faits mémorables de l’Histoire de France », paru en 1844)
Publié / Mis à jour le jeudi 25 décembre 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Charlemagne est un de ces hommes supérieurs qui apparaissent dans le monde à de longs intervalles, et dont la gloire, illuminant à la fois l’avenir et le passé, illustre tout un siècle. Tout ce qui fut la grandeur d’une époque, les succès militaires, les études littéraires, les magnifiques constructions, concourut à l’éclat de ce règne de quarante-six ans.

C’est à dater de Charlemagne que la France prend dans l’Europe une place importante : « C’est sous sa main, dit Guizot, que s’est opérée la secousse par laquelle la société européenne, faisant volte-face, est sortie des voies de la destruction pour entrer dans celles de la création. » Charlemagne arrête la décadence continue des siècles précédents ; il comprime le désordre ; il porte, violemment il est vrai, la civilisation chez les peuples barbares, et met un terme à leurs perpétuelles invasions ; il fortifie le clergé, introduit dans l’état une constitution régulière et jette les premières bases de l’unité administrative.

Après sa mort, ce vaste empire, dont toutes les parties ont été si péniblement réunies, doit se démembrer, mais les principes d’organisation qu’il a posés survivront à sa puissance et se perpétueront dans l’avenir.

Charlemagne. Représentation d'artiste
Charlemagne. Représentation d’artiste

Tout, dans l’existence de Charlemagne, révèle la passion des grandes choses ; ce n’est plus, comme ceux qui l’ont précédé, un chef barbare ne songeant qu’à la guerre, ne se préoccupant que du pillage ; s’il combat, c’est pour protéger ses frontières et assurer le succès des plans politiques qu’il médite. Au retour de ses expéditions contre les Saxons, contre les Avars, il occupe son repos de tout ce qui peut éclairer les hommes auxquels il commande et hâter les progrès de la civilisation.

Partout il fonde des églises nouvelles : à Aix-la-Chapelle, son séjour de prédilection, une superbe basilique s’élève par ses soins ; il y prodigue l’or et l’argent, l’orne de portes et de grilles de bronze massif, l’enrichit de candélabres magnifiques, et tire à grands frais de Ravenne et de Rome les marbres nécessaires à la décoration de ce monument, témoignage éclatant de sa foi.

En même temps qu’il embellissait Aix-la-Chapelle, il ne négligeait pas les travaux d’utilité générale ; il avait réuni les rives opposées du Rhin par un pont en bois qu’un incendie détruisit peu de temps avant sa mort et qu’il voulait remplacer par un pont en pierres. En Germanie, il commença l’exécution d’un canal destiné à joindre le Rhin au Danube et à faciliter la défense de l’empire en cas d’invasion ; projet gigantesque dont s’emparera la science moderne.

Secondé par Alcuin, le savant le plus renommé de ce temps, par Benoît d’Aniane, par Eginhard, son secrétaire et l’historien de cette époque, Charlemagne avait établi de nombreuses écoles, où tous étaient admis et dont lui et ses filles étaient les élèves les plus assidus. Après les longues absences qu’exigeaient ses guerres, il revenait avec empressement à ses études, s’informait des progrès de chacun, examinait lui-même les compositions des écoliers, encourageait les plus studieux de ses éloges, et leur accordait sa bienveillance et sa protection. Le soir et le matin le prince assistait aux chants de l’église, dont il surveillait attentivement l’exécution ; enfin, après une journée si complètement remplie, souvent la nuit il se levait soit pour travailler, soit pour décider sur les contestations qu’on lui soumettait.

Cette rare activité, cette forte intelligence, cet instinct supérieur des nobles actions avaient acquis à Charlemagne l’admiration de ses contemporains. La papauté se plaisait à le nommer son fils bien-aimé ; il entretenait des relations avec l’empire d’Orient, et recevait des ambassades des pays les plus éloignés.

La plus célèbre est celle qui lui fut envoyée de l’Asie par le calife de Bagdad, Haroun-al-Raschid. Il fit offrir à Charlemagne les clefs du Saint-Sépulcre, et parmi les présents magnifiques qu’apportaient ses envoyés, les Francs virent avec un étonnement profond une horloge sonnante, la première qui fut introduite en France ; un singe et un éléphant, merveilles jusqu’alors inconnues aux hommes du Nord.

Des diverses contrées de l’Europe , les princes se rendaient à la cour d’Aix-la-Chapelle, soit pour solliciter l’amitié du roi des Francs, soit pour réclamer son appui. Ainsi Egbert, roi de Sussex, Eardulf, roi de Northumberland, venaient se former à la cour de Charlemagne, qui plus tard les rétablissait tous deux dans leurs états ; Lope, duc des Basques, était aussi élevé auprès de lui ; les rois chrétiens et les émirs d’Espagne le suivaient jusque dans les forêts de la Bavière, implorant ses secours contre le calife de Cordoue ; Alfonse, roi de Galice, offrait au roi des Francs les riches tapisseries qu’il avait prises au siège de Lisbonne.

Tous étalaient un luxe, une magnificence, qui contrastaient avec la simplicité de Charlemagne, fidèle au costume des anciens Germains, et dont habituellement les vêtements différaient peu de ceux des gens du commun. Il portait une tunique serrée par une ceinture de soie ; des sandales, maintenues par des bandelettes qui se croisaient sur ses jambes, chaussaient ses pieds, et toujours il était couvert du vaste manteau des Francs ; il repoussait les habits étrangers, quelque riches qu’ils fussent, et ne souffrait pas qu’on l’en revêtît.

Dans les grandes solennités, et quand il donnait audience aux ambassades des nations étrangères, il se montrait alors avec un justaucorps brodé d’or, des sandales ornées de pierres précieuses, un manteau retenu par une agrafe d’or, et un diadème tout brillant d’or et de pierreries.

Sacre de Charlemagne par le pape Léon III à la Noël 800
Sacre de Charlemagne par le pape Léon III à la Noël 800

Un hommage solennel que lui rendit le pape Léon III mit le comble à la puissance de Charlemagne. L’an 800, une conspiration ayant éclaté à Rome, le pape Léon III, dont les jours avaient été menacés, s’était réfugié auprès du roi des Francs, qui bientôt après l’avait renvoyé triomphant dans la ville sainte. Voulant mieux affermir encore l’autorité papale, Charlemagne était passé en Italie pour punir les rebelles. Le pape, la main sur l’Évangile, avait protesté contre les accusations de ses ennemis. « Comme j’espère, avait-il dit, au jour du jugement dernier participer aux bienfaits du saint Evangile, je suis innocent des crimes qu’on m’a faussement imputés. » Les calomniateurs avaient été arrêtés et envoyés en exil ; l’ordre était rétabli dans Rome.

Quelque temps après, le jour de la fête de Noël, le roi assistait à la messe dans l’église des Saints- Apôtres ; il était agenouillé devant l’autel de Saint-Pierre, absorbé dans sa prière, quand, tout d’un coup, le pape, qui avait célébré l’office, se dirigeant vers lui, versa l’huile sainte sur son front et posa sur sa tête une couronne d’or. Tout le peuple romain qui remplissait l’église, se levant alors, s’écria par trois fois : « A Charles, Auguste, couronné par Dieu grand et pacifique empereur des Romains, vie et victoire. » Puis, après Laudes, pour rendre cette consécration plus respectable encore, Charlemagne, suivant la coutume des anciens princes, fut adoré par le pape, et, quittant désormais le titre de patrice, il prit celui d’empereur et auguste.

Cet acte important, qui après trois siècles renouvelait l’empire d’Occident dans la personne du roi des Francs, donna à son pouvoir une force nouvelle. Toutefois Charlemagne ne se trompait pas entièrement sur la durée de son empire, et il sembla, pour ainsi dire à l’heure même de son triomphe, prévoir les rudes épreuves qui devaient en amener si rapidement la décadence.

Avant d’entrer en Italie pour rétablir l’autorité de Léon III, Charlemagne, ayant parcouru la Gaule, arriva inopinément dans une ville maritime de la Gaule Narbonnaise. Tandis qu’il dînait, sans s’être encore fait reconnaître, des corsaires normands vinrent pour exercer leurs pirateries jusque dans le port ; en apercevant les barques, les uns crurent que c’étaient des marchands juifs ou africains, d’autres disaient bretons ; mais Charles les reconnut à la légèreté de leurs bâtiments. « Ce ne sont pas là des marchands, dit-il, mais de cruels ennemis. »

A ces mots, tous les Francs, à l’envi les uns des autres, coururent à leurs navires ; mais inutilement : les Normands s’étaient enfuis. Alors l’empereur, s’étant levé de table, se mit à une fenêtre qui s’ouvrait vers l’orient, et demeura longtemps en silence le visage inondé de larmes. Comme personne n’osait l’interroger, il dit aux grands qui l’entouraient : « Savez-vous, mes fidèles, pourquoi je pleure amèrement ! Certes, je ne crains pas qu’ils me nuisent par ces misérables pirateries ; mais je m’afflige profondément de ce que, moi vivant, ils ont été près de toucher ce rivage ; et je suis tourmenté d’une violente douleur quand je prévois ce qu’ils feront de maux à mes descendants et à leurs peuples. »

Douloureuse prophétie, qui devait se réaliser presque dès le lendemain de la mort de Charlemagne.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Avoir de la corde de pendu
 
 La gourmandise tue plus de gens que l'épée
 
MANIFESTATIONS
 Giverny : Henri Manguin ou la volupté de la couleur d'un peintre méconnu
 
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Langue française : son origine et son évolution depuis le temps des Gaulois
 
 Mort de Roland à Roncevaux en 778 : entre histoire et légende
 
 Privilèges de la noblesse et du clergé abolis le 4 août 1789 : pourquoi en jouissaient-ils ?
 
 Louis XI : habile et rusé, il préserve grandeur et unité de la France
 
 
Et puis aussi...
 
 Crucifix en Gaule : une apparition tardive et le devant aux Chrétiens d'Orient
 
 Circonstances de l'évasion de Louis XVI et arrestation du roi à Varennes le 21 juin 1791
 
 Prédication de la Première croisade et prise de Jérusalem par les chrétiens
 
 Traité de Verdun en 843 : aboutissement de la lutte opposant les petits-fils de Charlemagne
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 62 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services