Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

9 avril 1599 : mort de Gabrielle d’Estrées, favorite du roi Henri IV

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Avril > 9 avril > 9 avril 1599 : mort de Gabrielle (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 9 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
9 avril 1599 : mort de
Gabrielle d’Estrées, favorite du roi Henri IV
Publié / Mis à jour le dimanche 7 avril 2013, par LA RÉDACTION
 

Gabrielle d’Estrées, surnommée la belle Gabrielle, a été rendue célèbre par Henri IV. Ce prince lui écrivait un jour, du champ de bataille : « Avant de mourir, ma dernière pensée sera à Dieu, et l’avant-dernière à vous. »

Gabrielle d'Estrées
Gabrielle d’Estrées

Gabrielle avait passé une partie du carême de l’an 1599, à Fontainebleau ; mais la bienséance et la politique ne permettant pas à Henri IV de la garder auprès de lui pendant le temps de Pâques, il l’avait priée de retourner à Paris, et la conduisit jusqu’à Melun. « Ces deux amants, dit Sully, semblaient avoir un pressentiment qu’ils ne se reverraient plus ; ils s’accablaient de caresses, les larmes aux yeux, et se parlaient comme si c’eût été la dernière fois ; ils prenaient congé l’un de l’autre, et aussitôt se rappelaient, s’embrassaient, et ne pouvaient se séparer. »

Elle vint loger chez Zamet ; c’était un Italien qui avait acquis de grandes richesses, en s’intéressant dans toutes sortes de maltotes ; c’est lui qui se qualifiait dans le contrat de mariage de sa fille, seigneur suzerain de dix-sept cent mille écus.

La duchesse fut reçue de son hôte avec tous les empressements imaginables. Le Jeudi-Saint, ayant bien dîné, il lui prit quelques éblouissements dans l’église du petit Saint-Antoine, où elle était allée entendre les ténèbres. Revenue chez Zamet, et se promenant dans le jardin, après avoir mangé d’un citron (d’autres disent une salade), elle sentit tout à coup un feu dans la gorge et des douleurs si aiguës dans l’estomac, qu’elle s’écria : « Qu’on m’ôte de cette maison, je suis empoisonnée. » On avait déjà parlé de marier Henri IV avec Marie de Médicis ; et comme Zamet était né sujet du duc de Florence, ses ennemis le soupçonnèrent d’avoir servi l’ambition de son souverain.

On emporta Gabrielle chez elle ; son mal y redoubla avec des crises et des convulsions si violentes, qu’on ne pouvait regarder sans effroi cette tête si belle quelques heures auparavant. « On empoisonna cette favorite, dit un écrivain de ce temps-là, parce que le roi était déterminé à l’épouser ; et ce fut un service qu’on rendit à ce prince et à l’Etat, ajoute ce galant homme, vu les troubles qui en seraient avenus. »

Henri IV fit prendre le deuil à toute la cour, et le porta la première semaine en violet, et la seconde en noir. Le parlement de Paris envoya une députation lui porter ses condoléances : ce qui n’avait pas encore été fait, et qui n’a jamais fait depuis, pour aucune maîtresse des rois.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !