Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire d'une jambe de cheval. Anecdotes historiques - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Jambe de cheval (Histoire d'une)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Jambe de cheval (Histoire d’une)
(Brève parue en 1843)
Publié / Mis à jour le mardi 12 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

Depuis un temps immémorial, les bateliers et les pêcheurs avaient remarqué dans la Saône, du côté du pont d’Aisnay, un corps métallique, visible lorsque les eaux étaient basses, et qu’ils appelaient le tupin de fer, c’est-à-dire le pot de fer cassé.

Les pêcheurs l’évitaient avec grand soin, de peur d’y déchirer leurs filets ; les bateliers, au contraire, s’en servaient comme d’un point d’appui pour s’aider à remonter le courant. Pendant plusieurs siècles ce prétendu pot resta à la même place.

Enfin, le 14 février 1766, les eaux étant très basses et très fortement gelées, un constructeur de barques nommé Laurent s’aperçut que l’objet en question n’était pas un fragment de pot de fer, mais pouvait avoir quelque valeur. Un de ses amis et plusieurs ouvriers s’étant joints à lui, ils parvinrent, non sans peine, à retirer de l’eau une jambe de cheval en bronze. Ils l’offrirent d’abord à un bourgeois de Lyon pour 18 livres ; celui-ci ayant refusé, ils la portèrent à l’Hôtel-de-ville, où le prévôt des marchands leur fit donner deux louis.

Cette jambe, qui est aujourd’hui au Musée, est curieusement travaillée. Elle n’est pas entièrement de bronze ; l’âme est de plomb, et recouverte d’une couche de bronze d’environ 2 millimètres d’épaisseur, et qui n’est pas jetée d’une seule fonte : elle est composée uniquement de petites parties qui sont taillées en queue d’aronde et s’emboîtent l’une dans l’autre.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !