Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Inventeur du télescope. Anecdotes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Télescope (Le véritable inventeur (...)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Télescope (Le véritable inventeur du)
(Anecdote parue en 1846)
Publié / Mis à jour le mardi 12 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

L’invention du télescope est due à l’un de nos compatriotes, au Père Mersenne, ami de Descartes, et l’un des plus savants hommes du commencement du dix-septième siècle. Ce fut en 1666 seulement que le grand Newton commença à penser au télescope, comme il le dit lui-même.

Trois ans auparavant, c’est-à-dire en 1663, Jacques Gregory, habile géomètre écossais, avait donné la description d’un télescope de cette espèce. Cassegrani, en France, avait eu aussi, à peu près dans le même temps, une idée semblable ; et vingt-quatre ans auparavant, dès 1639, le Père Mersenne écrivant à Descartes, lui avait communiqué son invention.

Les lettres originales du Père Mersenne sont perdues ; mais celles de Descartes, datées de 1639, répondent d’une manière catégorique qui ne peut laisser aucun doute à ce sujet. Du reste, notre grand philosophe ne croyait pas que les télescopes à réflexion pussent offrir quelque avantage sur les lunettes de l’époque, et en cela il se trompait. Il est probable que ses objections empêchèrent le Père Mersenne de réaliser son invention. Cependant, en 1651, c’est-à-dire douze ans avant Gregory, Mersenne publia une Catoptrique, où il voulut consigner le résultat de ses méditations, et où l’on trouve ces paroles remarquables :

« On compose un grand miroir concave parabolique, avec un petit convexe, ou concave aussi parabolique, y ajoutant, si on veut, un petit miroir, le tout à dessein de faire un miroir ardent qui brûlera, à quelque distance, aux rayons du soleil. La même composition peut aussi servir pour faire un miroir à voir de loin, et grossir les espaces comme les lunettes de longue vue. »

Si l’on pouvait se méprendre sur le sens et la portée de ce passage, nous ajouterions qu’immédiatement après, Mersenne dit encore la même chose, en supposant seulement qu’au lieu du petit miroir parabolique on en substitue un hyperbolique. Dans sa Balistique, il donne la figure de son télescope. Il n’est donc pas permis de dire que nous devons à l’Angleterre le télescope à réflexion.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !