Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

1er décembre 1727 : mort de l’astronome et mathématicien Jacques-Philippe Maraldi

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Décembre > 1er décembre > 1er décembre 1727 : mort de l’astronome
Éphéméride, événements
Les événements du 1er décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
1er décembre 1727 : mort de l’astronome
et mathématicien Jacques-Philippe Maraldi
Publié / Mis à jour le samedi 1er décembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Neveu, par sa mère, du grand Cassini, il était né comme lui dans le comté de Nice. Appelé en France par son oncle, en 1687, il se mit à observer le ciel, et personne de son temps n’en a mieux connu tous les détails. Il entreprit un nouveau catalogue des étoiles fixes, qui l’occupa toute sa vie. On ne pouvait lui designer aucune étoile, qu’il ne dît sur-le-champ la place qu’elle occupait dans sa constellation. Nul phénomène céleste ne lui échappait.

Admis à l’Académie royale des sciences en 1699, il travailla sous Cassini, en 1700, à la prolongation de la fameuse méridienne, jusqu’à l’extrémité méridionale du royaume. Etant allé ensuite en Italie, il fut employé par le pape Clément XI, à la grande affaire du calendrier, et Bianchini, ami de Cassini, ne manqua pas de copier le neveu et l’élève de ce grand astronome, dans la construction d’une méridienne, qu’il traçait pour l’église des Chartreux de Rome, à l’imitation de celle de Sainte-Pétrone de Bologne, tracée par celui qu’ils reconnaissaient tous deux pour leur maître.

En 1718, Maraldi, avec trois autres académiciens, alla terminer la grande méridienne du côté du Nord. « A ces voyages près, dit Fontenelle, il passa sa vie renfermé dans le ciel. » Il s’est pourtant permis quelquefois , par forme de délassement et de récréation, des observations physiques sur des insectes, sur des pétrifications curieuses. Son observation terrestre la plus importante, est celle des abeilles.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !