Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 12 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

Documents historiques servant de gargousses sous la Révolution. Brèves d'Histoire de France. Miettes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > Documents historiques servant de (...)
Brèves d’Histoire
Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé
Documents historiques servant
de gargousses sous la Révolution
(Extrait de « Bibliothèque de l’Ecole des chartes », paru en 1909)
Publié / Mis à jour le mardi 6 novembre 2012, par LA RÉDACTION
 
 
 
Conformément au décret de l’Assemblée nationale du 13 octobre 1790, sanctionné le 19, tous les titres que les particuliers, les associations et les établissements de tous genres conservaient depuis des siècles avec un soin religieux furent déposés dans les archives des chefs-lieux de département...

Le comte de Laborde a rappelé jadis, dans la Revue de Paris du 1er février 1854, comment ces documents, abandonnés à des soins mercenaires, devinrent bientôt la proie de toutes les passions destructives. Les actes transcrits sur parchemin semblaient avoir une chance d’échapper à ce malheureux sort ; mais, dans un moment de folie patriotique, on les employa à la confection de gargousses : c’est par charretées que les archives de l’Etat envoyèrent aux arsenaux de la République les chartes, les ordonnances royales et les documents les plus anciens de notre histoire.

Gaspard Monge, par Elzidor Naigeon (1842)
Gaspard Monge, par Elzidor Naigeon (1842)

Une lettre écrite par Monge, pendant son passage au ministère de la Marine (10 août 1792 - 10 avril 1793), confirme ces faits et montre que les arsenaux de la Marine, aussi bien que ceux de la Guerre, utilisèrent les chartes les plus vénérables pour servir d’enveloppes aux projectiles de l’artillerie. Beaucoup d’entre elles disparurent probablement dans les ateliers de nos ports.

Voici le texte de cette lettre à entête des Ports et Arsenaux et du ministre de la Marine à celui de la Guerre : « Paris, le 23 janvier 1793, l’an 2e de la République. Je vous ai informé, mon cher collègue, de l’étendue des besoins de mon département en parchemins propres à faire des gargousses et combien il serait à désirer que vous fissiez remettre à ma disposition ceux qui peuvent exister sans utilité dans vos bureaux.

« Comme il est important que je connaisse promptement les ressources en ce genre sur lesquelles je dois compter, afin de prendre des mesures pour parvenir à ce qui manque au complet de l’approvisionnement de nos ports, je vous renouvelle cette demande et vous prie de donner sans délai les ordres nécessaires pour la recherche de ces parchemins et de m’en faire connaître le résultat. MONGE. »

Cette lettre constitue un document précis pour l’historien tenté de retracer les vicissitudes par lesquelles ont passé les parchemins de nos archives.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !