Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 8 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

20 septembre 1697 : traité de Ryswick

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 20 septembre > 20 septembre 1697 : traité de Ryswick
Éphéméride, événements
Les événements du 20 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
20 septembre 1697 : traité de Ryswick
Publié / Mis à jour le samedi 15 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Le traité de Ryswick marqua, sinon encore le déclin, du moins le terme des prospérités de Louis XIV. Après plusieurs années d’une lutte sanglante contre toute l’Europe, soulevée par le roi d’Angleterre, Guillaume III, après des succès glorieux, la France éprouvait le besoin de la paix. « C’était, dit Voltaire, un corps puissant et robuste, fatigué d’une longue résistance et épuisé par ses victoires. Un coup porté à propos l’eût fait chanceler. »

Louis XIV le sentit, et se résigna à traiter. A Aix-la-Chapelle, à Nimègue, il avait gardé ses conquêtes : à Ryswick, il consentit à les rendre. Il avait commencé par détacher le duc de Savoie de la coalition, et, pour y parvenir, non seulement il lui avait restitué les villes prises sur lui, mais encore il avait stipulé le mariage de sa fille qui avait onze ans, avec le duc de Bourgogne, qui en avait treize. Louis XIV rendit à l’Espagne Mons, Ath, Courtrai ; à l’empire, Brisach, Rehl, Fribourg, Philisbourg.

Il reconnut pour roi légitime d’Angleterre Guillaume III, jusqu’alors qualifié de prince d’Orange, d’usurpateur et de tyran. Il promit de ne donner aucun secours à ses ennemis : enfin, il se soumit à détruire plusieurs forteresses, ouvrages de Vauban. Malgré son abattement, sa misère, la France murmura de ce que son roi eût fait la paix, comme s’il eût été vaincu. Les négociateurs, qui avaient signé le traité, n’osaient se montrer à la cour ni à la ville.

Partout on les accablait de reproches. Plus tard on les loua d’avoir préparé les voies à la succession d’Espagne. Les éloges n’étaient pas plus mérités que les reproches. On avait fait la paix par lassitude de la guerre : les calculs politiques, les prévisions d’avenir n’y étaient entrés pour rien.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !