Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 8 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

20 septembre 1728 : première représentation de l'Ecole des Bourgeois, comédie de d'Allainval

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 20 septembre > 20 septembre 1728 : première représentati
Éphéméride, événements
Les événements du 20 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
20 septembre 1728 : première
représentation de l’Ecole des Bourgeois,
comédie de d’Allainval
Publié / Mis à jour le samedi 15 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Cette comédie de d’Allainval obtint peu de succès dans sa nouveauté, et ne fut guère plus heureuse à sa reprise qui eut lieu en 1770 ; mais le jour de la justice arriva en 1787. Depuis cette troisième épreuve la pièce est restée au répertoire de la Comédie Française et y a obtenu d’innombrables représentations. Il est vrai que Fleury était admirable dans le rôle principal.

La Harpe a fait un assez mince éloge de l’Ecole des Bourgeois. Pourtant, on peut dire qu’après, bien après l’Ecole des Maris et George Dandin, il n’est peut-être pas une comédie en trois actes aussi bonne que l’Ecole des Bourgeois. Tout y est vrai : l’impertinence ennuyée du marquis, le bon sens, l’emportement et la faiblesse de M. Mathieu, la folie de Mme Abraham : le dialogue est franc et naturel ; la scène du marquis avec M. Mathieu est excellente ; celle où la famille bourgeoise lit une lettre de Moncade qui commence par ces mots : « C’est ce soir que je m’encanaille » , est théâtrale et comique. La Harpe remarque avec raison qu’elle est amenée par un moyen mesquin. Ce défaut est peut-être le seul de l’ouvrage.

D’Allainval avait fait un prologue à sa comédie, où, dans le passage suivant, il exprimait avec vérité la difficulté de plaire également à de nombreux spectateurs réunis et qui sont arrivés au théâtre avec des idées ou une disposition d’esprit qui diffèrent à l’infini. « De ce côté, dit-il, c’est un avocat qui a parlé toute la journée sur des questions épineuses de jurisprudence ; là c’est un officiel. qui vient de perdre tout son argent ; ici c’est un homme désespéré de l’infidélité de sa femme ou de sa maîtresse : ils viennent à la comédie pour faire trêve, l’un à ses travaux, les autres à leurs chagrins. Ils me regardent tous avec un air farouche et effrayant, et je crois les entendre me dire : Fais-moi rire, je viens ici pour cela. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !