Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

14 septembre 407 : mort de saint Jean Chrysostome - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 14 septembre > 14 septembre 407 : mort de saint (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 14 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


14 septembre 407 : mort de
saint Jean Chrysostome
Publié / Mis à jour le mardi 11 septembre 2012, par LA RÉDACTION

 

Saint Jean Chrysostome, ou Bouche d’Or, ainsi surnommé à cause de son éloquence, naquit à Antioche en 344, d’une des principales familles de la ville. Après s’être exercé quelque temps au barreau, le goût de la retraite vint le saisir ; il y passa plusieurs années, d’abord sur les montagnes voisines d’Antioche, puis dans une grotte plus inaccessible aux hommes, où la méditation, la prière et l’étude de l’Ecriture Sainte l’occupèrent tout entier.

La solitude a plus de douceurs peut-être que le commerce toujours orageux du monde ; mais les besoins également impérieux et de l’âme et du corps, rappellent toujours vers le monde. Saint Jean Chrysostome y rentra. Mélèce, évêque d’Antioche, l’ordonna diacre, et Flavien, successeur de Mélèce, ce Flavien dont saint Chrysostome nous a conservé l’éloquent discours à l’empereur Théodose en faveur de son peuple d’Antioche, éleva Chrysostome au sacerdoce en 383.

Le même saint Jean Chrysostome fut placé sur le siège de Constantinople en 398. Son épiscopat ne fut qu’un combat continuel contre les abus qui défiguraient son église, contre l’orgueil des grands et les intrigues des favoris, contre. tous les vices du siècle, contre toutes les sectes hérétiques de son temps, nommément contre les Ariens et contre les partisans d’Origène.

Son zèle s’étendit au-delà des bornes de son diocèse, au-delà même de celles de l’Eglise : il envoya des missionnaires travailler à la conversion des Scythes. Ce zèle pour la propagation de la foi, dans les contrées où elle est encore inconnue, peut n’avoir point de succès ; mais il n’excite guère d’orages : le zèle apostolique contre le vice puissant fait naître des haines dangereuses et funestes. Ni le rang de l’impératrice Eudoxie, ni la faveur d’Entrope n’empêchèrent Chrysostome de s’élever avec force contre leurs injustices. Son éloquence et ses vertus ne l’empêchèrent pas de succomber ; les succès même de son éloquence lui furent funestes. Son sermon sur le luxe des femmes, satire indirecte contre Eudoxie, n’eut que trop de succès, et ne fut que trop applaudie.

Eudoxie ne lui pardonna jamais, et ne songea qu’à préparer sa vengeance. Elle gagna un certain nombre d’évêques, et parvint à faire condamner saint Jean Chrysostome, en 403, dans une assemblée que les écrivains catholiques ne traitent que de conciliabule. On chassa ce saint prélat de son siège ; mais bientôt la superstition, au lieu de la justice, s’empressa de le rappeler. Un tremblement de terre qui agita toute la ville, et qui ébranla surtout le palais impérial la nuit même d’après le départ du saint, effraya tellement l’impératrice, qu’elle crut ne pouvoir échapper au danger que par le prompt rappel de Chrysostome.

Si la superstition savait être conséquente, Eudoxie eût évité avec soin toutes les occasions d’irriter contre elle cet homme redoutable, qui lui paraissait disposer des éléments ; mais comme ces deux personnages, toujours ennemis dans le fond du cœur, n’avaient l’un pour l’autre qu’un respect forcé, de nouvelles ruptures ne tardèrent pas à éclater.

L’inauguration d’une statue de l’impératrice, élevée dans la place près de l’église de Sainte-Sophie, parut accompagnée de beaucoup de cérémonies païennes ; des païens et des manichéens présidaient à l’ordonnance de cette fête : les acclamations du peuple, des danses et d’autres plaisirs mondains et profanes troublaient le service divin dans l’église de Sainte-Sophie. Saint Chrysostome signala encore son zèle et son éloquence contre ces fêtes indécentes, contre ceux qui les célébraient, contre ceux qui les ordonnaient ou qui les permettaient, en un mot, contre l’impératrice.

Cette princesse, oubliant le tremblement de terre qui avait suivi le premier exil du saint, ou guérie de ses craintes superstitieuses par le dépit et la colère, forma de nouvelles intrigues avec des évêques ennemis ou jaloux de saint Jean Chrysostome, et le fit de nouveau condamner et chasser de son église le 10 juin 404. Il fut exilé en Bithynie. La persécution contre ses adhérents fut poussée jusqu’à l’effusion de sang. L’Orient trembla et se tut. Mais le pape Innocent Ier, et les plus grands évêques de l’Eglise d’Occident s’empressèrent de consoler Chrysostome par les marques les plus flatteuses de leur estime et de leur vénération.

L’empereur Honorius écrivit en sa faveur à l’empereur Arcadius, son frère ; mais l’ascendant d’Eudoxie sur ce faible empereur triompha aisément de tous ses efforts. Saint Chrysostome fut transféré d’exil en exil, de prison en prison, maltraité par les soldats qui le conduisaient, et dont la fureur brutale était animée par l’assurance de plaire à l’impératrice. Il succomba enfin sous tant de maux, et mourut en route à Comane, le 14 septembre 407. C’est un des pères les plus illustres de l’Eglise d’Orient. Ses principaux ouvrages sont ses Traités du Sacerdoce, de la Providence, de la Divinité de Jésus-Christ ; mais c’est surtout par ses homélies qu’il est célèbre.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
BON À SAVOIR
 Pauvreté n'est pas vice
 
 Conter des fagots
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 14 septembre 1712 : mort de l’astronome Jean-Dominique Cassini, dit Cassini Ier
 
 14 septembre 1927 : mort tragique de la danseuse Isadora Duncan
 
 14 septembre 1602 : mort de l’écrivain Jean Passerat
 
 14 septembre 1321 : mort du Dante
 
 
Et puis aussi...
 
 14 septembre 1791 : Louis XVI prononce l'acceptation de l'acte constitutionnel au sein de l'Assemblée nationale
 
 14 septembre 1759 : mort de Louis-Joseph de Montcalm au Canada
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 7 ARTICLES

 


Septembre
 
 

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services