Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

9 août 1750 : quatrième distribution des prix de l'Université de Paris

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Août > 9 août > 9 août 1750 : quatrième distribution (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 9 août. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
9 août 1750 : quatrième distribution
des prix de l’Université de Paris
Publié / Mis à jour le mercredi 8 août 2012, par LA RÉDACTION
 

La première distribution des prix de l’Université de Paris avait eu lieu en 1747. Il n’y a avait alors de prix que pour la rhétorique, la seconde et la troisième. En 1748, le jeune Chamberjot avait concouru pour les prix de cette dernière classe. Son coup d’essai n’avait point été heureux : accoutumé à des triomphes faciles sur le petit théâtre qu’il remplissait, c’est-à-dire, dans son collège, il ne fut pas même nommé à l’Université ; en 1749, il eut, en seconde, un accessit ; la troisième fois, en 1750, étant en rhétorique, il compose pour les prix publics, et meurt dans l’intervalle de la composition à la distribution.

Le jour de la cérémonie arrive : le premier nom proclamé est le sien ; mais lorsqu’au lieu des fanfares et des chants d’allégresse qui appelaient le premier vainqueur pour recevoir la couronne des mains du premier président du parlement de Paris, on entendit partir des gradins où étaient assis ses camarades, ce cri lugubre : fato functus, on gémit et on continua tristement la proclamation. Le premier prix d’amplification française, c’était encore lui qui l’avait remporté, de même pour les premiers prix de vers et de version ; en un mot, il avait remporté les quatre premiers prix ; et semblable à ce fameux athlète, Arrachion, déclaré vainqueur après sa mort aux Jeux Olympiques, il n’avait laissé à ses concurrents les plus heureux que de secondes palmes dans tous les genres.

Lorsque M. Piat, alors syndic de l’Université, qui lisait la liste des vainqueurs, répéta pour la troisième, et enfin pour la quatrième fois ce nom : idem Alexander Claudius le Jau de Chamberjot, sa voix s’altéra, ses yeux se remplirent de larmes ; il déplora de si belles espérances si cruellement trompées ; il fit à ce sujet un petit discours tel que le cœur l’inspire dans un pareil moment : l’assemblée entière y répondit par des gémissements. Ce fut un spectacle d’attendrissement et de désolation, dont la mémoire s’était conservée dans l’Université de Paris.

Le jeune Chamberjot n’avait pas seize ans lorsqu’il mourut : il était arrière-petit-neveu du modeste et vertueux Lenain de Tillemont, dont la famille est aujourd’hui éteinte.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !