Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

2 juillet 1650 : mort de Marion Delorme

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 2 juillet > 2 juillet 1650 : mort de Marion (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 2 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
2 juillet 1650 : mort de Marion Delorme
Publié / Mis à jour le lundi 2 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Marion Delorme, née à Baye dans la Marne, le 3 octobre 1611, ne doit l’espèce de réputation qui l’a fait arriver jusqu’à nous, qu’à l’époque où elle a vécu. Dans ce temps, où la galanterie affichée était en honneur, toute femme jeune, spirituelle et jolie, que des scrupules de conscience, des devoirs et des convenances de position ne gênaient pas, pouvait facilement se faire une condition brillante, en attirant à elle, par l’appât de ses faveurs, toutes les célébrités du jour.

Ces amants protecteurs contribuaient plus ou moins à sa fortune pendant sa vie et à sa gloire après sa mort, selon le plus ou moins de place qu’elle avait occupé dans leurs affections, ou qu’ils occupaient eux-mêmes dans l’histoire. C’est ainsi que le nom de Marion Delorme s’est conservé dans les souvenirs laissés par Cinq-Mars, Richelieu, Des Barreaux, Scudéry, Corneille, Molière, Colletet, Vaugelas, Barro, Gombauld et autres grands seigneurs-poètes ou savants, qui formaient la cour de la riante rivale de Ninon. Marion survit un peu dans tous ces noms.

Mais ces belles années d’une célèbre courtisane étaient bien rapides ; elle voyait sa renommée, sa fortune languir, décroître et périr avec sa beauté. Marion avait vécu et trop vite et trop bien pour vivre longtemps, et il faut donc croire Loret qui, dans sa Muse historique, annonce ainsi sa mort, le 2 juillet 1650 :

La pauvre Marion Delorme,
De si rare et plaisante forme,
A laissé ravir au tombeau
Son corps si charmant et si beau.

Marion Delorme, oubliée depuis long-temps, avait été remise en faveur auprès du public, d’abord par le beau roman d’Alfred de Vigny, puis par les persécutions que la censure du ministère La Bourdonnaie lui avait fait subir dans le drame de Victor Hugo ; enfin, toute la célébrité populaire de sa belle jeunesse lui fut rendue au XIXe siècle par le beau succès de Marie Mignot, comédie-vaudeville dont Bayard et Paul Duport enrichirent la scène française.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !