Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

27 juin 1794 : exécution de Linguet, avocat et littérateur français

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juin > 27 juin > 27 juin 1794 : exécution de Linguet, (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 27 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
27 juin 1794 : exécution de Linguet,
avocat et littérateur français
Publié / Mis à jour le vendredi 29 juin 2012, par LA RÉDACTION
 

La littérature prépara cet homme célèbre aux succès du barreau, et ne perdit jamais ses droits sur un talent formé par elle. Né à Reims, en 1736, Linguet, comme il le disait lui-même, avait vu le jour sous les auspices d’une lettre de cachet, dont son père, ex-professeur au collège de Beauvais, avait été frappé pour cause de jansénisme. Les palmes classiques se pressèrent sur le front du jeune homme et lui assurèrent des protecteurs puissants.

Après avoir suivi le duc des Deux-Ponts en Pologne, Linguet suivit en Espagne le prince de Beauvau. De retour à Paris, il avait vingt-huit ans, et pas d’état, si ce n’est celui d’homme de lettres ; pour se conformer au vœu de sa famille, il y joignit la profession d’avocat. Par une exception rare à ces vocations de commande, il parut avec éclat dans une carrière qu’il avait acceptée plutôt que choisie. La défense du duc d’Aiguillon, celle du comte de Morangiés le placèrent au premier rang des avocats de l’époque ; mais le caractère vif, impétueux, l’esprit fécond en sarcasmes et en saillies, qui l’avaient déjà mis en guerre ouverte avec l’Académie et les philosophes, ne tardèrent pas à le brouiller avec le barreau.

Les Réflexions pour la comtesse de Béthune, où Gerbier et quelques-uns de ses confrères étaient traités sans ménagements. provoquèrent l’arrêt par lequel Linguet fut rayé du tableau des avocats ; alors il commença un journal politique et littéraire, que de Maurepas supprima. Craignant pour sa liberté, il passa en Suisse, en Hollande, en Angleterre. Autorisé à revenir à Paris, il se fit mettre à la Bastille, et y resta plus de deux ans. L’empereur Joseph II l’ayant appelé à Vienne, il ne conserva pas longtemps sa faveur.

En 1791, il se présenta à la barre de l’Assemblée constituante pour y défendre les droits de l’assemblée coloniale de Saint-Domingue. Pendant le règne de la Terreur, on alla le chercher au fond d’une retraite où il s’était caché, et on le jeta dans une prison. Mis en jugement à sa propre sollicitation, il fut condamné à mort pour avoir encensé les despotes de Vienne et de Londres ; il subit son sort avec courage.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !