Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Arrêté sur l'avertisseur sonore de bicyclette. Polémique, mécontentement. Brèves d'Histoire de France. Miettes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > L'avertisseur sonore (Quand) de (...)
Brèves d’Histoire
Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé
L’avertisseur sonore (Quand)
de bicyclette fait débat
(D’après « L’Auto-Vélo », paru en 1897)
Publié / Mis à jour le vendredi 24 juillet 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Tandis que la question sur les avertisseurs sonores de bicyclettes vient en 1897 de faire l’objet d’un arrêté ministériel et mécontente le public, Edouard de Perrodil, chroniqueur de L’Auto-Vélo, soumet malicieusement l’idée d’un « orchestre avertisseur » à même de satisfaire le plus grand nombre

Les journaux spéciaux, et même les journaux politiques, nous ont appris dernièrement que le ministre de l’Intérieur avait enfin précisé, par une intelligente circulaire, les points de détail restés obscurs dans les arrêtés concernant le fameux avertisseur pour bicyclettes, explique Edouard de Perrodil.

La question était, on s’en souvient, des plus embarrassées. Un cycliste doit avoir un « avertisseur », tel est le fait que nul ne contestait, mais où commençait l’incertitude c’est ici : quel devait être cet avertisseur ? Une sonnette, un grelot, une trompe, un timbre ? Cet avertisseur devait-il se faire entendre d’une manière constante, on suffisait-il qu’il fût intermittent ?

Il y avait aussi la question de l’emplacement. L’avertisseur, quel qu’il soit, du reste, pouvait-il être placé devant ou derrière la machine indifféremment ? Question des plus intéressantes, car enfin si la voix humaine pouvait, à la rigueur, répondre aux termes de certains arrêtés comme étant un avertisseur intermittent, il est certain que l’on pouvait également avoir recours à d’autres avertisseurs... j’en demande pardon aux lecteurs de L’Auto-Vélo... mais enfin... à un autre genre d’avertisseurs, dis-je, que l’artiste forain, le pétomane eût trouvé fort commode.

Quoiqu’il en soit, cette terrible question a été complètement résolue puisque le ministre de l’Intérieur a décidé qu’il suffisait désormais de faire fonctionner... un appareil... quelconque... un certain nombre de mètres avant la rencontre d’un intéressé. C’est fort bien.

Malheureusement si l’administration et les cyclistes ont été du coup satisfaits par la circulaire ministérielle, je sais bien quelqu’un qui ne l’est pas encore. C’est le public. Ce bon public, qu’il s’agisse d’un grelot, d’un timbre, d’une trompe, ou.... de la voix humaine par quelque côté quelle se manifeste, est toujours grincheux, et quand un cycliste annonce sa présence par un avertissement sonore, il est certain d’avance de provoquer la mauvaise humeur de l’averti. Rien n’y fait.

Dans ces conditions, les cyclistes pourraient à leur tour y aller de leur petite circulaire et décider que dans leur ardent désir de conciliation, ils vont appliquer un système qui ne peut que donner la plus complète satisfaction au public.

Comme par le passé ils emploieront la trompe ou le grelot, seulement au lieu d’une simple trompe ou d’un simple grelot, ils en auront toute une série représentant la gamme chromatique. De cette manière ils pourront remplacer le bruit monotone et grincheux de l’un de ces appareils, par toute une sonnerie en carillon du plus séduisant effet. Il leur sera même permis d’approprier la sonnerie à l’aspect du « monsieur » rencontré sur son chemin.

Si le « monsieur » est une gentille dame, on lui exécutera une symphonie ravissante qui aura le double avantage d’attirer son attention et... peut-être ses bonnes grâces ; si c’est un passant plus ou moins quelconque, un petit air de musique également quelconque suffira à le faire se ranger en amortissant sa mauvaise humeur. S’il s’agit d’une vieille guenon... un atroce charivari produira un résultat merveilleux.

Si, enfin, il s’agit... d’un... vieux singe... oh ! alors ! nisco !... seul... le pétomane déjà nommé... pouvant avec un appareil sui generis, graduer largement ses effets sera en mesure défaire... face à la situation.

Voilà brièvement expliqué le projet que je soumets à mes frères les cyclistes. J’ai, pour ma part, la plus absolue confiance dans sa réussite.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !