Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Hamlet : tragédie exhumée avant Shakespeare par le Français François de Belleforest en 1570 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Hamlet : tragédie exhumée avant (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Hamlet : tragédie exhumée avant
Shakespeare par le Français
François de Belleforest en 1570
(D’après « Comptes-rendus des séances de l’Académie
des Inscriptions et Belles-Lettres », paru en 1932)
Publié / Mis à jour le lundi 3 octobre 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
C’est incontestablement le Français François de Belleforest, originaire du pays de Comminges, qui a remis dans la circulation littéraire, pendant la seconde moitié du XVIe siècle, l’histoire d’Hamlet racontée en latin par un chroniqueur danois du commencement du XIIIe siècle, Saxo Grammaticus.

François de Belleforest l’inséra, en 1570, au tome V de ses Histoires tragiques (oeuvre en 7 volumes parus de 1566 à 1583) : c’est là que l’auteur du théâtre shakespearien l’a certainement puisée pour composer la tragédie d’Hamlet. Or, circonstance fort importante, Belleforest avait poursuivi un but particulier en donnant place à cette histoire lointaine dans son célèbre recueil. Il déclare, en effet, dans l’Argument qui précède le récit, que ce qui l’a amené plus spécialement à répandre ce récit, ce sont les rapports frappants qu’il offre avec un drame tout récent auquel ont assisté l’Ecosse et l’Angleterre et qui a fait périr un roi « hors de saison ».

Henry Darnley
Henry Darnley, second époux de Marie Stuart

C’est sans aucun doute possible le meurtre de Lord Henry Darnley, second époux de Marie Stuart, reine d’Ecosse, mis à mort le 9 février 1567, auprès d’Edimbourg, qui l’a ainsi amené à faire revivre l’histoire du danois Hamlet. La situation est, en effet, tout à fait la même dans le récit de Belleforest et dans le drame de la mort de Darnley, assassiné par Bothwell, avec la complicité de Murray, frère illégitime de Marie Stuart, et de Morton. Des deux côtés, le coupable réussit à prendre la place de la victime et à épouser peu après sa veuve, représentée comme la maîtresse du meurtrier et par là même complice présumée de son crime.

C’est, on le sait, l’accusation qui fut tant de fois dirigée contre Marie Stuart et qui fit le malheur de sa vie. Chose singulière : cette déclaration de Belleforest fut longtemps ignorée de tous les éditeurs et critiques de Shakespeare par suite de diverses circonstances, et surtout en raison de ce fait que la traduction anglaise de Belleforest, publiée à partir de 1608, a supprimé les deux allusions si caractéristiques au meurtre de Darnley fournies par son Argument. Or, non seulement l’auteur de l’Hamlet shakespearien n’a pas méconnu cette intervention, mais il l’a, par surcroît, très fortement accentuée et développée. C’est là une partie essentielle de la démonstration.

L’exposé montre ensuite, point par point, les concordances surprenantes qui existent entre toutes les circonstances rapportées dans la tragédie shakespearienne touchant la mort du père d’Hamlet et celles de la mort de Darnley. Une seule ne se retrouve pas dans ce dernier événement : l’injection du poison par l’oreille. Or, ce fut là précisément l’accusation dirigée contre Marie Stuart, à l’occasion de la mort de son premier mari le roi de France François II, dont on attribua la mort à un empoisonnement par l’oreille.

Il existe d’autres analogies vraiment extraordinaires. Ainsi, pour n’en donner qu’un exemple, quand le fantôme du père d’Hamlet revient, à l’acte III, scène 4, au cours de l’entretien de la reine avec son fils, il est présenté, dans l’édition de 1603, comme vêtu, non plus d’une armure, mais de sa robe de nuit : night gown. Cette indication disparut dans l’édition de 1604. Or, Darnley fut retrouvé mort dans un jardin voisin de sa résidence, ayant auprès de lui ou tenant en main sa robe de nuit : night gown. On rencontre, des deux côtés exactement la même expression. Le corps du père d’Hamlet, comme celui de Darnley, fut retrouvé dans un jardin, couvert de pustules, etc.

On ne saurait manquer de rendre un témoignage particulier au remarquable travail, publié en 1921, par Miss L. Winstanley, professeur à l’Université du pays de Galles, qui a soutenu la thèse des rapports d’Hamlet avec le drame écossais. La critique a alors, à peu près partout, repoussé ses conclusions, cependant si pénétrantes. Il est vrai que sa démonstration n’ayant pas été appuyée sur l’Argument de Belleforest, a été privée ainsi de son fondement naturel. Mais on se trouve donc en mesure d’ajouter une série d’autres arguments aux siens, notamment ceux qui dérivent de la comparaison des deux Hamlet (1603 et 1004).

François de Belleforest
Buste de François de Belleforest, à Samatan (Gers)

Dès lors que le lien entre la Tragédie d’Hamlet et l’histoire de Marie Stuart peut être établi avec évidence, la figure du personnage principal de l’œuvre shakespearienne apparaît sous un jour tout nouveau. Cela amène à montrer, par des rapprochements nombreux fournis par les textes, que le roi Jacques VI, fils de Marie Stuart, a dû servir de prototype à l’auteur, qui a mêlé, apparemment, certains traits de sa propre psychologie à la figure d’Hamlet. Il existe des éléments communs à Claudius et à Bothwell.

On peut désormais expliquer la célèbre scène des portraits et les origines du spectre, et poursuivre tout un programme de recherches nouvelles sur le drame. Nul doute, après cela, que la production d’Hamlet ne se rattache à la fois au problème de la succession d’Elisabeth et à la double histoire de Marie Stuart et de son fils Jacques d’Ecosse ; la pièce se rapproche, de toute évidence, de ce qu’on a pu appeler « le secret du roi Jacques », exposé par un historien anglais.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Saoul comme la bourrique à Robespierre
 
 Je m'en moque comme du Grand-Turc, de l'an quarante, de Colin-tampon
 
MANIFESTATIONS
 Mémoire de Mammouth fait revivre les mastodontes de la Préhistoire en Dordogne
 
 Auguste Rodin au château de Montal (Lot) en Vallée de la Dordogne
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Louis XVI insuffle vie aux premières statues d’hommes de lettres
 
 Sirop miraculeux du docteur Chabert
 
 Bague de Poilu : expression de l'art de tranchée
 
 Curieux destin du créateur de la première horloge publique parisienne
 
 
Et puis aussi...
 
 Noms propres en France (Origine des)
 
 Jouets en bois (Les)
 
 Qui se frotte à la bosse d'un bossu...
 
 Canon (Un) du XVe siècle utilisé lors du siège de Constantinople précurseur du mortier ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 323 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services