Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Vieux métiers, métier ancien. Avocats. Qualités requises pour une grande carrière, les honneurs, la politique. Plaidoiries, procès, affaires, science du droit, clients - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Métiers anciens / oubliés > Avocat : par les honneurs alléché, (...)

Métiers anciens / oubliés

Histoire des métiers, origine des corporations, statuts, règlements, us et coutumes. Métiers oubliés, raréfiés ou disparus de nos ancêtres.


Avocat : par les honneurs alléché,
le prétendant à la profession
pourrait bien déchanter
(D’après « La Provence artistique et pittoresque », paru en février 1883)
Publié / Mis à jour le mardi 3 février 2015, par LA RÉDACTION

 
 
 
Parfois considérée comme l’antichambre des honneurs et d’une carrière politique, la profession d’avocat n’est-elle pas au fond un miroir aux alouettes, s’interroge en 1883 un chroniqueur de La Provence artistique et pittoresque, sachant que peu possèdent les qualités requises et doivent longtemps se contenter de petits procillons, sans portée, tels ceux portant sur une contestation de facture ou un différend à propos d’un mur mitoyen...

Molière, qui a mis un véritable acharnement à poursuivre des traits barbelés de sa verve comique messieurs les membres du corps médical, s’est toujours soigneusement abstenu de toucher aux avocats. Craignait-il le parlement ? À mettre en scène les avocats, il fallait aussi mettre en scène les juges. A-t-il eu peur de se créer par trop d’ennemis ? Ou a-t-il pensé qu’après Pathelin et les Plaideurs, qu’après Rabelais et tant d’autres il n’y avait plus rien à faire et plus rien à dire ?

Ils ne manquaient certes pas de cachet les avocats de son temps avec leurs immenses discours dans lesquels il y avait plus du latin que de français et où l’on citait Saint-Paul et Saint-Augustin au moins autant que les Pandectes. Bien plus plaisants à montrer étaient les avocats de troisième ordre, n’ayant pu percer, besogneux, courant tout le jour la ville, en toque et en robe, à là poursuite des plaideurs, et allant, sous le harnachement officiel, acheter au marché, ou une poularde la veille des fêtes, ou du poisson plus ou moins gros, selon que le hasard leur envoyait un gros client ou de toutes petites affaires.

Puis le saint jour du dimanche arrivant, ou les vacances, monsieur l’avocat, toujours en robe, montait sur sa mule, et s’en allait ès-champs, emmenant la plus chère moitié de lui-même, madame l’avocate en croupe derrière lui.

Ces usages ne sont pas si anciens qu’on le pourrait croire. Nous avons entendu raconter par un Marseillais, pas des plus jeunes, il est vrai, l’histoire d’un avocat, qui vivait à la fin du siècle dernier et qui allait en toge et en toque acheter la bouillabaisse. Aujourd’hui, plus qu’en ce temps là, la noble profession d’avocat mène à tout : à la Cour de Cassation et à l’Académie, à la réputation, à la députation, au ministère, et aussi... à la misère. Aussi les jeunes licencies barbouillés de rhétorique se pressent en foule à la porte de cet Ordre qui semble être l’antichambre des honneurs et de la présidence de la République.

Jamais il n’y avait eu telle foison d’avocats. A Rome, tout tonsuré a le droit de supposer que Dieu aidant il deviendra Pape ; en France on prétend que tout pioupiou a le droit de dire à sa payse : Subséquemment Nicole, que je porte là, dans ma giberne, le bâton de maréchal. Ainsi, tout jeune avocat peut dire à sa future belle-mère : Parole d’honneur, madame, dans dix ans d’ici, je serai premier ministre.

Cela est exact dans une certaine mesure, car tout jeune avocat possède de droit un billet de la grande loterie politique ; mais pour gagner à cette loterie, il faut, et c’est là le difficile, faire soi-même sortir le billet. Malheureusement pour-être un avocat d’un certain mérite il faut posséder tout un ensemble de qualités qui se trouvent rarement réunies dans un même homme.

Il faut une grande facilité d’élocution et un peu de cette effronterie oratoire dont parle quelque part Cicéron ; sans cela quelque talent qu’on puisse avoir on ne saurait parler en public. La Rochefoucauld, l’auteur des Maximes, avait joué un des premiers rôles pendant la Fronde, c’était un homme d’esprit, un homme savant, un homme du monde, un des principaux personnages de la Cour... et pourtant quand on lui proposa d’être de l’Académie française il refusa ; il ne se sentait pas de force à débiter, à lire même une courte harangue devant un auditoire. « Je me trouverais mal », dit-il. Il n’était pas né pour être avocat.

Une voix puissante n’est pas non plus à dédaigner, même dans une petite salle et dans un petit auditoire. Molière discutait un jour avec l’avocat Fourcroi, son ami, doué par la nature d’une remarquable voix de stentor et qui en abusait. « Qu’est-ce que la raison avec un filet de voix contre une gueule comme celle-là ! », finit par s’écrier Molière exténué. C’est qu’en effet une voix tonitruante est par elle-même une puissance. Une clarinette ne saurait lutter contre un saxophone, ni la voix glapissante du maître un tel contre les rugissements de son adversaire.

Mais bien d’autres qualités sont nécessaires à l’avocat ; la science du droit sans laquelle il n’est et ne peut être qu’un déclamateur perdant avec emphase tous ses procès sans que ses clients, éblouis de sa faconde, puissent. deviner pourquoi. Puis il lui faut encore l’aptitude à se passionner facilement pour les affaires d’autrui, parfois peu intéressantes et triviales, et à ne pas les voir d’un oeil calme et froid ; et d’un regard de juge, critique et impartial. L’avocat est un homme passionné qui lutte contre-un adversaire passionné ; son rôle à lui c’est de combattre loyalement, mais en se servant de toutes les armes ; il fait métier de soldat et non métier de juge.

Mais par dessus tout il faut aux jeunes avocats une merveilleuse patience et une persévérance obstinée ; car les plaideurs paraissent connaître d’instinct le proverbe qui dit : qu’il faut se défier du jeune avocat. Pendant de longues années, quelquefois, le jeune avocat plein de talent mais mal habile dans l’art de se procurer des clients en est réduit à se contenter de petits procillons, sans portée.

Une contestation sur une facture de chapelier ou de marchand d’avoine, une joute à propos d’un bout de mur mitoyen, la défense de quelques-unes des victimes de la correctionnelle, voilà quel est le menu dont doit se contenter au début-la fringale oratoire d’un débutant. Le pauvre stagiaire cramponné à son procès, se débat contre son adversaire, contre le tribunal, contre l’évidence. Il faut qu’il plaide et longuement et qu’il réplique.

– Mais maître un tel, lui dit le président, voilà deux heures que vous parlez et il s’agit de la mitoyenneté d’un puits ; ce n’est pas une grosse affaire !
– Mais pardon, M. le président, riposte l’avocat naïf et trop jeune, mon client est marchand de vin !

Une autre fois c’est le même président qui l’interrompt encore :
– Mais maître un tel, vous ne pouvez pas contester que votre client ne soit atteint de delirium tremens.
– Oh ! monsieur le président, très mince, très mince !

Puis c’est le procès Virginie contre Ursule, deux blanchisseuses qui se sont administré une tripotée aussi vigoureuse que réciproque. Le jeune maître X... est à la barre, il dépose une plainte reconventionnelle et a fait citer six témoins à décharge que sa cliente Mlle Virginie lui a indiqué. Les témoins adverses sont accablants, mais le jeune avocat sourit et ricane à la barre, il sait que tantôt tout cet échafaudage de calomnies va être renversé par les témoins qu’il a fait citer. Hélas ! les témoins à décharge comparaissent ; un déclare qu’il n’a rien vu et les cinq autres déclarent comme un seul homme que c’est Mlle Virginie qui a tort et qui a commencé. Allez plaider là-dessus.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
BON À SAVOIR
 Avoir de la corde de pendu
 
 Se tenir à quatre
 
MANIFESTATIONS
 Le mystère du masque de fer dévoilé sur l'île Sainte-Marguerite
 
 Imagine Van Gogh : l'exposition immersive vous plongeant dans les toiles géantes du peintre
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Cordonniers d'autrefois
 
 Bouquinistes parisiens (Les) menacés d'exil pour laisser place aux omnibus
 
 Maître boulanger au Moyen Age : déroulement de la cérémonie de réception
 
 Cris des petits métiers de Paris au XIIIe siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Coiffeur, un métier où l'on risque parfois sa tête
 
 Porteurs d'eau
 
 Cartiers
 
 Maçons et les tailleurs de pierre
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 73 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services