Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 5 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Roi Carloman (maire du palais d'Austrasie), carolingien. Naissance, mort, couronnement, règne. Carolingiens

Vous êtes ici : Accueil > Rois, Présidents > Carloman (né en 715, mort le 7 août (...)
Rois, Présidents
Biographie des rois, empereurs, présidents français. Vie des souverains, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes
Carloman
(né en 715, mort le 7 août 755)
(Maire du Palais d’Austrasie : règne 741-747)
Publié / Mis à jour le lundi 11 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Fils de Charles Martel et frère aîné de Pépin le Bref, il reçut en partage l’Austrasie, la Souabe et la Thuringe, qu’il gouverna en souverain, mais sans prendre le titre de roi. Pour apaiser le mécontentement des seigneurs et les empêcher de secouer le joug de l’autorité, il fut même obligé de s’entendre avec Pépin le Bref, et d’élever sur le trône un prince du sang de Clovis, Childéric III, surnommé l’lnsensé.

La même ambition qui portait un fils de Charles Martel à s’emparer de la couronne excitait les ducs de la Germanie à s’affranchir du tribut qu’ils devaient à la monarchie française, et les grands de l’Etat les secondaient dans l’espoir d’imiter un jour leur exemple, en se rendant souverains dans leurs domaines.

Cette conséquence nécessaire de l’usurpation réduisit Carloman à avoir sans cesse les armes à la main ; à peine était-il vainqueur des Allemands, qu’il courait apaiser la révolte des peuples d’Aquitaine, et, pendant qu’il était occupé à cette expédition, les Allemands, les Bavarois et les Saxons levaient des troupes et attaquaient ses Etats.

Las de toujours vaincre et de combattre toujours, peut-être effrayé du sang qu’il avait versé et de celui qui devait couler encore avant que les peuples se soumissent à l’autorité d’une famille nouvelle, il renonça aux grandeurs, remit entre les mains de Pépin le Bref ses principautés et même ses enfants, sans avoir pris aucune mesure pour leur établissement, et se rendit à Rome en 747, pour se consacrer à Dieu dans l’ordre de Saint-Benoît.

Il fit bâtir un monastère sur le mont Soracte, depuis appelé le mont Saint-Oreste et le mont Saint-Sylvestre. Mais pour éviter les visites des Français qui allaient à Rome, visites qui sans doute faisaient ombrage à Pépin, il se retira au mont Cassin, montrant autant de soumission aux ordres de ses chefs spirituels, qu’il avait déployé de courage et de talent à la tête des armées. Envoyé en France par l’abbé de son couvent, pour y suivre une négociation qui intéressait le pape, il mourut à Vienne en Dauphiné, le 7 août 755. Pépin fit conduire son corps au mont Cassin, en l’accompagnant de présents considérables.

Lorsqu’on voit Carloman renoncer au pouvoir, se faire couper les cheveux, se vouer à la vie monastique, choisir enfin, par esprit de pénitence, le sort auquel on condamnait les rois détrônés de la première dynastie, on ne peut s’empêcher de réfléchir sur l’ascendant qu’avaient pris à cette époque les idées monastiques, et l’on s’étonne moins de voir le clergé faire et défaire les monarques de la seconde dynastie.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !