Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

20 janvier 1709 : mort du père La Chaise, confesseur de Louis XIV

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 20 janvier > 20 janvier 1709 : mort du père La (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 20 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
20 janvier 1709 : mort du père La Chaise, confesseur de Louis XIV
Publié / Mis à jour le samedi 21 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Le père Cotton, placé comme otage auprès de Henri IV, fut le premier qui changea ce titre pour celui de confesseur du roi. (voy. 2 Janvier 1604.) Depuis cette époque la conscience de nos souverains sembla dévolue aux Jésuites. Le père La Chaise était petit-neveu du père Cotton ; il vivait à cent lieues de la cour et se distinguait dans l’enseignement, lorsqu’en 1675 il fut appelé, réunit tous les suffrages, et succéda au père Ferrier, qui venait de mourir.

La domination du nouveau directeur dura trente-quatre ans. Au lit de mort il disait à Louis XIV. Ne prenez jamais de confesseur jésuite ; ne me faites pas de question, je n’y répondrais pas. De nos jours, tout le monde y répondrait pour lui. Malheureusement le roi ne suivit pas ce conseil salutaire ; il prit le père Letellier. Autant ce dernier fut impitoyable et cruel, autant le père La Chaise avait été souple, adroit, insinuant. Entre madame de Montespan et madame de Maintenon, entre le jansénisme et le molinisme, entre Fénelon et Bossuet, dans vingt autres situations non moins embarrassantes, le père La Chaise ne songea qu’à garder sa place, et la feuille des bénéfices, qui en dépendait ; ménageant tous les partis, il déplut à tous, et cependant ne fut renversé par aucun.

Quoique suspect des violences exercées contre l’évêques de Pamiers, Saint-Simon et les philosophes du XVIIIe siècle ne traitent pas le père La Chaise avec trop de rigueur. Voici ce que le chancelier d’Aguesseau en dit dans ses œuvres : « Le père La Chaise, dont le règne a été le plus long, était un bon gentilhomme qui aimait à vivre en paix et à y laisser vivre les autres ; capable d’amitié, de reconnaissance, et bienfaisant même autant que les préjuges de son corps pouvaient le lui permettre. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !