Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Légendes, croyances, superstitions : usages et rites Jour des morts, tour des âmes (2 novembre) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Rites liés au Jour des Morts et (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Rites liés au Jour des Morts
et croyances relatives au 2 novembre
(D’après « Fêtes et coutumes populaires » paru en 1911)
Publié / Mis à jour le mercredi 6 octobre 2010, par LA RÉDACTION

 

Dans combien de ménages parisiens, par exemple, demande Hugues Le Roux, le dialogue suivant ne s’engage-t-il pas, le matin du 3 novembre, entre Madame et la cuisinière :
« Eh bien, Marie, avez-vous fait un bon marché ?
- Ah ! oui, Madame, vous pouvez le dire, un joli marché ! Je ne rapporte pas de poisson...
- Comment pas de poisson ?
- On ne peut pas s’en procurer. Les poissardes disent que c’est comme cela tous les ans le 3 novembre... A cause du « coup de vent des morts ».
- Le coup de vent des morts ?... »

Madame demeure bouche bée. C’est pourtant sa cuisinière qui a raison. Vous pouvez prendre le train, ce jour-là, pour n’importe quelle plage de la Manche, de l’Océan ou de la Méditerranée : de Dunkerque à l’embouchure de la Bidassoa et du cap Cerbère à Menton, vous ne verrez pas une voile de pêcheur sur la mer. Devant l’église, sur les estacades, à l’intérieur des cabarets ou d’un de ces Abris du Marin fondés par M. de Thézac et qui rendent tant de services à nos populations maritimes, les hommes sont assis, la pipe aux dents, leur bonnet de laine sur l’oreille, les bottes et la vareuse sèche.

Ils ne se fient pas à l’accalmie qui suit la tempête. Ils savent à quoi s’en tenir sur ces invites du flot. S’ils y cédaient, ils ne tarderaient pas à voir remonter du large ces théories de noyés dont parle le poète, « hâves, un cierge au poing, le front dans des cagoules », qui tournent autour des barques en réclamant la sépulture d’une voix lamentable. Deux fois dans l’année, le 2 novembre et le 25 décembre, au Jour des morts et à Noël, les crierien émergent de l’abîme et se rendent en procession vers les villes englouties du littoral, cette Tolente ou cette Ys merveilleuse que frappa la colère divine. D’immenses cathédrales, aux cintres lumineux, étincellent sous les eaux. Ys seule en comptait trente.

Église de l'île de Sein, dédiée à saint Guénolé
Église de l’île de Sein, dédiée à saint Guénolé

Le bruit des cloches qu’on entend au large dans la nuit du 1er au 2 novembre vient de ces églises sous-marines où officient, devant le peuple des noyés, les « évêques de la mer ». Singuliers prélats, par parenthèse, mitrés, chapés et crossés, mais dont la croupe se recourbe en queue de poisson ! Une légende veut qu’ils soient commis à la garde d’un des trois vêtements de sainte Véronique, le linge même où s’imprima, sur la route du calvaire, la face auguste du Christ et dont le voile conservé au Vatican ne serait qu’une réplique...

Est-ce pour commémorer le souvenir de ces infortunées victimes de la mer et rappeler aux vivants combien ils pèsent peu dans la main de l’Éternel ? Toujours est-il qu’au début du XXe siècle encore, sur le littoral breton et notamment à l’île de Sein, la vigile des Morts prêtait à un usage singulier : le tro ann anaoun ou « tour des âmes ». Le matin de la Toussaint, au prône de la première messe, le « recteur » (curé) désignait en chaire huit hommes de la paroisse chargés de tenir le rôle d’anaoun. Une quête à domicile était faite dans la journée par leurs soins.

La nuit venue, après les trois Nocturnes des morts, quatre d’entre eux rentraient à l’église pour sonner le glas qui ne cessait plus de tinter. Les quatre autres, avec des clochettes, faisaient le tour du village. Ils s’arrêtaient devant toutes les maisons et, de préférence, devant celles où il y avait eu des morts pendant l’année. Leur mélopée frissonnante s’élevait alors dans la nuit :

Christenien, divunet,
Da pedi Doue gan ann anaoun tremenet,
Da lavarat eur pater hag eun ave :
Requiescant in pace !

Chrétiens, éveillez-vous ;
Priez Dieu pour les âmes des défunts,
Et dites à leur intention un pater et un ave :
Qu’ils reposent en paix !

De l’intérieur, des voix répondaient Amen... Cette lugubre procession ne se terminait qu’au petit jour.

La coutume des quêtes, au Jour des morts, n’est du reste pas spéciale à la Bretagne. On la retrouve en Italie, où le peuple, dans la voix du glas, croit entendre la voix même des trépassés :

Padre, madre,
Fratre, sorelle,
Apportate mi
Qualche cosa !

Mon père, ma mère,
Mon frère, ma sœur,
Apportez-moi
Quelque chose !

De fait, il y a ce jour-là, dans les églises, une telle abondance de dons et d’offrandes que l’intérieur en ressemble plutôt à une halle qu’à un lieu de prière. Tous ces présents sont en nature ; le clergé les revend aux enchères et l’argent sert à payer des messes pour les âmes du Purgatoire.

En certaines contrées, le sentiment populaire qui fait participer les défunts pendant un jour de l’année, à la nourriture des vivants, a conduit à de curieuses pratiques. A Bruges, par exemple, on pétrissait autrefois dans chaque ménage, le Jour des morts, des galettes spéciales nommées pankoeken, qu’on faisait bénir à l’église, puis qu’on répartissait entre tous les membres de la communauté. Chaque galette dévotement croquée rachetait une âme.

Par une déviation singulière de l’usage, on en fabriqua dans certains restaurants et cabarets populaires, où les meurt-de-faim de la localité, ravis de l’aubaine, se tenaient en permanence pendant toute la journée du 2 novembre et, moyennant une petite rémunération et quelques chopes supplémentaires, se chargeaient d’engloutir autant de galettes funèbres qu’on voulait bien leur en offrir. On avait acquis la conviction que le pankoeken pouvait être mangé par n’importe qui et que, pourvu qu’on le mangeât à l’intention d’un défunt bien déterminé, l’acte conservait toute son efficacité...

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
BON À SAVOIR
 Quand la maison est trop haute, il n'y a rien au grenier
 
 Les biens lui viennent en dormant
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Mauresse de Moret : une religieuse métisse, fille cachée de Louis XIV ?
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 La Raphagnaude semant la terreur dans la montagne de Mornas (Vaucluse)
 
 Yolande de Claviers et Rigaud de Montclar : les infortunés de la vallée du Mars (Cantal)
 
 Dame blanche (La) veille sur le château de Belcastel (Aveyron)
 
 Cruel seigneur Huruge : comment il devint le vassal de la Vierge
 
 
Et puis aussi...
 
 Seine et pommiers de Normandie : tranches de vie des dieux ?
 
 Pacte d'un fermier du Nord avec le Diable lors d'une mauvaise récolte au début du XVe siècle
 
 Loup-garou (Un) devant le Parlement de Bordeaux en 1603 : enquête, jugement et décryptage
 
 Pêche du Diable près du port d'Ars-en-Ré (Charente-Maritime)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 210 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services