Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Légendes, croyances, superstitions : le martyre de saint Frix (ou Fris) en Gascogne - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Fris (Culte de saint) ou Frix (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Fris (Culte de saint) ou Frix (Gers)
(D’après « Histoire de la Gascogne », paru en 1846)
Publié / Mis à jour le dimanche 24 janvier 2010, par LA RÉDACTION

 

Si nous en croyons une vieille tradition très accréditée dans le pays, mais qui renferme plus d’une erreur, notre saint, fils de Rabod, roi ou duc des Frisons, avait embrassé le christianisme malgré son père, et pour fuir son courroux, il s’était retiré auprès de Charles Martel, son oncle. Charles guerroyait alors contre les Maures d’Espagne qui, ayant franchi les Pyrénées, s’avançaient à travers la Gascogne.

Basilique Saint-Fris, à Bassoues
Basilique Saint-Fris, à Bassoues

Occupé ailleurs, il donna à son neveu un corps d’armée, à la tête duquel celui-ci vint chercher les ennemis. Ils étaient campés au delà de Lupiac sur ces hauteurs où le château de Castelmaure témoigne encore de leur passage. A la vue des mécréants, le saint enflammé de zèle et bouillant d’ardeur se jette sur eux et en fait un horrible carnage. Tout pliait sous ses coups, lorsque Abdérame accourt en personne à la tête de renforts considérables, ramène l’ordre parmi les siens et force les chrétiens à fuir à leur tour. Le neveu de Charles protège la retraite. Arrivé près de Bassoues, il plante sa bannière, là où s’éleva depuis le moulin de l’étendard, et rallie autour de lui la plupart des siens. Une seconde action s’engage, chaude et vive comme la première ; mais comme dans la première, la victoire, après s’être longtemps balancée, se décide pour les infidèles.

Atteint dune flèche mortelle qui lui traverse les cuisses, le brave et infortuné général alla expirer près du pont, auquel sa mort fit donner le nom de pont du Chrétien. Ses soldats poursuivis par l’ennemi l’enterrèrent à la hâte dans l’endroit où il venait de rendre le dernier soupir.

Le martyr dormit longtemps dans sa tombe ignorée, et lorsque Dieu voulut le glorifier parmi les hommes, il révéla miraculeusement ses ossements sacrés. Une vache allait tous les jours lécher une pierre cachée sous d’épaisses broussailles, et quoiqu’elle ne prit pas d’autre nourriture, elle était plus fraîche et plus grasse que le reste du troupeau. Des pasteurs observèrent le prodige et le firent observer à leurs voisins. On creusa sous la pierre et on trouva le corps d’un guerrier armé du casque et de la cuirasse. Au même instant, aux yeux de la foule étonnée, de dessous le tombeau s’échappa une fontaine qui coule encore de nos jours. Parmi ces prodiges, on porta les saintes reliques sur le penchant du coteau voisin et on les enferma dans un tombeau de marbre autour duquel on bâtit bientôt une église devenue aussitôt paroissiale.

Comme on ignorait le nom véritable du saint, on l’appela Frix ou Fris, du nom de la nation qui lui avait donné le jour, et on surmonta son casque d’une couronne en mémoire de la naissance royale que lui attribuait la tradition. Le nom du saint ne tarda pas à se répandre dans la contrée ; plusieurs églises le choisirent pour leur patron. Le plus ancien missel du diocèse que nous connaissions lui consacrait une messe particulière. A Vic-Fezensac, où la chapelle du cimetière lui était dédiée, sa fête était solennisée avec pompe, mais nulle part le concours n’était aussi grand qu’à Bassoues ; ce culte a traversé les âges. Dans notre siècle positif, alors que toutes les dévotions populaires, ou plutôt toutes les poésies de la vie s’en vont tristement une à une, le culte de Saint-Fris s’est maintenu, et la multitude se presse sinon aussi recueillie, du moins aussi nombreuse que jamais autour de sa tombe quoique veuve maintenant du précieux trésor qu’elle renfermait et qui disparut en 1793 avec la plus grande partie de la basilique.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
BON À SAVOIR
 A l'impossible nul n'est tenu
 
 Prendre du poil de la bête
 
MANIFESTATIONS
 Animal : bestiaire de verre de la fin du XIXe siècle à nos jours au musée du verre de Conches
 
 Berthe Morisot au musée d'Orsay : rétrospective d'une grande artiste
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 La Raphagnaude semant la terreur dans la montagne de Mornas (Vaucluse)
 
 Yolande de Claviers et Rigaud de Montclar : les infortunés de la vallée du Mars (Cantal)
 
 Dame blanche (La) veille sur le château de Belcastel (Aveyron)
 
 Cruel seigneur Huruge : comment il devint le vassal de la Vierge
 
 
Et puis aussi...
 
 Abbaye de Moyenmoutier (Vosges) sauvée par ses cloches et le frère Smaragde en 984
 
 Pierre qui croule, oratoire et Griffe du diable à Uchon (Saône-et-Loire)
 
 Mariage dans le Sud-Ouest (Superstitions liées au)
 
 Vierge des Roches, saint Valery et Nymphe du Cap Hornu à Saint-Valery (Somme)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 210 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services