Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Grossiste en dinosaures, à Gannat (Allier)

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Grossiste en dinosaures, à Gannat (...)
Patrimoine : Métiers
Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites
Grossiste en dinosaures,
à Gannat (Allier)
Publié / Mis à jour le samedi 19 mai 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Vous souhaitez vous offrir une dent de T-Rex, une molaire de mammouth ou un bout de croco de 18 millions d’années ? C’est possible. À condition d’avoir le portefeuille bien garni et d’aller à Gannat (Allier), chez François Escuillié. Ce paléontologue, dingue de fossiles, est une référence mondiale.

Monsieur le directeur, il y a un rhinocéros dans la carrière ! Non, pas un vrai. Enfin si, mais un mort... Nous sommes le 1er juin 1993, François Escuillié vient de sortir de terre un des plus beaux fossiles de la carrière de chaux de Gannat (Allier).

Vingt-cinq ans plus tard, le paléontologue est toujours là. Originaire d’Arcachon, il a élu domicile dans la plaine de la Limagne. La « Beauce auvergnate » est pour lui un formidable terrain de jeu. « Il y a 23 millions d’années, c’était un grand lac, sous un climat tropical. Alors les restes de palmiers, de crocos ou d’hippopotames, c’est pas ce qui manque. » À condition de savoir creuser. Ça tombe bien, c’est son métier.

François Escuillié
François Escuillié

Après des études de géologie et de paléontologie, il crée sa société, Eldonia, en 2002. Cinq salariés, dont lui et sa femme. « On fouille, on loue, on vend... Nous faisons aussi des répliques. » C’est la seule entreprise de ce type en France. « On doit être dix dans le monde. » À longueur d’année, François Escuillé parcourt les continents à la recherche de trésors aux noms exotiques : ptéranodon, allosaure, prognathodon, archelon... « Mardi, je retourne au Liban pour essayer de mettre la main sur le plus vieux serpent du monde. »

À 56 ans, il a d’ailleurs d’authentiques découvertes à son tableau de chasse. Certaines lui ont valu lui ont valu les honneurs de la revue scientifique Nature. « Le plus vieil éléphant, par exemple, c’est moi ! Et il porte mon nom : le phosphatherium escuilliei. »

Ses fossiles sont entreposés dans un grand bâtiment discret à l’entrée de la ville. Des dizaines de milliers de bouts de squelette du monde entier attendent sur d’imposantes étagères ou dans de grands tiroirs. Un vrai labyrinthe digne du hangar d’Indiana Jones. La terre et la poussière en plus. « Le gros de mon travail consiste à nettoyer et à trier... » À gauche, les restes d’un animal « entre le chien et l’ours » vieux de 15 millions d’années. Par terre, sur un transpalette, d’authentiques œufs de dinosaure fossilisés : « On a découvert cette ponte il y a deux ou trois mois, dans une propriété viticole. »

Une authentique dent de T-Rex
Une authentique dent de T-Rex, valeur 4000 euros. © Crédit photo : Philippe Renault

Un peu plus loin, un diplodocus en provenance du Wyoming. Dans la pièce voisine, des caisses barrées d’un « Mammouth, ne pas toucher. » Et tout au fond de ce joyeux capharnaüm, ses plus beaux trophées : une redoutable baleine à dents de 18 mètres de long, un gigantesque quetzalcoatlus dont la tête touche le plafond : « La plus grosse bestiole volante qui ait existé : 12 mètres d’envergure. »

Le Tyrannosaure est de loin le plus cher : « L’effet Jurassic Park… » Un crâne peut atteindre deux millions. « Cette dent est à 4 000 € », montre le paléontologue, en ouvrant une vitrine. À côté, une dent plus impressionnante encore à « seulement » 100 €, celle d’un Mosasaure, énorme varan marin : on en voit un gober un requin dans Jurassic World. Pour ceux qui ont de la place (et de l’argent), un authentique mammouth de Sibérie coûte entre 200 000 € et 400 000 €. Les amateurs peuvent aussi opter pour un « simple » moulage : celui du quetzalcoatlus est à 40 000 €.

François Escuillié vend sur place, sur son site Internet et dans les bourses internationales de fossiles et minéraux : Tokyo, Munich, Tucson... Ses clients ? « Des musées, des collectionneurs, des couteliers, aussi », parce qu’il y a des amateurs de manches en molaire de mammouth ou en tibia de T-Rex.

Philippe Guillet, directeur du muséum d’histoire naturelle de Nantes, lui achète régulièrement des pièces pour enrichir les collections. « Nous sommes très vigilants sur la qualité et la traçabilité des pièces et François Escuillié est un fournisseur d’exception, reconnu dans le monde entier. Il est rare qu’une pièce d’importance internationale ne passe pas entre ses mains, explique le conservateur. Son expertise permet de savoir ce qui doit rejoindre un musée national ou ce qui peut aller dans le privé. »

Un tigre à dents de sabre du Dakota
Un tigre à dents de sabre du Dakota. © Crédit photo : Philippe Renault

Mais d’ailleurs, est-ce que tout ceci est parfaitement légal ? « Tout dépend des pays, poursuit Philippe Guillet. Certains, comme le Maroc, considèrent que les fossiles font partie du patrimoine géologique. Le Brésil, par exemple a interdit l’exportation de fossiles. Aux États-Unis, en Russie ou au Liban, il n’y a aucun problème, tant qu’on a l’autorisation de fouiller. En France, ce n’est pas si simple. »

Pour François Escuillié, « la vente est un moyen de faire tourner » son activité, « pas une finalité ». D’ailleurs, il lui arrive de mettre lui-même la main à la poche. « Il a acheté des fossiles exportés illégalement de Chine et de Mongolie pour les rendre aux autorités, explique le directeur du Museum de Nantes. Il a été décoré pour ça. »

Une passion qui remonte a ses cinq ans : « Un fossile dans le ruisseau qui passait derrière la maison familiale. » Pour François Escuillié, « la paléontologie, c’est de la science-fiction à l’envers. C’est comme lorsque vous regardez la lumière d’une étoile qui a disparu. Vous ne trouvez pas ça magique ? »

Guillaume Bouniol
Ouest France

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !