Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

2 mars 1295 : Philippe IV le Bel s'attache la Bourgogne par le traité de Vincennes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mars > 2 mars > 2 mars 1295 : Philippe IV le Bel (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 2 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


2 mars 1295 : Philippe IV le Bel
s’attache la Bourgogne
par le traité de Vincennes
(D’après « Essai sur l’histoire de la Franche-Comté » (Tome 1)
par Edouard Clerc, paru en 1840)
Publié / Mis à jour le samedi 25 février 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Ayant entamé une politique d’accroissement du domaine royal, Philippe le Bel s’était saisi, d’un côté, de Lyon qu’il avait réuni à la France (1292) ; de l’autre, s’assurait le comté de Bourgogne en fiançant l’un de ses fils à Jeanne, alors héritière unique du comte palatin (vigile de la Pentecôte 1291)

Ce mariage devait faire passer à l’un des fils de France les comtés d’Artois et de Bourgogne. Le comte Othon IV de Bourgogne promit même d’agir près de l’empereur pour affranchir les fiefs du comté de tout hommage envers l’empire. Adolphe, successeur de Rodolphe — ce dernier étant mort le 15 juillet 1291 — sur le trône de Germanie, se montra peu disposé à de semblables concessions. Il imita la politique de Rodolphe, qui, six semaines avant sa mort, signait encore deux diplômes pour assurer au baron d’Arlay de nouvelles faveurs, la garde de l’abbaye de Saint-Claude, et le droit de battre de la petite monnaie « par toute sa terre, où et quand il lui plairait davantage » (28 juin 1291).

Othon ne fut pas moins humilié sous Adolphe qu’il l’avait été sous son prédécesseur : en butte à tous les événements, abaissé par les empereurs, aigri par ses mauvais succès, excommunié, ruiné et harcelé par ses créanciers, extrême en tout, et comme un homme conduit par le désespoir, il se livra corps et biens à la France.

Philippe IV le Bel. Détail d'une peinture de Josef Kiss et Friedrich Mayrhofer
Philippe IV le Bel. Détail d’une peinture de Josef Kiss et Friedrich Mayrhofer

Philippe le Bel l’attirait plus que jamais à sa cour. Décidé à convertir le royaume d’Arles en provinces françaises, ce prince avait répondu avec fierté à l’empereur Adolphe, qui lui demandait compte de ses envahissements. Il fallait se presser, car la guerre semblait imminente. Au mois de mars 1295, tout fut consommé. Pour la dot de Jeanne, l’aînée de ses deux filles, promise à l’un des fils de France, Othon IV déclare abandonner au roi, et à jamais, « son comté, sa baronnie, sa terre, ses droits, ses hommages et ses fiefs ».

Pour gage de cet étrange traité, il livre au roi ses propres enfants, même ceux qui ne sont pas nés, même les héritiers mâles qu’il peut avoir. Tous seront mis, jusqu’à l’âge de dix-sept ans, entre les mains du monarque, qui est dès lors possesseur absolu du comté. En retour, Philippe lui donne une somme pour payer ses dettes, une pension pour vivre, et assure à ses enfants une pension sur le trésor de France.

Conséquence de cette abdication, Otton abandonne le comté de Bourgogne avec sa femme et ses enfants, et va cacher sa honte à Paris ou dans les armées françaises. Il conserva cependant encore le titre de comte palatin de Bourgogne et de sire de Salins, vain nom que la France et l’empire ne lui donnaient même plus — dans une charte de 1297, Philippe le Bel l’appel « Othes, jadis cuens palatin de Bourgogne », et l’empereur Adlophe lui donne le même nom.

Armoiries de la Bourgogne
Armoiries de la Bourgogne

Cet humiliant traité pour Othon fut conclu le 2 mars 1295 à Vincennes : quelques jours après la renommée le publiait déjà dans le comté de Bourgogne. La noblesse en frémit : c’est elle à qui l’on donne un maître, c’est elle que l’on vient de vendre au roi de France. On s’agite de toutes parts, du nord au midi on entend le même cri d’alarme. Un jour est fixé pour se rendre à Besançon. Le comte de Montbéliard, propre frère du comte palatin, Jean de Châlons, le comte d’Auxerre, vassal du roi de France, le connétable de Bourgogne et autres seigneurs, arrivent dans cette cité. On proteste, on s’unit, on jure que le roi de France ne règnera jamais sur le comté : l’acte d’association est écrit.

Le baron d’Arlay et le sire de Montfaucon étaient absents ; mais leur adhésion n’était pas douteuse : le premier surtout avait tout à perdre sous le joug de la France. Cependant, comme si toutes les révolutions devaient accroître sa haute fortune, l’archevêque Eudes de Rougemont, effrayé et voyant l’avenir si orageux, dépose entre ses mains la mairie et la vicomté de la ville, qu’il lui disputait jusque-là — lettre du 3 des nones de juin 1295 et charte du jour de la Nativité 1295.

Sans s’intimider, Philippe le Bel faisait envahir le pays. Il avait gagné Hugues de Bourgogne, frère du comte palatin, qu’une guerre récente animait contre le baron d’Arlay ; il le fit son lieutenant. Dans la famille des comtes de Bourgogne, sur cinq frères, Othon et Hugues suivaient la bannière du roi, Renaud et Jean celle de la confédération, et le chanoine Etienne, doyen de Besançon, demeurait neutre comme son archevêque.

Les troupes de Philippe le-Bel se saisirent des châteaux et des domaines du comte palatin, et entrèrent même dans les forteresses de l’empire, telles que le château de Vesoul. Ses intelligences lui ouvrirent les portes de Besançon, où il fit mettre sous sa main la mairie et la vicomte, fiefs de l’archevêque et de l’empire. Du sein de cette position formidable, que la force lui avait faite, il bravait les menaces de l’empereur Adolphe, qui, par sentence des princes, avait jeté la commise sur le comté de Bourgogne, et l’avait réuni au domaine impérial. En dépouillant Othon, Adolphe eût pu donner le comté au baron d’Arlay ; mais il voulut laisser au dernier comte la ressource du repentir, ou il craignit de faire un ingrat.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre de l'ordre des coteaux
 
 Se crever un œil pour faire perdre les deux à un autre
 
MANIFESTATIONS
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 2 mars 1848 : loi des 10 heures fixant la durée de la journée de travail légale
 
 2 mars 1715 : mort d’Emmanuel-Théodose de La Tour d’Auvergne, cardinal de Bouillon
 
 2 mars 1798 : invasion de la Suisse
 
 2 mars 1791 : établissement de la contribution des patentes pour exercer une profession
 
 
Et puis aussi...
 
 2 mars 415 : assassinat d'Hypatie professant la philosophie
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Mars
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services