Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

13 décembre 1935 : mort du chimiste Victor Grignard, prix Nobel de Chimie 1912 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Décembre > 13 décembre > 13 décembre 1935 : mort du chimiste (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 13 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


13 décembre 1935 : mort du chimiste
Victor Grignard,
prix Nobel de Chimie 1912
(D’après « Victor Grignard : 6 mai 1871 - 13 décembre 1935 »,
paru en 1936)
Publié / Mis à jour le samedi 3 décembre 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
A sa mort, il n’existe en France aucun chimiste dont les titres scientifiques et honorifiques soient aussi nombreux et aussi variés que ceux de Victor Grignard, docteur ès sciences à 30 ans et prix Nobel de Chimie 1912 pour la découverte d’un réactif ayant permis de grandes avancées dans le domaine de la chimie organique

Né à Cherbourg (Manche) le 6 mai 1871, fils d’un ouvrier de cette ville qui termina sa carrière comme chef d’atelier à l’arsenal, il fut boursier au lycée de cette ville. Ses professeurs, ayant reconnu ses aptitudes exceptionnelles, voulurent le pousser aux grandes études. Mais ses ambitions étaient humbles. Il postula l’Ecole Normale de l’enseignement spécial qui existait alors à Cluny, et y entra par concours à l’Ecole en 1889. Lors de la suppression de cette institution en 1891, Grignard, ne sachant où s’orienter et ayant le goût de la chimie, vint à Lyon comme étudiant à la Faculté des sciences où il acquit le grade de licencié ès sciences mathématiques et celui de licencié ès sciences physiques.

Nommé préparateur de chimie générale à cette même Faculté en 1894, il devenait chef de travaux pratiques quatre ans plus tard et, en 1901, avec sa thèse sur les Combinaisons organomagnésiennes mixtes — travail remarquable qu’il avait effectué dans le laboratoire et sur les conseils de son maître, le Professeur Philippe Barbier — il acquérait le grade de docteur ès sciences physiques. Nommé maître de Conférences de chimie à la Faculté des sciences de Besançon, en 1905, il revenait l’année suivante à la Faculté des sciences de Lyon pour y remplir d’abord les fonctions de maître de Conférences, puis celles de professeur-adjoint (1908).

En 1909, il quitta de nouveau Lyon comme chargé du cours de chimie organique à la Faculté des sciences de Nancy et l’année suivante devenait professeur titulaire à cette même Faculté. En 1919 il revenait définitivement à Lyon pour occuper la Chaire de Chimie générale laissée vacante par la mise à la retraite de son ancien maître, Barbier.

Deux ans après, le Conseil d’administration de l’Ecole de Chimie de Lyon le désignait pour diriger cet Institut. A la même époque, Grignard était élu membre du Conseil de l’Université et, en 1929, après la mort de Ch. Depéret, ses collègues, à l’unanimité, le choisirent comme Doyen de la Faculté des sciences de Lyon, charge qu’il assumait encore à la veille de la grave opération chirurgicale qu’avait rendue nécessaire le mal auquel il devait succomber le 13 décembre 1935. Tels sont, réduits à leur aride aspect, les états de service officiels de Grignard.

Timbre émis en 1971 pour le centenaire de la naissance de Victor Grignard
Timbre émis en 1971 pour le centenaire de la naissance de Victor Grignard

Beaucoup d’autres personnes peuvent présenter des états de services analogues, mais lors de sa disparition il n’existait en France, et peut-être dans le monde, aucun chimiste dont les titres scientifiques et honorifiques soient aussi nombreux et aussi variés que ceux qu’avait à son actif Victor Grignard.

Son activité ne se limitait pas uniquement aux questions de science pure ou d’enseignement. Il en réservait également une grande part aux questions intéressant la Défense nationale. A l’âge de vingt et un ans, il avait, comme étudiant, fait une année de service militaire, conformément à la loi en vigueur à l’époque. Lors de la mobilisation de 1914, bien que déjà titulaire du prix Nobel pour la chimie depuis deux ans, il fut affecté comme caporal de territoriale à la garde des voies ferrées de Cherbourg.

Cette « utilisation des compétences » ne choquait alors aucunement, elle répondait à notre conception démocratique. Les étrangers, y compris les Allemands, en restèrent stupéfaits. Heureusement, cette erreur ne fut pas de longue durée ; dès le milieu de l’année 1915, Grignard fut d’abord attaché à la Direction du matériel chimique de guerre pour devenir bientôt directeur d’un laboratoire de recherches sur les gaz de guerre puis, à la demande de l’Académie des sciences, il fut chargé du contrôle des gaz asphyxiants allemands. Par la suite, il fut nommé membre de la Commission de l’Azote et de la Commission des Fumigènes ; enfin, du 30 mai 1917 au 1er février 1918, il fut chargé d’une mission scientifique aux Etats-Unis pour coordonner les recherches et les fabrications relatives aux explosifs et gaz asphyxiants.

La guerre finie, il fut mis à la tête de deux laboratoires lyonnais rattachés au Ministère de la guerre, à savoir celui de la Section Technique des Études et Expériences Chimiques (S.T.E.E.C.), qu’il dirigeait depuis l’année 1920, et celui du Comité Scientifique des Poudres et Explosifs qu’il dirigeait depuis quatre ans.

Un pareil amoncellement de titres et d’honneurs venus de partout à la cadence que font ressortir tes dates précitées donne une idée de la notoriété du savant et du prix qu’on attachait à ses conseils. Nous ne résumerons pas ici, même très sommairement, les résultats auxquels ont conduit ses retentissants travaux, car nous ne pouvons pas plus donner un aperçu d’une œuvre scientifique de cette envergure que nous ne pouvons donner un aperçu d’une belle œuvre d’art.

Rappelons simplement que les recherches que Grignard effectua ou dirigea personnellement ont fait l’objet de plusieurs centaines de notes ou mémoires et que l’utilisation des composés organomagnésiens qu’il a découverts a donné lieu à plusieurs milliers de publications réparties dans le monde entier. Sur tout le globe terrestre il n’est en effet pas un chimiste organicien qui n’ait eu l’occasion de faire appel aux composés de ce genre pour réaliser quelques synthèses et l’on peut ajouter qu’aucune autre méthode chimique n’a été l’objet d’une aussi vaste généralisation.

Disons quelques mots sur l’homme qu’il était en tant que titulaire de la Chaire de Chimie générale de la Faculté des sciences de Lyon. Lorsqu’en 1919 il y prit la succession de Philippe Barbier, on sentit immédiatement qu’on avait en lui un chef de nature droite, d’une étonnante modestie et d’une extrême bienveillance. Aussi ne tarda-t-il pas à conquérir la respectueuse estime des personnes qui avaient affaire à lui et qui lui témoignaient un dévouement sans limites. Travailleur infatigable, méticuleux au suprême degré, ses leçons étaient faites avec une clarté et une conscience inégalables. Aux examens, il interrogeait toujours très longuement les candidats, non pas dans le but de les faire trébucher, mais de peur de ne pas leur permettre de donner la mesure de leurs connaissances, et lors de la délibération finale il avait toujours en réserve des trésors d’indulgence.

Au laboratoire, il mettait à la disposition de chaque travailleur toutes les ressources de son service. On le trouvait toujours prêt à donner un éclaircissement ou une explication et l’on aimait sa franchise, même quand elle paraissait parfois un peu cassante. D’ailleurs, il avait horreur de faire acte d’autorité et préférait donner des conseils plutôt que des ordres. Foncièrement équitable et bon, son unique désir était de voir régner la bonne entente et la concorde parmi tous tes gens qui l’entouraient. Il était tellement préoccupé d’éviter les heurts et les froissements, tellement soucieux de se montrer juste, que, même lorsqu’il était accablé de besogne, il écoutait avec une inlassable patience les gens qui sollicitaient un avis ou un appui. Plus dur pour lui-même que pour les autres, il ne savait ni se ménager, ni refuser un service.

Alors qu’il était déjà trop absorbé par ses fonctions de professeur et de doyen, par toutes les commissions dont il faisait partie et qui l’entraînaient à de fréquents voyages à Paris, il n’hésita pas, quelques années avant sa mort, à se surcharger encore en acceptant de diriger et avec quelle conscience la publication d’un grand Traité de chimie organique comportant une quinzaine de gros volumes dont deux seulement étaient parus lors de sa disparition, trois autres étant à peu près achevés.

Cette ardeur au travail, cette bonté d’âme, cet altruisme exagéré ne sont pas pour rien dans son décès : en se privant des quelques moments de repos dont il aurait eu besoin après son dur labeur quotidien dans une atmosphère souvent insalubre, Grignard courut au-devant de la mort qui le guettait sur la brèche.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Être dur à la desserre
 
 Accommoder quelqu'un de toutes pièces
 
MANIFESTATIONS
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 13 décembre 1769 : mort de Gellert
 
 13 décembre 1756 : Lit de Justice qui borne le pouvoir des parlements
 
 13 décembre 1553 : naissance d'Henri IV
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Décembre
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services