Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Le tonneau : un savoir-faire français

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Tonneau (Le) : un savoir-faire (...)
Patrimoine : Métiers
Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites
Tonneau (Le) : un savoir-faire français
(Source : France Télévisions)
Publié / Mis à jour le mardi 16 février 2016, par LA RÉDACTION
 
 
 
Les entreprises qui exportent les tonneaux fabriqués avec le bois de nos forêts sont très demandées à l’étranger. Depuis 2 000 ans, son allure n’a pas changé. Inventé par les Gaulois, utilisé tout au long du Moyen Age, le tonneau n’est plus seulement le gardien d’un liquide précieux. C’est aujourd’hui un fleuron de l’industrie française.

Une équipe de France 2 a rencontré Jean-Luc Sylvain, tonnelier, pour une balade en forêt près de Tours avec des vignerons. Ce qui l’intéresse, ce sont les chênes, cultivés en France depuis Louis XIV, « des arbres qui ont tendance à donner plus d’arôme que de tanin », explique le tonnelier.

Des arbres de 200 ans
Pour obtenir un tonneau, on n’utilise que le tronc. Alors il faut d’abord élaguer les branches du chêne, pour que le tronc ne se brise pas en tombant. À la tronçonneuse, on réduit d’abord l’arbre à la base pour éviter les arrachements. On choisit des arbres bicentenaires, d’où on découpe des portions d’un mètre. Pour que la barrique soit étanche, le bois ne doit pas être scié mais fendu. Chaque tronc est découpé en quartiers, qui vont servir chacun de planche pour fabriquer le tonneau, appelées douelles.

Atelier de tonnellerie
Atelier de tonnellerie

Arrivé à la tonnellerie, le bois est trié, empilé et placé en extérieur, où la pluie, le soleil et le vent élimineront les arômes du bois trop forts qui laisseraient un mauvais goût au vin. Il est stocké ici deux ans, avant de rejoindre l’atelier.

Dans cette tonnellerie, tout est réalisé à la main. Monter un tonneau relève du puzzle. Les douelles sont choisies une à une, car elles n’ont pas tout à fait la même taille. Il faut une vingtaine de douelles pour un tonneau d’un peu plus de 200 litres. Vient ensuite l’étape la plus importante : la chauffe. C’est elle qui permet d’assouplir le bois, et de lui donner la bonne forme. Mais c’est surtout ce moment-là qui détermine le futur goût du vin : une cuisson à la minute près. Car plus elle est chauffée, plus la barrique donnera un goût prononcé à son contenu.

France Télévisions

Accédez à l’article source


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur le lecteur

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !