Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 mars DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Un air français pour petites filles à l'origine de l'hymne national anglais ? - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Un air français pour petites filles (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Un air français pour petites filles
à l’origine de l’hymne national anglais ?
(D’après « La Joie de la maison », paru en 1903)
Publié / Mis à jour le dimanche 26 juillet 2015, par LA RÉDACTION

 
 
 
Certains prétendent, à la grande colère des Anglais, que le chant national de nos voisins d’outre-mer, le célèbre God save the King que l’on substitue par God save the Queen lorsque le souverain appartient à la gent féminine, est d’origine française...

En effet, on a soutenu que ce chant était de Lulli. La marquise de Créqui — dont les Mémoires sont remplis de faits controversés — a raconté que lorsque le roi Louis XIV allait visiter Saint-Cyr, les jeunes et jolies pensionnaires l’accueillaient par une sorte de cantique dont les paroles étaient de la supérieure, Madame de Brinon, et la musique de Lulli.

Grand Dieu, sauvez le roi !
Grand Dieu, vengez le roi !
Vive le roi !
Que toujours glorieux,
Louis victorieux
Voie ses ennemis
Toujours soumis.
Grand Dieu, sauvez le roi !
Grand Dieu, vengez le roi !
Vive le roi !

L’hymne anglais, qui aurait donc adapté les paroles françaises au rythme musical, s’exprime ainsi :

Dieu sauve notre roi,
Et fais-lui de longs jours !
Dieu sauve le roi !
Fais-le victorieux
Et glorieux !
Qu’il règne longtemps !
Dieu sauve le roi !

Cette analogie dans le rythme et dans l’idée a pu amener ce rapprochement et créer la légende. D’après ceux qui l’ont propagée — sans preuves —, Haendel aurait entendu les jeunes filles exécuter ce cantique ; il aurait demandé la permission de le copier et, de retour en Angleterre, en aurait fait hommage au roi Georges.

Jean-Baptiste Lulli, par Augstin de Saint-Aubin
Jean-Baptiste Lulli, par Augustin de Saint-Aubin

Naturellement, l’orgueil britannique se refuse à accepter de croire que son chant national est un air français écrit pour des petites filles ; mais il faut convenir qu’une certaine obscurité enveloppe la naissance de ce chant et crée ainsi une atmosphère favorable aux légendes.

Ce qui n’est pas douteux, c’est l’origine des paroles du chant anglais : elles sont de Carey, fils naturel du marquis d’Halifax, qui eut une existence tourmentée et, de dégoût, finit par le suicide. En 1741, l’Angleterre était en guerre contre l’Espagne : elle lui disputait les Antilles. L’amiral Vernon, qui jouissait d’une réputation considérable, s’était embarqué avec la mission de détruire tous les établissements espagnols. Il alla droit à Porto-Bello, dont il s’empara. La nouvelle de cette victoire, qui ne fut que précaire, fut à Londres source de liesse.

Le poète Carey, gagné par l’enthousiasme, improvisa dans une taverne, à Dornhyll, à l’occasion d’un banquet en l’honneur de l’amiral victorieux, ces couplets qui tenaient plus du cantique que du chant populaire. Dans la version initiale, Carey disait : God save our Lord the King (Dieu sauve notre seigneur le roi), qui devint : God save great George our King, après la révolte de 1745, quand on sentit le besoin d’affirmer un loyalisme qui n’allait pas sans une pointe de mysticisme biblique. C’est en octobre 1745 que ce chant paraît pour la première fois dans sa forme définitive.

Cet historique, jusqu’à présent, n’infirme en rien la légende répandue, et qui attribue l’air national anglais à Lulli. Carey, plus poète que musicien, a improvisé ses couplets sur des airs populaires : c’est donc l’origine de ces airs qu’il convient de rechercher.

Un Dr Brewex a cru pouvoir affirmer que le God save the King avait été composé en 1605 par Dr John Bull, à l’occasion de la découverte de la conspiration des poudres. Le manuscrit original serait encore à Anvers, où, sous le règne de Jacques II, Bull devint organiste de la cathédrale. Encore qu’il soit très flatteur pour des Anglais d’apprendre qu’ils doivent leur doivent leur air national à John Bull, cette thèse n’est pas encore la vérité officielle. C’est une vérité d’essai et en quelque sorte d’attente.

Mais en tout cela nous ne voyons pas Haendel mis en cause dans la légende française : il va venir. Comme il est indéniable que Carey ne savait point les principes de la composition, il faut donc admettre qu’il se fit aider par un collaborateur plus instruit. Il s’adressa, selon toutes vraisemblances, à Smith, qui était secrétaire ou copiste d’Haendel et rien ne serait moins surprenant que des retouches faites par l’illustre compositeur, mis au courant de cette collaboration.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Aller de porte en porte, comme le pourceau de saint Antoine
 
 Faire le diable à quatre
 
MANIFESTATIONS
 Courbet dessinateur : une exposition inédite à Ornans (Doubs)
 
 Graver pour le roi
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Traque de la planète Vulcain au XIXe siècle par le monde scientifique
 
 Coquilles et bévues se glissant au sein d'ouvrages et de revues
 
 Chevelure de Jeanne d'Arc : brune ou blonde ?
 
 Le mystère de l’or perdu de Napoléon enfin résolu ?
 
 
Et puis aussi...
 
 Cabaret (Défense d'aller au)
 
 Quatre Henri (Les) ou la prédiction d’une inévitable destinée
 
 Pléonasmes (Les) les plus en vogue dans la presse
 
 Chasse (Un incident de) curieusement jugé sous Louis XI
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 325 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services