Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 18 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Naissance de la chevalerie en France au XIe siècle. Chevaliers - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Histoire des Français > Chevalerie : née en France au XIe (...)

Histoire des Français

L’Histoire des Français : systèmes politiques, contexte social, population, économie, gouvernements à travers les âges, évolution des institutions.


Chevalerie : née en France
au XIe siècle
(D’après « Histoire des Français depuis le temps des Gaulois
jusqu’en 1830 » (Tome 1) par Théophile Lavallée, paru en 1838)
Publié / Mis à jour le dimanche 19 novembre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Moyen de contrôler la violence féodale par l’application de sanctions religieuses, la Trêve de Dieu, instaurée au début du XIe siècle, consistait en une suspension de l’activité guerrière durant certaines périodes de l’année. Sous l’influence des idées qui l’avaient engendrée, et la complétant, naquit en France la chevalerie, dont la longue et brillante existence reposait sur les trois grandes passions de l’époque : la foi, la valeur et l’amour.

De même que, dans la Germanie, les chefs de guerre s’entouraient de compagnons qui banquetaient à leur table, et que les chefs de bandes établis dans la Gaule se donnaient une cour modelée sur celle des empereurs, les seigneurs féodaux appelaient auprès d’eux des vassaux peu puissants qu’ils s’attachaient en leur donnant des offices domestiques en fiefs, et ils se formèrent ainsi une petite cour et une troupe de guerriers. Tout souverain féodal eut bientôt son connétablecomes stabuli : c’était le roi de l’armée, et il avait droit sur toutes personnes qui étaient dans l’ost, même comtes et barons ; les maréchaux commandaient sous lui —, ses maréchaux, son sénéchal, ses écuyers, qui étaient plus immédiatement que les autres ses hommes, ses fidèles, ses chevaliers (milites).

Cette cour se grossit des fils des feudataires que ceux-ci envoyaient à leur seigneur pour que, étant élevés auprès de lui, les liens qui unissaient le vassal et le suzerain en fussent resserrés. De même que, dans les forêts de la Germanie, les jeunes hommes recevaient solennellement l’écu et la framée des mains du chef de guerre, ces fils de feudataires étaient initiés au rang des guerriers par des cérémonies religieuses : ils recevaient l’épée et la lance des mains du seigneur, se reconnaissaient ses chevaliers et lui prêtaient un serment qui était un hommage anticipé. De ces coutumes d’origine germanique naquit l’ordre de la chevalerie.

Le roi Jean II le Bon adoubant des chevaliers
Le roi Jean II le Bon adoubant des chevaliers

Depuis plusieurs années les sentiments moraux devenaient meilleurs, mais les faits restaient toujours mauvais. Le clergé s’efforçait de faire pénétrer les sentiments évangéliques dans les actions, de faire descendre les idées de bienveillance et de dévouement de la vie privée dans la vie publique, de diriger vers l’amélioration des hommes et de la société les coutumes de la chevalerie, en tournant à la défense des faibles la force guerrière qui ne s’exerçait que par des brigandages.

Les femmes, dont l’influence domestique grandissait sans cesse, mais qui ne trouvaient, hors de leurs foyers, que de la brutalité et de la tyrannie, prédicateurs plus adroits, plus opiniâtres, plus intéressés que les prêtres, travaillaient efficacement à la même réforme. Grâce à leurs efforts, la charité évangélique et l’héroïsme de la valeur engagèrent quelques jeunes chevaliers à consacrer devant les autels leurs épées à la défense des opprimés, et à se faire ainsi les exécuteurs et les garants de la trêve de Dieu ; ils prirent sous leur protection les pauvres, les prêtres et les femmes ; ils jurèrent « de combattre pour la foi, pour la gloire, pour le bien et le profit de la chose publique. » La dévotion et la bravoure s’exaltèrent ; et l’amour prit ce caractère dévoué et mystique, complètement inconnu aux anciens, qui a enrichi et épuré le cœur de l’homme.

Née en France, la chevalerie se propagea rapidement dans les autres pays ; mais la France et ses nobles en restèrent le foyer et les modèles. Basée sur les trois grandes passions de cette époque, la foi, la valeur et l’amour, cette institution toute poétique, tout idéale, ne fut jamais réalisée ; et néanmoins, dans l’imperfection et le vague où elle resta, elle fit faire de grandes choses, excita beaucoup d’enthousiasme, et eut sur le développement moral de la société la plus belle influence.

La pureté et la sainteté d’idées que la chevalerie proclamait, ses serments si nobles et si généreux, ses devoirs si délicats et si humains, étaient au-dessus de la nature et exigeaient la perfection ; or, malgré toute la sublimité de cette théorie, la brutalité et la grossièreté restèrent dans les hommes, les violences furent nombreuses, la licence très grande, l’état social orageux et mauvais. Cependant il y eut un immense progrès ; on avait un modèle idéal de perfection devant les yeux, on était blâmé par les femmes et parles prêtres de ses méfaits, on en était même souvent puni ; les actions étaient mauvaises, mais les principes étaient bons, et par cela seul le nombre des crimes dut nécessairement diminuer.

D’après son origine, l’ordre de chevalerie ne put être conféré qu’aux nobles — c’est par le mot miles que les chroniques latines désignent indistinctement le chevalier et le vassal. Ce mot est aussi synonyme de noble. Ce ne fut pas une institution politique, mais une dignité toute morale, à laquelle tous pouvaient parvenir, dans laquelle tous étaient égaux, que la valeur et la vertu seules donnaient : point de fonction légale ; c’était un caractère, une sorte de sacerdoce plus actif que celui des prêtres. Il fallut donc, comme pour la prêtrise, au guerrier qui voulait y parvenir, une sorte de noviciat ; et c’est ce qui acheva de faire, du service personnel d’un homme envers un autre homme, un honneur : il devint de règle constante que « tout noble homme qui voulait être chevalier eût premièrement un maître qui fût chevalier », écrit La Curne Sainte-Palaye dans ses Mémoires sur l’ancienne chevalerie.

Alors les fils des vassaux envoyés à la cour du seigneur se formèrent auprès de lui à la pratique des vertus chevaleresques et des exercices militaires, et le servirent successivement comme valets, comme pages, comme écuyers, avant que d’arriver à être ses égaux par la chevalerie. De même la châtelaine s’entoura des filles de ses feudataires, qui la servaient et dont elle faisait l’éducation. Dans les douceurs et les privautés du foyer domestique, auprès de ces femmes qui propageaient avec enthousiasme les idées chevaleresques, sous l’influence de la poésie, qui trouva dans la chevalerie, dans ses devoirs et ses aventures, une mine inépuisable de sensations, les mœurs s’adoucirent et prirent cette teinte de courtoisie, de délicatesse, d’élégance, qui a rendu les Français les hommes les plus sociables du monde.


Le roi Charles V prenant part aux joutes
(Extrait des Grandes Chroniques de France)

Ce fut dans les châteaux, et grâce à l’esprit chevaleresque, que se développa la condition des femmes et qu’elles acquirent, avec le sentiment jusqu’alors mal connu de leur dignité, cette force d’âme, cette finesse d’esprit, cette sensibilité de cœur qui tiennent une si grande place dans l’histoire moderne. La châtelaine était maîtresse ; elle servait le fief comme son mari, elle était intéressée comme lui à son honneur et à sa conservation ; elle pouvait d’ailleurs en hériter et le gouverner ; et les femmes, placées ainsi sur un pied d’égalité avec les hommes, tendirent à prendre la conduite morale de la société. Le christianisme avait fait cette révolution : sous l’influence du culte touchant de Marie, en qui la femme était divinisée dans sa double et mystique nature de vierge et de mère, les femmes furent adorées. C’est d’ailleurs sous l’inspiration de ce sentiment que fut fondé l’ordre de Fontevraud dont le fondateur ordonna que le chef serait une femme, qui commanderait également aux couvents d’hommes et aux couvents de femmes.

L’esprit de famille, cette condition indispensable de la vigueur des peuples, devint une passion toute-puissante ; le mariage ne fut plus un marché à l’avantage de l’homme, mais une institution sainte, basée sur l’égalité, un sacrement que le clergé sut faire respecter quand le caprice luxurieux des hommes venait à le violer.

Avec la chevalerie, les exercices militaires devinrent l’occupation de toute la vie ; et on les transporta bientôt dans des jeux publics où la chevalerie déploya son luxe, sa valeur et sa galanterie : ce furent les tournois, invention toute française, dont les premières traces apparaissent sous le règne de Charles le Chauve (IXe siècle), mais qui ne fut régularisée que dans le XIe siècle. Ces jeux n’excitèrent pas seulement la valeur, mais la loyauté et la générosité, qui allèrent des tournois dans les combats dont ils étaient l’image ; ils amenèrent des réunions nombreuses, de grandes fêtes qui adoucirent les rapports entre les hommes et favorisèrent l’industrie.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
BON À SAVOIR
 Ahuri de Chaillot !
 
 Jeter une pierre dans le jardin de quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Mauresse de Moret : une religieuse métisse, fille cachée de Louis XIV ?
 
 Marcellin Desboutin : à la pointe du portrait
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Conspiration sous Louis XIV pour renverser la monarchie
 
 La République : coupable de « crimes contre l'humanité » pour asseoir son autorité ?
 
 Pharmacie : fondements et première organisation de cet art
 
 Premières académies fondées avant l'Académie française
 
 
Et puis aussi...
 
 Mots historiques de Jeanne d'Arc
 
 Monnaies en France au fil des siècles
 
 Circonstances de l'évasion de Louis XVI et arrestation du roi à Varennes le 21 juin 1791
 
 Instruction au Moyen Age ou comment les écoles primaires étaient déjà légion sur l'ensemble du territoire
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 75 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services