Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Fernand Forest, père du moteur à explosion. Inventeur et honneurs. Portrait, biographie, vie et oeuvre - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Fernand Forest : inventeur de génie (...)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Fernand Forest : inventeur de génie
loin des honneurs
(D’après « Les Annales politiques et littéraires », paru en 1910)
Publié / Mis à jour le mercredi 12 novembre 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Considéré comme le père du moteur à explosion, inventeur de la roue de bicyclette à rayons tangents, Fernand Forest connut le sort de nombre de scientifiques dont le génie désintéressé fut à l’origine d’outils ingénieux exploités par les industriels. Directeur des Annales politiques et littéraires, Adolphe Brisson rapporte comment sept personnes seulement adhérèrent au projet d’un banquet en l’honneur d’un homme travaillant en solitaire et n’entrant pas dans le jeu du monde des « relations ».

Il existe un homme, écrit Brisson en 1910, qui reçut de la nature le don mystérieux de créer des choses auxquelles les autres hommes ne songeaient pas et d’ouvrir de nouvelles voies au progrès. Il se nomme Fernand Forest ; il est fils d’artisan, ouvrier lui-même.

Fernand Forest
Fernand Forest

Il naquit à Clermont-Ferrand (et mourut à Monaco en 1914), et, au sortir de l’école primaire, entra comme apprenti chez un coutelier. Dès l’âge de seize ans, son génie lui suggère l’invention d’un outil ingénieux : une machine à fraiser, qui a pour conséquence une économie de fabrication et une simplification de la main-d’œuvre. Ses camarades, menacés dans leur travail, le regardent de travers. Son patron le congédie. Il vient à Paris, y apprend la mécanique...

C’était le temps du vélocipède, prédécesseur du « cycle ». Forest invente la roue de la bicyclette avec les rayons tangents au moyeu... Découverte d’une importance incalculable ! Nul ne conteste le mérite du constructeur ; mais nul ne lui vient en aide pour exploiter son brevet. L’industrie attend — quinze ans — que celui-ci soit périmé. Alors, elle s’en empare, elle l’exploite, elle en tire d’énormes profits. Toutes les bicyclettes sont munies de la roue de Forest. Et Forest, dépossédé des fruits légitimes de sa trouvaille, continue de besogner obscurément, de végéter. Il ne recueille pas une miette des millions qui, grâce à lui, ont été gagnés.

Pourtant, il ne se décourage pas. Il cherche le principe du moteur à explosion. Après d’innombrables tâtonnements, il arrive à le fixer. Il améliore ses premiers essais, les rectifie, les amène peu à peu à l’état de perfection. Je ne puis vous donner, à leur sujet, des détails précis ; je vous renvoie aux ouvrages techniques. Ce que je sais, poursuit Brisson, c’est que Fernand Forest arrive à construire l’appareil dont nous nous servons communément ; il multiplie les cylindres pour atténuer la violence des chocs et prolonger la détente. En 1888, il édifie une machine à trente-deux cylindres ; il est le père indiscuté de l’automobilisme et le prophète de l’aviation.

« Il ne fut pas seul à poursuivre la solution de ces problèmes, écrit un de nos confrères ; mais il a, le premier, montré la route, et comme, dans la science, on glorifie l’auteur de l’idée, c’est bien à Fernand Forest que revient la création de tant de merveilles actuellement réalisées. »

Annonce du banquet en l'honneur de Forest
Annonce du banquet en l’honneur de Forest

En 1906, le directeur de l’Auto, dont il faut louer la généreuse initiative, appelle la sollicitude de l’Etat sur l’humble et remarquable savant. Il publie, dans son journal, la note suivante : « Nous demandons, pour Fernand Forest, la croix de chevalier de la Légion d’honneur. — Hé quoi ! il ne l’a pas ? C’est un modeste. Cela dit tout. Le ministre s’honorera en lui accordant le ruban rouge, en récompensant ce grand citoyen qui a enfanté une industrie et qui, au cours d’une vie laborieuse, est demeuré les mains nettes. »

Vous savez comment s’obtiennent les croix, continue le directeur des Annales politiques. Il ne suffit pas de signaler les titres d’un candidat au puissant personnage de qui dépend son élévation. Il est nécessaire de les appuyer par des démarches pressantes et collectives, de faire agir des influences, de signer des pétitions. Le directeur de l’Auto se met en campagne. Il va voir les gros bonnets de l’automobilisme et du cyclisme. « Ils ne refuseront pas, pense-t-il, de témoigner leur estime à un homme qui les a, en somme, enrichis. Ils seront heureux de saisir cette occasion de l’honorer. »

Quelle n’est pas sa surprise de ne rencontrer que des regards fuyants, des réticences, des excuses embarrassées, là où il comptait trouver de chaudes paroles, des bras tendus. Il a retracé sa mésaventure :

« Après une dizaine de visites, toutes assez pénibles, Serpollet seul, le grand et regretté Serpollet, avait bien voulu me donner sa signature. Et je dus renoncer à une tâche au-dessus de mes forces... Comme je contais moi-même mon échec à Fernand Forest, il me dit, avec son bon sourire désabusé : Ne vous étonnez pas, c’est si naturel...

« Car les pires malheurs n’ont pas réussi à aigrir le cœur du grand inventeur, jamais las de l’amertume de son calvaire. Cependant, notre cher Archdeacon, avec son ardeur communicative, constituait un comité, au sein duquel j’avais l’honneur d’être admis, et, grâce à l’énergie inlassable, à la persévérance obstinée de cet apôtre qu’est Archdeacon, Forest voit enfin ses mérites officiellement reconnus. »

Le voici donc décoré, reprend Brisson. Mais il n’est pas au bout de sa fâcheuse odyssée. Les amis qui ont obtenu pour lui cette haute distinction songent, naturellement, à la solenniser dans un repas. (Vous savez qu’en France une gloire n’existe que si elle a été consacrée par deux ou trois cents personnes, nourries de saumon sauce verte, de filet printanière, et abreuvées de mauvais Champagne.) On annonça le banquet Forest. Et savez-vous combien d’adhésions on réunit ? Il en arriva sept..., pas une de plus... Sept en tout et pour tout. Faute de convives, les agapes durent être décommandées.

Vous êtes indignés, suffoqués d’une telle indifférence ? Elle, s’explique, peut- être, par la maladresse et le manque d’énergie des organisateurs du festin, mais aussi par des raisons plus profondes. Fernand Forest vit timidement dans son petit atelier de banlieue ; il ne sort pas ; jamais il n’a échangé son bourgeron contre la redingote et l’habit noir ; il ne possède point de relations ; il ne va même pas au café.

S’il s’était montré moins dédaigneux du bluff et de la réclame, soyez sûrs que l’on n’eût pas attendu qu’il ait dépassé la soixantaine pour accrocher à sa cotte l’étoile des braves, et que tout Paris se fût disputé des places à son banquet. Forest n’est qu’un solitaire ; ceux-là mêmes qui ont tiré profit de ses travaux, secrètement le jalousent, ne tiennent pas à provoquer des manifestations dont ils ne recueilleraient aucune part, — au contraire. Ils préfèrent le demi-oubli, le silence favorable à l’ingratitude.

Timbre émis en 1974 par la Principauté de Monaco en hommage à Fernand Forest
Timbre émis en 1974 par la Principauté de Monaco en hommage à Fernand Forest

Seulement, comme le fait judicieusement observer M. Jean Lecoq, à qui j’emprunte cette anecdote, conclut Brisson, il arrivera ceci : alors que tant de réputations du boulevard seront depuis longtemps oubliées, l’illustration de Forest subsistera. Et il est infiniment probable que cet homme, dont on n’a pu fêter la croix dans un banquet, aura, quelque jour, sa statue sur une place publique. La justice immanente de l’avenir offre cette revanche aux inventeurs... Rappelez-vous le quatrain du poète :

On les persécute, on les tue,
Sauf, après un lent examen,
A leur dresser une statue,
Pour la gloire du genre humain.

C’est égal ! j’aurais été fier de dîner avec Forest, et de boire sans phrases — en tout petit comité — à son désintéressement, à son labeur.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
BON À SAVOIR
 Etre entre deux feux
 
 La bonne femme est celle qui n’a point de tête
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Marcellin Desboutin : à la pointe du portrait
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 L'Éclair et Fine-Oreille : célèbres filous du XVIIe siècle
 
 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Marie Marvingt, la seule femme à avoir couru le Tour de France avec les hommes
 
 Molière (Jean-Baptiste Poquelin) : l'enfance du futur dramaturge
 
 
Et puis aussi...
 
 Miette, inventeur de la poudre persane
 
 Bretagne (Anne de), qui deux fois monta sur le trône de France
 
 Charlemagne vu par les chansons de geste et notre poésie primitive
 
 Camille Allary (1852-1889) : jeune écrivain provençal et prometteur adulé par Zola
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 152 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services