Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

17 mai 1662 : mort du maréchal Fabert - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 17 mai > 17 mai 1662 : mort du maréchal (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 17 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


17 mai 1662 : mort du maréchal Fabert
Publié / Mis à jour le jeudi 16 mai 2013, par LA RÉDACTION

 

Fils d’un imprimeur de Lorraine que Louis XIII avait, en 1631, décoré du cordon de Saint-Michel, Fabert donna l’exemple du mérite roturier récompensé par les honneurs réservés à la noblesse. Il naquit à Metz le 11 octobre 1599. Sa passion précoce pour la carrière des armes lui attira la faveur du duc d’Epernon, qui le plaça dans un de ses régiments, et plus tard, pour récompenser sa valeur, lui fit obtenir une compagnie dans les gardes.

Le maréchal Fabert
Le maréchal Fabert

L’avancement de Fabert fut rapide et constamment mérité : chacun de ses grades avait été conquis par une action extraordinaire. Son impétuosité l’entraînait au-devant des périls, et il s’en tirait par son sang-froid. Tels étaient la fougue et l’à-propos de son courage, que le vulgaire attribuait son succès à des causes surnaturelles, et le trouvait trop brave pour n’être pas sorcier.

L’humanité servait de complément à toutes ses vertus militaires. Poursuivant Gallas, gui avait tenté de se faire jour dans la Champagne, il entra dans un camp où l’ennemi avait laissé à l !abandon une partie de ses malades et de ses blessés. Exaspéré par les horreurs de l’invasion, un Français proposait de faire main basse sur ces malheureux sans défense : « C’est le conseil d’un barbare, s’écria Fabert ; cherchons une vengeance plus noble et plus digne de notre nation ; et aussitôt par ses ordres les prisonniers reçurent des vivres, des secours, et furent transportés à Mézières. Leur reconnaissance paya cette générosité, et ils se rangèrent pour la plupart sous les drapeaux de la France.

En 1640, au siège de Turin, une blessure, qu’un coup de mousquet lui avait faite à la cuisse, rendait, de l’avis de tous les chirurgiens, l’amputation indispensable ; le cardinal de Lavalette et Turenne s’étaient chargés de l’y décider : « Il ne faut pas mourir par pièces, répondit ce héros de Plutarque ; la mort m’aura tout entier, ou elle n’aura rien, et peut-être lui échapperai-je. » En effet, l’année suivante, il était à la bataille de Marfée, dont il a laissé une relation imprimée pleine de vie et de chaleur.

Son esprit ferme et fier bravait ouvertement l’insolence des grands seigneurs. Au siège de Perpignan, Louis XIII avait chargé Fabert de lui rendre compte tous les matins des opérations de la veille. Le favori Cinq-Mars osa un jour critiquer le rapport de ce grand capitaine ; ses observations n’ayant pas eu un heureux succès, il se retira en disant à Fabert avec dépit : « Monsieur, je vous remercie. — Que dit-il ? demanda le roi ; je crois qu’il vous menace. — Non, Sire, reprit Fabert avec dignité : on n’ose faire des menaces en votre présence, et ailleurs on n’en souffre pas. »

Dans une autre occasion, où le maréchal de La Meilleraye avait hasardé des paroles injurieuses pour sa bravoure, il contraignit, par sa conduite énergique, ce général à venir lui faire en personne une éclatante réparation, et à lui demander son avis : « C’est d’attaquer, répondit Fabert. —Marche ! cria le maréchal » ; et en un instant les ennemis furent dispersés par le bataillon que Fabert commandait.

Il fut fait maréchal de camp en 1646, et justifia par de nouveaux services cette récompense accordée aux anciens. Louis XIV acquitta la dette de son père et la sienne en créant ce vieux soldat maréchal et gouverneur de Sedan. Fabert fit ajouter plusieurs ouvrages aux fortifications de cette place, et paya de ses épargnes une partie des dépenses. Comme ses parents lui reprochaient cet emploi de son bien, qui leur semblait une dissipation, « s’il fallait, leur répondit-il, pour empêcher une place, dont je suis gouverneur, de tomber au pouvoir de l’ennemi, mettre à une brèche ma personne, ma famille, et tout mon bien, je n’hésiterais pas. »

Le trait de sa vie qui lui fait le plus d’honneur, c’est le refus qu’il fit du collier des Ordres du roi en 1662. Il allégua pour raison qu’il ne pouvait pas produire les titres de noblesse exigés. On lui fit dire qu’il pouvait présenter ceux qu’il voudrait, et qu’on les adopterait sans examen. Il répondit qu’il ne voulait pas que son manteau fût décoré par une croix, et son nom déshonoré par une imposture. Cet exemple de véritable grandeur d’âme ne saurait être trop souvent rappelé en France, où le respect de soi-même et de sa conscience est plus rare que la valeur militaire.

Le cardinal de Mazarin avait eu la naïve effronterie de lui proposer d’être son espion dans l’armée : « Peut-être, lui dit Fabert, faut-il à un ministre des gens qui le servent de leurs bras, et d’autres de leurs rapports : souffrez que je sois des premiers. » Mazarin lui-même apprécia les sentiments qui inspiraient une telle réponse, et dit à des intrigants qui voulaient rendre Fabert suspect : « Ah ! s’il fallait se défier de cet homme-là, il n’y en aurait plus en qui l’on pût mettre sa confiance. »

Fabert mourut à Sedan, à l’âge de soixante-trois ans, avec la même fermeté d’âme qu’il avait déployée dans toute sa vie. Il laissa un fils, qui lui succéda dans son gouvernement, et mourut sept ans après au siège de Candie. Un de ses cousins est auteur d’une Histoire des ducs de Bourgogne.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Être un pigeon
 
 Attacher le grelot
 
MANIFESTATIONS
 Auguste Rodin au château de Montal (Lot) en Vallée de la Dordogne
 
 Magiques licornes au Musée de Cluny
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 17 mai 1765 : mort du géomètre Alexis-Claude Clairaut
 
 17 mai 1642 : fondation de Ville-Marie, future Montréal, par Paul de Chomedey
 
 17 mai 1690 : mort de Charles de Sainte-Maure de Montausier
 
 17 mai 1163 : mort d'Héloïse
 
 
Et puis aussi...
 
 17 mai 1557 : lettres patentes du roi de France Henri II
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services