Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Ne se soucier ni des rais ni des tondus. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Ne se soucier ni des rais ni des (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Ne se soucier
ni des rais ni des tondus
(D’après « Parémiographe français-allemand ou Dictionnaire des métaphores
et de tous proverbes français adaptés et sanctionnés
par l’Académie française » (par Jacques Lendroy), paru en 1820)
Publié / Mis à jour le vendredi 3 avril 2020, par LA RÉDACTION
 
 
 
Ne se soucier de personne

Cette expression tire son origine de la ville de Troyes, en Champagne, au sujet du trait d’histoire suivant. Il est de fait que Troyes est la patrie du pape Urbain IV (1261-1264), de son nom Jacques Pantaléon, qui de fils de cordonnier, parvint à la tiare par ses mérites distingués et ses talents vraiment supérieurs.

Il avait une sœur d’une beauté éclatante et d’une vertu encore plus éminente. Nombre de jeunes gens briguèrent sa main, mais elle ne se décida pour aucun. Enfin un certain Rez, le fils d’une des premières familles bourgeoises de la ville, lui proposa son cœur. Soit l’appât d’une fortune aussi brillante que celle du jeune Rez, soit justice rendue aux qualités de son amant, elle donna sa parole, et la cérémonie eut lieu quelques jours après.

La première barbe. Chromolithographie de la fin du XIXe siècle
La première barbe. Chromolithographie de la fin du XIXe siècle

Cette famille de Rez, qui possédait le hameau de La Grande-au-Rez traversé par la route de Sens, était devenue si puissante en biens et en autorité, qu’elle était réellement redoutable à tous les habitants ; car les fabriques et les manufactures considérables qu’elle avait dans la ville de Troyes y faisaient vivre quantité d’ouvriers et de pères de famille, qui lui étaient cordialement dévoués. C’était donc une forme de menace ordinaire que d’user à quelqu’un de ces mots ou de semblables : « Je le dirai ou ferai savoir au Rez ».

Enfin un des habitants de ce temps-là, ennuyé de ce qu’on ne cessait de prôner cette famille et de relever les avantages qu’elle procurait à l’État et à la ville, s’écria avec colère : « Je ne me soucie ni des Rez ni des tondus. » Il voulait, par ce calembour, faire allusion au mot rait, terme vieux et burlesque qui signifie raser. Aussi lisons-nous encore dans Molière : Un barbier rait l’autre. À barbe de fou, on apprend à raire.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !