Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 5 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

30 mars 1778 : couronnement de Voltaire à la Comédie française

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mars > 30 mars > 30 mars 1778 : couronnement de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 30 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
30 mars 1778 : couronnement de Voltaire
à la Comédie française
Publié / Mis à jour le jeudi 28 mars 2013, par LA RÉDACTION
 

On peut lire dans le Mercure de France : « M. de Voltaire, étant venu au spectacle le lundi 30 mars, fut fêté avec ivresse par une foule immense d’admirateurs qui se précipitaient sur son passage, et qui firent retentir la salle d’applaudissements infinis. Il fut couronné de lauriers dans le spectacle, et les comédiens en corps rendirent les honneurs de l’inauguration à sa statue, qui fut apportée sur le théâtre, et ornée de guirlandes. Madame Vestris lui récita les vers suivants, que la présence de ce grand homme avait inspirés à M. le marquis de Saint-Marc. »

Aux yeux de Paris enchanté,
Reçois en ce jour un hommage
Que confirmera d’âge en âge
La sévère postérité.
Non, lu n’as pas besoin d’attendre au noir rivage
Pour jouir de l’honneur de l’immortalité.
Voltaire, reçois la couronne
Que l’on vient de te présenter ;
II est beau de la mériter,
Quand c’est la France qui la donne.

Ce fut après ce pompeux couronnement, que Voltaire se plaignait d’être étouffé sous des roses. Sa mort arrivée deux mois après ne justifia que trop cette plainte ; aussi Linguet s’écriait-il alors : « Quelle fête, hélas ! De quels gémissements n’ont pas été suivis ces cris de joie ! Les lauriers apparents dont on couronnait l’illustre octogénaire, étaient bien plutôt les guirlandes qui le dévouaient à la mort. Sans cette indiscrétion forcenée, sans ce délire factice chez ses prétendus amis, dont il a été la dupe et la victime, il vivrait, et sa vie eût comblé nos souhaits.

« La seule fête digne de M. de Voltaire, c’était l’empressement du public à lire ses ouvrages ; c’était la réunion de toutes les voix en faveur de ceux où il développait les charmes du coloris le plus brillant dont jamais un écrivain ait eu le secret, sans qu’il en coûtât rien à la décence, sans exposer à rougir les fronts délicats, sans alarmer les consciences timorées ; espèce de fruits devenus rares dans sa vieillesse, malheureusement si féconde dans un autre genre. »

La Harpe avait une opinion, sur le triomphe de Voltaire, entièrement opposée à celle de Linguet.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !