Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Flirter ou fleureter ? Telle est la question. Faire la cour à une jeune femme - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Flirter ou fleureter ? Telle est la (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Flirter ou fleureter ?
Telle est la question
(D’après « Mode et Beauté », paru en 1902)
Publié / Mis à jour le mardi 3 mai 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
Qu’est-ce que le flirt ? Ce mot, que l’anglomanie a importé chez nous, indique chez nos voisins d’outre-Manche ces fréquentations familières, ces libertés et menus suffrages que l’usage autorise là-bas entre fiancés, peut-on lire au début du XXe siècle dans une chronique de Mode et Beauté, qui ajoute que chez nous l’expression a pris un sens beaucoup plus large et moins respectable

Flirter, c’est faire la cour à une jeune femme, lui prodiguer les fleurs et les compliments, obtenir d’elle un sourire et de menues faveurs, sans jamais aller ni prétendre jusqu’au sacrifice complet, avance-t-on encore. Qu’en fait le flirt n’aboutisse jamais à l’adultère, c’est une chose que personne n’oserait soutenir. Le flirt lui sert au contraire trop souvent de passeport, car un flirt s’avoue, un flirt est même très bien porté et le monde a pour lui la plus extrême indulgence.

Mais je ne me propose point de moraliser, précise l’auteur de cette piquante chronique, qui s’empresse d’ajouter : un chroniqueur n’est pas un prédicateur. Ce n’est pas à la chose que je m’attaque, c’est au mot. Pourquoi ce terme barbare : flirter ? lorsque nous avons le vieux mot français fleureter qui est bien plus expressif et plus imagé. Il évoque l’idée du papillon brillant et léger qui caresse la fleur d’un frôlement d’ailes. Les fleurs peuvent sans perdre rien de leur parfum et de leur beauté recevoir les hommages de plusieurs papillons.

Fleureter est permis, flirter, dans le sens où on le prend, ne devrait pas l’être. Nos coquettes d’autrefois fleuretaient et leur charme n’en était que plus grand. La plus grande et la plus célèbre de ces coquettes, apprend-on, fut Mme Récamier. Regardez le portrait que fit d’elle le grand artiste Gérard. Elle est représentée demi-assise, demi-couchée sur une chaise-longue, en un déshabillé d’une négligence savamment étudiée, qui laisse voir ses blanches épaules, une partie de sa gorge et ses beaux bras pendants devant elle avec un abandon plein de grâce. Sa robe blanche dessine sa taille flexible ; une draperie jaune est jetée sur ses genoux. De ses deux pieds nus, l’un s’appuie sur un tabouret. Son front, doucement, incliné vers le spectateur, a une couronne de cheveux bruns disposés en boucles légères.

Cette femme est la grâce et la séduction personnifiées. Elle a une légion d’adorateurs et des plus illustres : Lucien Bonaparte, Adrien et Mathieu de Montmorency, le général Bernadotte, le philosophe Ballanche et l’orateur Camille Jordan auquel elle disait : « Ballanche me plaît, lui, par tout ce que j’ai de bon dans l’âme ; vous, vous me plaisez également par tout ce que j’ai de mauvais. » Napoléon Ier lui-même, à l’apogée de sa puissance, fut au nombre des adorateurs et des soupirants de Mme Récamier. Il lui fit offrir par Fouché une place de dame du palais.

Malgré toutes les instances, les promesses et les menaces du fameux ministre de la police, Mme Récamier refusa. Napoléon se vengea plus tard en refusant de faire prêter par l’Etat à M. Récamier, engagé dans de hasardeuses spéculations sur l’Espagne, un million dont il avait besoin pour relever ses affaires. Ce refus eut pour conséquence la ruine du banquier qui se vit obligé de vendre ses hôtels, ses terres et jusqu’à son argenterie. Mme Récamier supporta stoïquement cette ruine. L’intérêt ne put pas vaincre là où la passion et la séduction avaient échoué. Adulée, aimée tendrement par une foule d’adorateurs illustres ou puissants, Mme Récamier resta sans tache, sa pureté n’a même jamais été soupçonnée.

Il faut dire qu’on a donné de cette chasteté exemplaire un motif qui diminuerait beaucoup le mérite de Mme Récamier. Le grave historien Guizot l’indique ainsi dans ses Souvenirs : « Il a manqué à Mme Récamier, dit-il, les deux choses qui, seules, peuvent remplir le coeur et la vie : il lui a manqué le bonheur ordinaire et le bonheur suprême, le sort commun des femmes et le privilège quelquefois chèrement acheté de quelques-unes, les joies de la famille et les transports de la passion. En faut-il chercher la cause dans les accidents de sa destinée ou dans le fond même de sa nature ? »

Juliette Récamier. Peinture du baron Gérard
Juliette Récamier. Détail d’une peinture de François Gérard (1805)

D’autres historiens disent avec plus de brutalité et moins de circonlocutions que la vertu de cette femme tant aimée, et qui n’aurait pas mieux demandé que d’être aimable, fut aidée par une singularité de conformation physique qui, pour n’être pas très commune, n’est cependant pas absolument rare. Ce qui tendrait à justifier cette hypothèse, c’est la fin de son aventure avec Chateaubriand. L’illustre écrivain avait fait à Mme Récamier une cour assidue pendant quatre ans, elle avait agréé son amour. Se sachant aimé, Chateaubriand exigea la suprême preuve. Mme Récamier prit la fuite et alla passer deux ans en Italie.

Concluez vous-même et vous conviendrez sans doute que toutes les coquettes qui jouent avec les cœurs, qui flirtent ou qui fleurettent doivent finir par succomber si elles n’ont point le motif spécial qui servait, d’armature à Mme Récamier.

C’est de ces coquettes flirteuses qu’un aimable poète a dit avec justesse :

Même pour ceux qu’elle méprise,
La vanité se met en frais :
Une coquette a pour devise :
Plaire toujours, n’aimer jamais.
Son cœur où chacun trouve place
Jamais n’a connu de lien :
C’est un miroir dont la surface
Reçoit tout et ne garde rien.

Fleuretez donc, Mesdames, si le coeur vous en dit, peut-on lire en conclusion de l’article, mais ne flirtez pas et souvenez-vous qu’il ne faut jamais badiner avec l’amour.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Qui donne vite donne deux fois
 
 Petit à petit l'oiseau fait son nid
 
MANIFESTATIONS
 Inventions (Les) de Léonard de Vinci reconstituées d'après ses notes
 
 Machines volantes de Léonard de Vinci au Château du Clos Lucé
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Victor Hugo : émérite et caustique « penseur en vers »
 
 Stendhal enterré par lui-même ou quand Henri Beyle rédige sa propre notice nécrologique
 
 Discours entre un pessimiste et un optimiste au sujet du passage à la nouvelle année
 
 Taille (La) de Roland de Roncevaux, neveu de Charlemagne
 
 
Et puis aussi...
 
 Bruits de klaxons, sifflets et trompes dans Paris : projet de transformer Cacophonie-Ville en Harmonie-Ville !
 
 Bicyclettes pour tous les facteurs ! s'écrie-t-on en 1897
 
 Arsène Lupin en Bretagne voici un siècle, sur L'Île aux trente cercueils
 
 Crise de la politesse et déclin de l'urbanité française
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 324 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services