Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

17 octobre 1745 : victoire du maréchal de Maillebois sur le roi de Sardaigne

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 17 octobre > 17 octobre 1745 : victoire du maréchal
Éphéméride, événements
Les événements du 17 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
17 octobre 1745 : victoire du
maréchal de Maillebois sur
le roi de Sardaigne
Publié / Mis à jour le mardi 16 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

La campagne d’Italie, en 1745, qui eut des suites si malheureuses, commença par une des plus belles manœuvres qu’on ait jamais exécutées. Le roi de Sardaigne à la tête de vingt-cinq mille soldats, et le comte de Schulembourg avec un nombre presque égal d’Autrichiens, étaient retranchés dans une anse que forme le Tanaro vers son embouchure dans le Pô, entre Valence et Alexandrie.

Le maréchal de Maillebois, qui commandait l’armée française, et le comte de Gages, général des Espagnols, ne pouvaient forcer le roi de Sardaigne et le chasser de son poste, tant qu’il serait soutenu par les troupes impériales. Un fils du maréchal, jeune encore, imagine de les séparer : pour y parvenir, il fallait tromper les Autrichiens. Il fait son plan, il combine tous les hasards calculés sur la distance des lieux. Si on envoie un gros détachement sur le chemin de Milan, Schulembourg ne voudra pas laisser prendre cette ville, il marchera à son secours, il dégarnira le roi de Sardaigne ; sur-le-champ, le gros détachement reviendra joindre l’armée avant que les Autrichiens soient revenus ; on n’aura à combattre que la moitié des troupes ennemies. Celte brusque attaque les déconcertera.

Tout arriva comme le jeune comte de Maillebois l’avait prévu et arrangé. Les armées françaises et espagnoles traversent le Tanaro, ayant de l’eau jusqu’à la ceinture. Le maréchal de Maillebois surprend l’infanterie du roi de Sardaigne dans son camp, et la met en fuite. Le général de Gages, à la tête de la cavalerie espagnole, attaque la cavalerie piémontaise, la disperse et la poursuit jusque sous le canon de Valence ; le roi de Sardaigne est obligé de reculer jusque dans Casal : on se rendit maître alors de tout le cours du Pô.

Vers la fin de la campagne, les Français et les Espagnols se trouvaient maîtres du Mont-Ferrat, de l’Alexandrin, du Tortonais, de tout le Milanais, de Parme et Plaisance ; mais l’année suivante, tout changea de face. La fatale journée de Plaisance réduisit l’armée française et espagnole à sortir avec peine de l’Italie, dans l’état le plus misérable.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !