Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

3 octobre 1569 : bataille de Moncontour - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Octobre > 3 octobre > 3 octobre 1569 : bataille de Moncontour

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 3 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


3 octobre 1569 : bataille de Moncontour
opposant catholiques et protestants
(D’après « Victoires, conquêtes, revers et guerres civiles des Français
depuis les Gaulois jusqu’en 1792 » (Tome 6), paru en 1823)
Publié / Mis à jour le vendredi 30 septembre 2016, par LA RÉDACTION

 

Se déroulant durant la Troisième guerre de Religion, la bataille de Moncontour, qui opposa l’armée royale de Charles IX commandée par Henri, duc d’Anjou (futur roi Henri III), à l’armée protestante commandée par l’amiral Gaspard de Coligny, fut la dernière des quatre grandes batailles livrées sous le règne du monarque, après celles de Dreux le 19 décembre 1562 (au cours de la Première guerre), de Saint-Denis le 10 novembre 1567 (au cours de la Deuxième guerre), et de Jarnac le 13 mars 1569 (au cours de la Troisième guerre), toutes remportées par les catholiques.

La cour, désespérant de trouver la paix dans de nouvelles négociations, et connaissant d’ailleurs le mécontentement des troupes allemandes, qui depuis plusieurs mois ne recevaient plus de solde du conseil calviniste, résolut de tenter encore les chances d’une bataille. Le duc d’Anjou rassembla, à cet effet, l’armée royale près de Chinon. Cette armée était forte de dix-huit mille fantassins et de sept mille chevaux ; celle des calvinistes n’était que de douze mille d’infanterie et six mille de cavalerie.

Henri, duc d'Anjou, en 1570. D'après Jean Decourt
Henri, duc d’Anjou, en 1570. D’après Jean Decourt

Inférieur en forces, l’amiral de Coligny ne voulait pas le combat ; mais les Allemands, qui demandaient impérieusement leur solde, le forcèrent à en venir aux mains. Leur indiscipline n’était pas même contenue par la présence de l’ennemi. Bientôt elle se communiqua au reste de l’armée ; gentilshommes, fantassins, valets d’armée, tous montrèrent le plus impétueux désir de combattre.

Ce fut comme dans un mouvement de sédition que l’armée calviniste vint se précipiter au-devant de l’armée catholique. L’action s’engagea dans la vaste plaine de Moncontour, et, dès le premier moment, les protestants portèrent la peine de leur ardeur inconsidérée ; ils combattaient des hommes qu’excitait le souvenir des batailles de Dreux, de Saint Denis et de Jarnac. La ligne calviniste fut débordée, enfoncée, des corps entiers taillés en pièces. Mêlés tumultueusement avec leurs valets, qui donnent le signal de la fuite, les gentilshommes calvinistes n’entendent plus la voix d’aucun de leurs chefs ; Coligny lui-même n’est plus pour eux qu’un soldat qui combat pour l’honneur.

Un officier catholique, d’un coup de pistolet, casse quatre dents à l’amiral ; celui-ci l’étend mort sur la place ; mais le sang l’étouffait, il fallut l’emporter du champ de bataille. Le comte Louis de Nassau, frère de Guillaume, prince d’Orange, qui commandait l’aile droite des calvinistes, fit en vain des prodiges de valeur.

Gaspard de Coligny en 1565. Peinture de Marc Duval
Gaspard de Coligny en 1565. Peinture de Marc Duval

En moins d’une heure, l’armée protestante fut complètement défaite, avec perte de sept mille hommes, toute son artillerie, un grand nombre d’enseignes, et la presque totalité de ses bagages. La perte des catholiques ne s’éleva pas à plus de cinq cents hommes. Le duc d’Anjou, qui devait aux savantes dispositions du maréchal Gaspard de Saulx-Tavannes le succès de cette journée, y développa un grand sang froid et une valeur brillante.

Les Mémoires de Tavannes nous apprennent que « les princes et le reste de l’armée huguenote se sauvent par de là la Charente. Châtellerault, Niort, Fontenay, Saint-Maixant, Partenay et Lusignan, suivent la fortune des victorieux, qui, enivrés de leur bonheur, tombent en différents avis : les uns d’attaquer les places ; le sieur de Tavannes opinait, au contraire, de suivre l’amiral et ses reîtres par toute la France, les rendre dans une place et les assiéger ; qu’en cette poursuite les reîtres capituleraient, et que la guerre serait promptement finie. »

Ce conseil ne fut pas adopté ; on ne poursuivit l’armée vaincue que jusqu’à deux lieues du champ de bataille. Il est probable que, si l’avis de Tavannes eût prévalu, l’amiral eût été réduit aux dernières extrémités. Un ordre du roi Charles IX, jaloux des succès obtenus sous le nom de son frère Henri, duc d’Anjou, empêcha de profiter de la victoire.

La bataille de Montcontour fit tomber entre les mains des catholiques les chariots, les vivres, l’artillerie et les drapeaux des protestants. Parmi les officiers tués, on remarquait Puy Greffier et d’Autricourt ; Lanoue et d’Acier furent faits prisonniers. La perte fut beaucoup moins grande du côté des catholiques : ils perdirent entre autres chefs distingués, le marquis de Bade ; Guise, Schombert et Bassompierre furent blessés. Le duc d’Anjou envoya à Tours le comte de Retz pour annoncer au roi cette grande victoire. Elle fut célébrée, comme la bataille de Jarnac, dans tout le royaume et par les princes alliés de la France.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Glanage (Le) : pratique ancestrale encadrée sous Henri II et toujours en vigueur
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il ne faut pas chanter la victoire avant le temps
 
 En tout il faut considérer la fin
 
MANIFESTATIONS
 Cartes (Les) de Jean de Beins au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 3 octobre 1830 : mort de Robert Lefèvre, peintre d'histoire et de portraits
 
 3 octobre 1611 : naissance de la courtisane Marion Delorme
 
 3 octobre 1468 : arrestation du roi Louis XI à Péronne par le duc de Bourgogne
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Octobre
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services