Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 12 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

10 juillet 1637 : enregistrement des lettres patentes portant création de l'Académie française

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 10 juillet > 10 juillet 1637 : enregistrement (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 10 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
10 juillet 1637 : enregistrement des
lettres patentes portant création
de l’Académie française
Publié / Mis à jour le dimanche 10 juillet 2016, par LA RÉDACTION
 

L’Académie française eut pour berceau le cabinet d’un homme de lettres. Quelques écrivains, quelques poètes, parmi lesquels on comptait Godeau, Gombaud, Giri, Chapelain, Cerisay, de Malleville, se réunissaient une fois par semaine chez le secrétaire du roi, Conrart, dont la maison située rue Saint-Denis, était plus commode que celle des autres. Les associés y lisaient leurs propres ouvrages, et s’éclairaient mutuellement par leurs avis.

L’abbé de Boisrobert ayant été admis à l’une de ces conférences littéraires, en parla au cardinal de Richelieu, qui, sentant le parti qu’on pouvait en tirer, voulut en être le protecteur. Dès le mois de janvier 1635, il fit accorder à la société, libre jusqu’alors, des lettres patentes portant qu’elle serait érigée en Académie française, et limita le nombre de ses membres à quarante.

Le cardinal de Richelieu
Le cardinal de Richelieu

Le Parlement, qui s’effrayait de toutes les nouveautés, s’effraya surtout de l’institution d’un corps dans lequel il crut voir le germe d’une puissance rivale. Il résista longtemps à l’enregistrement des lettres patentes — lesquelles lettres avaient été signées par Louis XIII dès le 29 janvier 1635 —, et quand enfin la volonté forte de Richelieu eut triomphé de tous les obstacles, le Parlement inséra comme clause expresse dans l’acte de sa soumission, « que l’Académie ne pourrait connaître que de la langue française et des livres qu’elle aurait faits, ou qu’on exposerait à son jugement. » L’Académie continua de tenir ses séances chez l’un de ses membres.

Après la mort du cardinal, le chancelier Séguier, son second protecteur, lui offrit un asile dans son hôtel. Plus tard, Louis XIV lui accorda, au même titre, une salle d’assemblée dans le Louvre. Elle y siégea jusqu’au temps où la Convention supprima toutes les académies, que la constitution de l’an IV et la loi du 3 brumaire an V (24 octobre 1796) rétablirent sous le titre d’Institut. Alors l’Académie française en forma la seconde classe.

Une ordonnance royale du 21 mars 1816 lui rendit son ancien nom. Du reste, sa constitution ne subit aucun changement, non plus que le nombre de ses membres : elle eut toujours un directeur et un chancelier, que le sort désignait tous les trois mois, et un secrétaire perpétuel. Toujours occupée du travail de son dictionnaire, elle ouvrait annuellement la lice aux jeunes poètes, aux jeunes orateurs, et leur décernait des prix. Une disposition particulière la constitua plus tard juge d’un concours et dispensatrice d’un prix réservé à la vertu.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !