Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 3 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

25 juin 1218 : mort de Simon, comte de Montfort

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juin > 25 juin > 25 juin 1218 : mort de Simon, comte (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 25 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
25 juin 1218 : mort de Simon,
comte de Montfort
Publié / Mis à jour le jeudi 28 juin 2012, par LA RÉDACTION
 

Ce guerrier, moins fameux par ses exploits que par ses actes de persécution religieuse, était né dans la seconde moitié du XIIe siècle, et avait épousé, en 1190, une héritière des Montmorency. Neuf ans après, se trouvant en Champagne à un tournoi, dans le moment où Foulques de Neuilly prêchait la croisade par ordre d’Innocent III, il partit pour la Palestine avec Thibaut et plusieurs autres seigneurs. A son retour en France, une autre croisade s’était formée dans le Languedoc contre ceux qu’on appelait tantôt les Vaudois, parce qu’il y en avait beaucoup dans les vallées du Piémont ; tantôt Albigeois, à cause de la ville d’Albi ; Bons hommes, par allusion à la régularité dont ils se piquaient ; ou bien encore Manichéens, du nom qu’on donnait alors en général aux hérétiques.

Simon s’engagea vivement dans cette nouvelle entreprise, et bientôt il en fut proclamé le chef. Raymond, comte de Toulouse, passait pour favoriser l’hérésie : le pape délia ses sujets de leur serment de fidélité à son égard, et, le 3 septembre 1213, Simon remporta à Muret une grande victoire contre le comte de Toulouse et le roi d’Aragon : ce dernier y périt, et les Etats du comte furent transmis à Simon, auquel le pape en confirma la possession, tandis que Philippe-Auguste lui en donnait l’investiture.

Cependant Raymond s’étant rendu à Rome pour solliciter sa grâce, on ne lui accorda qu’une pension. Après la mort d’lnnocent III, il ne fut pas mieux traité : mais son fils parvint à rentrer dans Toulouse. Simon vint mettre le siège devant la ville. « Ce conquérant, dit Voltaire, y trouva le terme de ses succès et de sa vie. Un coup de pierre écrasa cet homme qui, en faisant tant de mal, avait acquis tant de renommée. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !