Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 12 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Faire accroire à quelqu'un que des vessies sont des lanternes. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Faire accroire à quelqu'un que des (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Faire accroire à quelqu’un
que des vessies sont des lanternes
Publié / Mis à jour le vendredi 25 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
C’est faire croire qu’une personne serait assez sotte pour accepter tous les mensonges et les absurdités qu’on se plairait à lui débiter

Ce proverbe est fort ancien, car on le retrouve dans les fabliaux des XIe, XIIe et XIIIe siècles. Seulement, à cette époque, on le rencontrait sous une autre forme que voici : « Je ne suis pas si sot que l’on puisse cette fois me vendre vessie pour lanterne. » On a comparé quelquefois l’esprit de certaines personnes à une lanterne sourde, qui ne sert qu’à celui qui la porte et qui n’éclaire que son chemin. Le poète Martial (103 ap. J.-C.), fait parler ainsi une lanterne de vessie :

Cornea, si non sum, numquid sum fuscior ? Aut me
Vesicam contra qui venit esse putat ?

ce qui signifie : Si je ne suis pas de corne, en suis-je plus obscure ? Et celui qui vient vers moi pense-t-il que je sois une vessie ?

Les lanternes se fabriquaient autrefois avec plusieurs substances transparentes ; leur invention remonte à la plus haute antiquité. Chez les Romains, il y avait deux espèces de lanternes ; celles faites en corne et celles formées d’une vessie, témoin la citation précédente. Il est évident que nos ancêtres n’ont eu aussi et fort longtemps pour s’éclairer que des vessies ou des lanternes.

Voici un quatrain d’un nommé Guyot parlant des médecins de Montpellier et qui doit être du XIVe siècle :

S’ils reviennent de Montpellier
Sor lettuaire sont moult chier ;
Et cil qui vient de Salerne,
Lor vend vessie pour lanterne.

ce qui signifie : S’ils reviennent de Montpellier leur savoir est bien cher ; et celui qui revient de Salerne y leur vend vessie pour lanterne. On trouve dans Barbezan, au XIIIe siècle, les lignes suivantes :

Ne suis mie si enivrés
Qui me puissés à cette fie
Por lanterne vendre vessie.

Je ne suis pas si enivré que je puisse à cette fois vendre vessie pour lanterne.

Dans la suite on a substitué au mot vendre les expressions faire entendre ou faire accroire qu’on a fait suivre du mot vessie. Voici un exemple tiré des Adages français du XVIe siècle : « Me veux-tu faire accroire de vessies que ce sont des lanternes ? » On rencontre encore un autre exemple de l’emploi de cette expression dans l’ouvrage de Des Périers (1537), intitulé Cymbalum mundi (tome III) : « Par ces belles raisons et persuasions, il vous feroit bien entendre des vessies que sont lanternes. » Voilà comment par le rapprochement de ces deux mots vessie et lanterne, on a été amené à exprimer l’idée de faire accroire à quelqu’un des choses absurdes ou plus ou moins bizarres. Que de gens qui, par leur bavardage et leur aplomb, s’efforcent de persuader des choses entièrement absurdes et dont les gens, même ignorants, peuvent apercevoir la fausseté.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !